AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La poupée et le chiffon [PV Lydia Santacruz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

âge : 33 ans
statut : Fiancé mais proche de la rupture
enfant(s) : 1 garçon : Camillo, 3 ans
occupation : Prêtre
petit plus : Il roule les R à la espagnole, possède un oeil de verre dans son orbite droit

pseudo : Arsène
avatar : John Lennon
crédits : The Beatles, Google, Tumblr / Gif : InTheBeatlesLife, Avatar : Beatle Bits
posts : 438 points : 40
inscrit le : 07/09/2014

MessageSujet: La poupée et le chiffon [PV Lydia Santacruz]   Ven 19 Sep - 19:37



    Dans une salle de spectacle, Madrid, Espagne, 2003


A l'époque, j'étais un jeune homme de 22 ans issu d'une famille de saltimbanques. J'étais maigre, faible et fragile, 52 kg pour 1m80, mes cheveux blonds-roux étaient ébourriffés, mes lunettes rondes tenaient mal sur mon nez et mes vêtements semblaient un peu trop larges pour mon corps frêle. A l'époque, je n'avais pas encore rencontré celle qui allait être ma fiancée qui allait partager ma demeure avec notre futur fils. Et c'était avant que j'eus mon oeil de verre.

Je n'avais pas et je ne pouvais pas avoir la carrure idéale pour faire du trapèze et autres acrobaties, je ne pouvais même pas faire de sport. Mes parents et ma soeur avaient de la peine pour un garçon dégingandé comme moi qui était incapable de reproduire les mêmes activités physiques qu'eux mais ils devenaient ravis de voir que je me portais très bien et ça ne me dérangeait pas de ne pas pouvoir les suivre sur la Piste aux Etoiles. Cependant, ils sentaient l'exaspération monter en eux à chaque fois qu'il me voyait isolé en train de lire. Je n'avais jamais vraiment été proche de ma famille. Pourquoi le serais-je si je ne pouvais partager leurs centres d'intérêt ?

Ce jour-là, j'avais décidé de revenir en Espagne pendant les vacances d'été pour revoir mes parents et ma grande soeur après avoir passé quelques années en Irlande pour les études. Ils devaient faire une tournée dans toute l'Espagne et comme je ne les avais pas vu depuis longtemps, je décidai de les accompagner. Cette fois de mon plein gré. D'habitude, je restais à la maison m'occuper de cette dernière et utiliser la majorité du budget en ventilateurs et climatisation.

Nous prîmes un train pour Madrid et lorsque nous arrivâmes à destination, je regrettai d'avoir dit oui. La chaleur était épouvantable, mon nez saignait abondamment et je tenais à peine sur mes jambes tellement la menace de l'évanouissement était proche. Lorsque nous sortîmes de la station, ladite menace m'atteignit. Je sentis mon père et ma soeur me prendre les bras pour m'empêcher de tomber mais ça ne m'avait pas empêché de fermer les paupières avant de sombrer dans un état comateux.
Mon père dodu me portait sur son épaule tel un sac de patates avant de se ruer vers le bâtiment public le plus proche, qui était une salle de spectacle.
" Que quelqu'un apporte de l'eau à mon fils ! Il n'a pas supporté la chaleur et s'est évanoui ! " cria-t-il aux résidents en transpirant comme un cheval de course.

Je ne sais pas combien de temps je restais inconscient. Tout ce que je sais, c'est que je me réveillai dans un coin d'une pièce, allongé sur un long manteau 'trois-quart' dans la position latérale de sécurité. J'entendais de la musique, je voyais des silhouettes colorées porter des drôles d'objets et je sentais une odeur de fumée. J'eus un frisson lorsque je me sentis étrangement trempé d'eau mais grâce à la fraîcheur, je fus un peu plus réveillé, bien que je me sentais encore vaseux. Je palpais longtemps le sol à la recherche de mes lunettes avant de les trouver et de les porter à mon nez tâché de sang séché. Une fois les verres en face de mes globes oculaires, je vis deux petites jambes. En levant les yeux, puis la tête, je vis une petite fille se tenir dans mon champ de vision. Je poussai un gémissement avant de dire d'une voix faible dans ma langue maternelle :

" Salut, toi... Où sommes-nous...? "

_________________


Dernière édition par Chema Alba le Sam 15 Nov - 15:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t94-chema-alba-au-service-du-seigneur#322 http://bbme.forumactif.org/t141-chema-alba-un-pretre-est-toujours-entoure-de-ses-fideles

âge : 23 ans
statut : Célibataire
enfant(s) : Aucun
occupation : Babysitter et barmaid de nuit
petit plus : ♣ Lydia est bisexuelle aux TRES fortes tendances homosexuelles ♣ Elle veut un enfant et a subi une fécondation in vitro en Espagne, dont elle est tombée enceinte ♣ Elle n'arrive pas à oublier Caitlin.

pseudo : .
avatar : Naya Rivera
posts : 175 points : 97
inscrit le : 07/09/2014

MessageSujet: Re: La poupée et le chiffon [PV Lydia Santacruz]   Mer 1 Oct - 21:56


Chema & Lydia

la poupée et le chiffon

PEn 2003, Lydia Santacruz n'était âgée que de 13 ans. Elle habitait toujours à Madrid, en compagnie de sa mère, qui était encore vivante et en pleine possession de ses moyens. Elle habitait dans un des quartiers dynamique de Madrid, qui était le terme qu'elle utilisait pour ne pas dire "pauvre". Mais Lydia allait bien, elle aussi était en pleine possession de ses moyens. Elle était dans le début de son adolescence, et allait entrer au lycée à la rentrée scolaire suivante, puisque nous étions en pleines vacances d'été. Une partie de la famille de Lydia, famille nombreuse, avait ouvert une salle de spectacle il y a quelques temps, et laissait ainsi de nombreuses personnes venir partager leur art et leurs musiques. L'adolescente y passait une grande partie de son temps, s'amusant avec ses cousins et ses cousines. Qu'elle considérait tous comme ses frères et soeurs, dans le fond.

Aujourd'hui ne faisait pas exception, et c'était dans l'établissement que nous pouvions retrouver Lydia. Elle avait passé toute la matinée dehors à jouer avec le tuyau d'arrosage, dans la cour de derrière. La chaleur était particulièrement étouffante aujourd'hui, et puisque Madrid ne se trouvait pas au bord de la plage, il fallait bien trouver des exceptions. Lydia avait même chahuté avec ses cousins, qui l'avait lancée sans grande cérémonie dans la fontaine du coin. C'était donc dans le but de se changer que Lydia fit son apparition dans la salle de spectacle, trempée des pieds à la tête. Elle sourit aux rires de sa mère et de sa tante, s'efforçant quand même de se montrer légèrement outrée, histoire de garder un peu de fierté. Mais, lorsqu'elle se changeait, elle entendit distinctement un véritable remue ménage provenir de l'entrée. Elle enfila donc rapidement ses habits, avant de rejoindre l'étage supérieur. Elle ne vit pas tout de suite ce qu'il se passait, mais sa mère lui expliqua qu'un jeune homme venait tout simplement de faire un malaise. Il fut donc demandé à la brunette de rester proche du jeune homme et de faire tomber la fièvre qui le tenaillait. Elle déposa donc des gants de toilettes sur le front du jeune homme, qu'elle changea plusieurs fois. Au bout de la troisième fois, il sembla enfin revenir à lui, cherchant ses lunettes à tâtons avant de relever son regard sur elle.

" Salut, toi... Où sommes-nous...? "

Sa voix était faible, et Lydia lui tendit une bouteille d'eau. Elle se voyait que très mal faire boire un homme qui devait être âgé de dix ans de plus qu'elle. mais elle lui adressa un sourire quand même.

« Bonjour. On est dans la salle de spectacle de ma tante et mon oncle. La Muñeca de cera » répondit l'adolescente en s'installant à ses côtés. « Comment vous vous sentez? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

âge : 33 ans
statut : Fiancé mais proche de la rupture
enfant(s) : 1 garçon : Camillo, 3 ans
occupation : Prêtre
petit plus : Il roule les R à la espagnole, possède un oeil de verre dans son orbite droit

pseudo : Arsène
avatar : John Lennon
crédits : The Beatles, Google, Tumblr / Gif : InTheBeatlesLife, Avatar : Beatle Bits
posts : 438 points : 40
inscrit le : 07/09/2014

MessageSujet: Re: La poupée et le chiffon [PV Lydia Santacruz]   Ven 3 Oct - 19:12

Je ne reçus pas encore de réponse à la première question que j'avais posé dans ce four géant qu'était Madrid. La jeune fille me salua mais j'étais trop occupé à regarder cette bouteille d'eau s'agrandir dans mon champ de vision au fur et mesure qu'elle s'approchait. Ahhh, agua ! Quel élément merveilleux ! Si l'eau était une femme, je l'enlacerais et l'embrasserais jusqu'à ce que nos coeurs défaillent. Levant une main, j'essayai de saisir la bouteille, agrippant le vide à chaque fois de mes doigts squelettiques. Lorsque je pus enfin attraper le goulot, j'entendis de sa bouche notre localisation : La Muñeca de cera, la salle de spectacle de son oncle et de sa tante. Je bus goulument en pensant à cet endroit pour voir si des souvenirs allaient se réveiller dans mon esprit. Non, aucun. Je ne connaissais pas cette salle. Mais peut-être que mes parents et ma soeur connaissaient. Je répondis à l'enfant en lui rendant sa bouteille, la voix un peu moins faible :

" La Muñeca de cera... No, je ne connais pas, malgré son joli nom... Y a-t-il un cirque à côté ? "

Je passai une main sur mon visage, mes lunettes s'y glissant n'importe comment. Mes yeux étant fermés, je ne voyais pas la jeune fille s'asseoir à côté de moi, ce qui fit que je sursautai lorsque je la vis plus proche, le visage et les cheveux plus nets. Je m'excusai de mon sursaut en me repliant sur moi-même, littéralement.

" Comment vous vous sentez ? " me demanda-t-elle.
" Ohh... " fis-je en fermant les yeux, " je me sens nauséeux et j'ai encore le vertige, mais l'eau que tu m'as fait boire m'aide à mieux supporter ça... Merci ma grande... "
Je fis une pause avant d'ouvrir les yeux et de ricaner gentiment. Je repris :
" Tu vas rire, je viens de l'Andalousie, un des endroits les plus chauds du pays, et je ne supporte pas la chaleur...! ... Tu t'en sors, toi ?... "
Je ressentis un certain regret d'avoir posé cette dernière petite question sans que je sache pourquoi. Elle sonnait méchante à mes oreilles alors que ce n'était pas mon intention. Je devais être encore dans les vapes, ce qui doit expliquer cete légère impression d'écho dans les bruits et les voix.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t94-chema-alba-au-service-du-seigneur#322 http://bbme.forumactif.org/t141-chema-alba-un-pretre-est-toujours-entoure-de-ses-fideles

âge : 23 ans
statut : Célibataire
enfant(s) : Aucun
occupation : Babysitter et barmaid de nuit
petit plus : ♣ Lydia est bisexuelle aux TRES fortes tendances homosexuelles ♣ Elle veut un enfant et a subi une fécondation in vitro en Espagne, dont elle est tombée enceinte ♣ Elle n'arrive pas à oublier Caitlin.

pseudo : .
avatar : Naya Rivera
posts : 175 points : 97
inscrit le : 07/09/2014

MessageSujet: Re: La poupée et le chiffon [PV Lydia Santacruz]   Mar 4 Nov - 20:55


Chema & Lydia

la poupée et le chiffon

Lydia était un peu impressionnée par Chema, dire le contraire serait un mensonge. Et pas seulement parce qu'il était super pâle, mais elle avait l'impression qu'il pouvait se casser en mille morceaux si elle le regardait un peu trop attentivement. La petite latina informa son invité de l'endroit où ils se trouvaient, puisqu'il ne semblait pas connaître l'endroit. Elle ne comprenait pas trop ce qu'il faisait là dans ce cas, elle n'avait pas trop suivi le déroulement des événements.

" La Muñeca de cera... No, je ne connais pas, malgré son joli nom... Y a-t-il un cirque à côté ? "

Le visage de Lydia s'illumina en entendant parler du cirque. Il venait presque toutes les années, et il y avait une chanteuse qu'elle admirait beaucoup. Elle ne se souvenait pas de son prénom, de toute manière elle n'avait pas de site Internet, puisque Facebook et Twitter n'existaient pas encore à l'époque.

« Oui, pas très loin. Ma mère n'a pas l'argent pour me payer un ticket, j'ai réussi à me faufiler à l'intérieur pour voir les répétitions du spectacle en passant par la cage des éléphants » confia la jeune femme sans cacher son enthousiasme. « Mais vous ne lui répéterez pas hein? Elle va me flanquer la dérouillée de ma vie, sinon. »

Parce que oui, malgré son caractère déjà affirmé, Lydia avait un énorme respect pour sa mère. Il était rare qu'elle désobéisse, malgré son petit côté rebelle et provocatrice. Quoiqu'il en soit, elle questionna le jeune homme pour savoir comment il se sentait, et savoir si elle devait appeler son oncle ou quelqu'un pour le soulager mieux que ce qu'elle pouvait faire.

" Je me sens nauséeux et j'ai encore le vertige, mais l'eau que tu m'as fait boire m'aide à mieux supporter ça... Merci ma grande... Tu vas rire, je viens de l'Andalousie, un des endroits les plus chauds du pays, et je ne supporte pas la chaleur...! ... Tu t'en sors, toi ?... "

Lydia sourit et changea de position pour s'installer en tailleur. C'est vrai que l'été était dur par ici, mais elle trouvait toujours un moyen de se rafraîchir. C'était une question d'habitude sans doute, et c'est vrai qu'elle et ses cousins supportaient mieux la chaleur que leurs parents respectifs.

« Oui, je m'en sors. Même si aujourd'hui je le dois à mon cousin qui a trouvé drôle de me jeter dans la fontaine » sourit la latine, encore amusée par ce souvenir. « Mais vous avez parlé du cirque, vous êtes à Madrid pour le voir? Il ne passe pas en Andalousie? »

Ah la jeunesse et l'impertinence de ses questions. Lydia passait du coq à l'âne et elle s'en rendait naturellement compte, même si elle espérait que le jeune homme n'allait pas lui en tenir compte. D'ailleurs, elle ne connaissait toujours pas son prénom, maintenant qu'elle y pensait.

« Et c'est quoi ton nom? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

âge : 33 ans
statut : Fiancé mais proche de la rupture
enfant(s) : 1 garçon : Camillo, 3 ans
occupation : Prêtre
petit plus : Il roule les R à la espagnole, possède un oeil de verre dans son orbite droit

pseudo : Arsène
avatar : John Lennon
crédits : The Beatles, Google, Tumblr / Gif : InTheBeatlesLife, Avatar : Beatle Bits
posts : 438 points : 40
inscrit le : 07/09/2014

MessageSujet: Re: La poupée et le chiffon [PV Lydia Santacruz]   Sam 8 Nov - 23:16

" Oui, pas très loin. " était la réponse de la pré-adolescente au sujet de la localisation d'un cirque, ce qui me fit sourire. Bien que je n'étais pas très proche de ma famille et que je ne portais pas grand intérêt pour le cirque, j'étais quand même ravi de voir que ma famille était à proximité. Qui pourrait soutenir un sac d'os comme moi en cas de problème ? Pas cette jeune fille, en tout cas.
" Ma mère n'a pas l'argent pour me payer un ticket, j'ai réussi à me faufiler à l'intérieur pour voir les répétitions du spectacle en passant par la cage des éléphants. "
Mes yeux s'élargissent à la mention du ticket. Cela ne coûtait pourtant pas cher, une dizaine d'euros environ et encore cela dépendait de l'âge des spectateurs. J'avais sans doute affaire à une jeune fille assez modeste financièrement. De mon côté j'étais plus riche car les cousins de mes parents nous donnaient régulièrement de l'argent pour mieux vivre. Mais mon ange gardien était rieuse, enthousiaste et en plus courageuse ; je frissonnais à l'idée d'approcher des éléphants, ces pachydermes gigantesques pouvant faire de vous une crêpe d'un simple appui de patte.
Ensuite, elle me demanda de ne pas parler de tout cela à sa mère. Tel un confident, je souris et lui fis un clin d'oeil avant de dire :
" Motus et bouche cousue. "
Je mimai ensuite le geste d'une fermeture éclair en train de se fermer vers ma bouche qui se contorsionnait sous les doigts pincées. Ce fut tout de suite après que je me rendis compte que malgré l'inconfort que je ressentais depuis que j'avais mis les pieds à Madrid, j'étais d'humeur à glousser et à faire rire. Peut-être était-ce l'influence de mon clown de père. Ou la chaleur me faisait faire des choses que je n'aurais jamais osé faire. Un peu comme l'alcool. Gloups !

Je lui demandai si elle arrivait à supporter la chaleur et je fus ravi de savoir qu'elle tenait le coup.
" Même si aujourd'hui je le dois à mon cousin qui a trouvé drôle de me jeter dans la fontaine. "
Ahhh, si seulement je pouvais faire trempette dans une fontaine... Mais je sortis de ma rêverie et ricanai gentiment.
" Quel farceur ! " répondis-je doucement, le sourire aux lèvres.
" Mais vous avez parlé du cirque, vous êtes à Madrid pour le voir? Il ne passe pas en Andalousie ? "
Je clignai des yeux avec surprise et je me tardai de répondre à cette mignonne petite curieuse :
" Bien sur qu'il passe en Andalousie ! " répondis-je comme si c'était une évidence ; mais ma voix fut moins intimidante et devenait de plus en plus enthousiaste lorsque je lui précisais que : " Je suis à Madrid pour accompagner ma famille au cirque. Mon père est un clown rigolo toujours prêt à recevoir des tartes à la crème dans la figure. Ma mère est une trapéziste souple et gracieuse et ma soeur est une dompteuse de lions, de tigres et d'autres animaux terrifiants. "
Ahhh, comme j'admirais et jalousais ma famille ! Même si ça ne me dérangeait pas d'être seul à lire et écrire pendant qu'ils faisaient des saltos et faisaient des prédateurs des agneaux, il m'arrivait parfois de me sentir triste. Etre exclu d'un groupe n'est jamais agréable, même pour le plus solitaire des ermites.

Je reposai la tête contre le manteau, les mains croisées sur mon estomac. fixant le plafond encore en plein distortion. Etre bavard m'aidera dans mon futur métier mais ce jour-là cela ne fait que me donner le tournis. J'allais fermer les yeux lorsque l'enfant me les fit ouvrir et pivoter la tête vers elle lorsqu'elle me demanda mon nom. Un sourire chaleureux se dessina sur mes lèvres et je me présentai avant de lever une main vers elle dans le but de serrer la sienne :
" Chema Alba. Enchanté de faire ta connaissance. A qui ai-je l'honneur, jeune fille ? "

_________________


Dernière édition par Chema Alba le Sam 15 Nov - 15:36, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t94-chema-alba-au-service-du-seigneur#322 http://bbme.forumactif.org/t141-chema-alba-un-pretre-est-toujours-entoure-de-ses-fideles

âge : 23 ans
statut : Célibataire
enfant(s) : Aucun
occupation : Babysitter et barmaid de nuit
petit plus : ♣ Lydia est bisexuelle aux TRES fortes tendances homosexuelles ♣ Elle veut un enfant et a subi une fécondation in vitro en Espagne, dont elle est tombée enceinte ♣ Elle n'arrive pas à oublier Caitlin.

pseudo : .
avatar : Naya Rivera
posts : 175 points : 97
inscrit le : 07/09/2014

MessageSujet: Re: La poupée et le chiffon [PV Lydia Santacruz]   Jeu 13 Nov - 13:10


Chema & Lydia

la poupée et le chiffon

Lydia ne saura pas vraiment le dire pourquoi, mais cet inconnu lui inspirait confiance. Alors, lorsque ce dernier lui expliqua et lui promit qu'il n'allait pas la balancer à sa mère, elle le cru sans hésiter une seule seconde. Elle lui adressa donc un grand sourire, en guise de remerciements. Même si elle trouvait cela un peu bizarre de ne pas supporter la chaleur, elle qui n'avait jamais quitté Madrid. Elle avait d'ailleurs du mal à imaginer que des températures pouvaient descendre à moins de 0 degrés dans le nord de l'Europe. Elle n'avait jamais vu la neige, mais elle ne serait pas contre ce genre de choses. Elle espérait pouvoir gagner suffisamment sa vie lorsqu'elle serait plus âgée, histoire de voyager et d'emmener sa mère avec elle. La pauvre ne savait que sa mère allait décéder quelques années plus tard d'un cancer. La jeune Lydia avait encore des rêves plein la tête, avant que le désillusion ne la rende sarcastique en plus de son caractère déjà bien affirmé.

Lydia mentionna le fait que son cousin l'avait jetée dans la fontaine, ce qui sembla amuser l'homme en face d'elle. La latine sourit doucement, avant de le questionner sur les raisons de sa présence à Madrid.

" Bien sur qu'il passe en Andalousie ! Je suis à Madrid pour accompagner ma famille au cirque. Mon père est un clown rigolo toujours prêt à recevoir des tartes à la crème dans la figure. Ma mère est une trapéziste souple et gracieuse et ma soeur est une dompteuse de lions, de tigres et d'autres animaux terrifiants. "

Le visage de Lydia s'illumina une nouvelle fois, imaginant ce que cela devait être que de vivre dans une famille qui vivait du cirque. Celle de ce jeune homme répondait à tous les clichés qu'elle avait pu se faire jusqu'à maintenant. Le clown, la trapéziste et la dompteuse d'animaux. Elle décida donc de lui poser la question qui lui semblait la plus logique, puisqu'il n'avait pas mentionné ce qu'il faisait lui-même.

« Et vous vous faites quoi? » demanda Lydia, avant de se dépêcher d'ajouter. « Non attends, je vais deviner... Contorsionniste? »

Elle passait du vousoiement au tutoiement sans réellement s'en rendre compte, toute prise qu'elle était par cette discussion et cette rencontre plutôt surprenante. Elle ne s'y était pas attendue ou même préparée, mais elle vivait l'instant présent sans réfléchir aux choses. Quelque chose qu'il lui restait de l'innocence de l'enfance, très certainement. N'importe quel adolescent aurait préféré ne pas s'occuper de cet homme aux apparences fluettes et surtout de ne pas donner son nom. Mais Lydia le demanda d'elle-même, curieuse d'en apprendre sur cet homme, qui lui retourna la question par la suite.

« Lydia Alison Santacruz » répondit fièrement la demoiselle. Son père n'étant jamais été présent, c'était sa mère qui avait entièrement choisi ses prénoms. Et elle en était fière.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

âge : 33 ans
statut : Fiancé mais proche de la rupture
enfant(s) : 1 garçon : Camillo, 3 ans
occupation : Prêtre
petit plus : Il roule les R à la espagnole, possède un oeil de verre dans son orbite droit

pseudo : Arsène
avatar : John Lennon
crédits : The Beatles, Google, Tumblr / Gif : InTheBeatlesLife, Avatar : Beatle Bits
posts : 438 points : 40
inscrit le : 07/09/2014

MessageSujet: Re: La poupée et le chiffon [PV Lydia Santacruz]   Sam 15 Nov - 15:49

Ma jubilation soudaine disparut lorsque la jeune fille me demanda ce que je faisais dans ce petit groupe saltimbanques. Mon admiration pour mes parents et ma soeur se transformait en jalousie mais je m'efforçais de ne pas le montrer lorsque je lui répondis (même si elle le devinera vu la nature de ma réponse) :
" Je ne fais rien. Enfin si, je fais des études de théologie. Je compte devenir un prêtre pour aider les autres dans le besoin. Je suis trop fragile pour être acrobate. " Un sourire fatigué se dessina en harmonie avec les cernes sur mon visage. Je pris une inspiration plus profonde avant de lui demander -histoire d'égayer l'ambiance que je craignais avoir assombri- : " Et toi, tu veux faire quoi plus tard ? "

J'étais ravi de voir un soleil comme elle. Son sourire, son regard pétillant... J'espérais que la vie qu'il l'attendait ne modifierait pas ce joli visage. Mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, je n'étais pas amoureux d'elle. Non, pas à ce point. Je ne songeais même pas à l'amour. D'ailleurs, qui voudrait d'un sac d'os en tant que petit copain ?
Lorsqu'elle me demanda mon nom en me tutoyant soudainement -nous sommes-nous rapprochés considérablement ? Peut-être. En tout cas, je n'avais plus l'impression d'être un vieux papi lorsqu'elle me vouvoyait, je n'avais que 22 ans !-, je divulguai mon nom avec un vocabulaire riche, le genre de vocabulaire que je retenais dans les livres. J'essayais toujours de faire bonne impression, d'avoir de la classe. A l'école on ne cessait de dire que j'étais moche, ce qui me faisait perdre confiance en moi, mais ma soeur me disait tout le temps le contraire et m'encourageait à prendre soin de mon apparence et de mes manières pour être un charmant jeune homme.

" A qui ai-je l'honneur, jeune fille ? " lui renvoyai-je la question.
" Lydia Alison Santacruz. " me dit-elle avec fierté.
Je haussai un sourcil en l'entendant, l'air confus. Son nom de famille avait une consonnance espagnole mais ses prénoms...
" Lydia Alison ? " répétai-je, " ça ne sonne pas d'ici. Un de tes parents vient d'un pays étranger ? "

Si vous voulez savoir, mes parents étaient des Andalous pur souche. Ils s'étaient rencontrés dans une école de cirque miteuse et ils ne s'étaient jamais séparés depuis. Ils travaillaient ensemble, ils s'embrassaient et allaient au cinéma comme tous les couples normaux. Un jour ils avaient décidé de fonder une famille ensemble pour agrandir leur troupe de cirque. Leur troupe était composé de mes parents, ma soeur, quelques cousins et amis de la famille qui venaient d'une école différente. Certains d'entre eux étaient autodidactes, comme mon cousin jongleur ou une amie à ma mère qui maniait des bâtons enflammés. Et puis il y avait moi... ver de bibliothèque et solitaire. Personne ne pourrait se douter que je venais d'une famille de saltimbanques. Si je le disais à quelqu'un, il me traiterait de menteur.

Mais trêve de pleurnicheries. Je ne voulais pas faire mauvaise impression à Lydia, elle qui s'était occupé de moi pendant que j'étais dans les vapes, elle qui était déjà responsable à son âge !
" Est-ce que... " commençai-je en m'appuyant sur un coude, " est-ce que tu as pu voir ma famille en train de répéter dans la salle ? Un petit clown trapu barbouillé de maquillage, une femme élancée en train de s'étirer, une jeune femme en train de manier sa cravache, est-ce que tu as vu tout ça ? "
Au fur et à mesure que je parlais, j'essayais de m'asseoir puis de me lever prudemment en m'appuyant contre le mur. La chaleur étant encore un peu présente, j'agrippais mes ongles contre mon support, mon pantalon ample frémissant sur mes jambes qui menaçaient de s'effondrer.
" Aide-moi, Lydia... " suppliai-je.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t94-chema-alba-au-service-du-seigneur#322 http://bbme.forumactif.org/t141-chema-alba-un-pretre-est-toujours-entoure-de-ses-fideles

âge : 23 ans
statut : Célibataire
enfant(s) : Aucun
occupation : Babysitter et barmaid de nuit
petit plus : ♣ Lydia est bisexuelle aux TRES fortes tendances homosexuelles ♣ Elle veut un enfant et a subi une fécondation in vitro en Espagne, dont elle est tombée enceinte ♣ Elle n'arrive pas à oublier Caitlin.

pseudo : .
avatar : Naya Rivera
posts : 175 points : 97
inscrit le : 07/09/2014

MessageSujet: Re: La poupée et le chiffon [PV Lydia Santacruz]   Dim 28 Déc - 15:03


Chema & Lydia

la poupée et le chiffon

LLydia était trop curieuse et elle s'en rendait bien compte, mais souvent bien trop tard. C'était sans doute ce que l'on appelle la fougue de la jeunesse et ce qui lui restait d'innocence de l'enfance. Ce n'était pas plus mal, puisque cela la protégeait encore du regard des autres. Mais elle ne put manquer le changement d'humeur de Chema lorsqu'elle lui demanda ce qu'il faisait dans la vie. Elle l'imaginait contorsionniste, mais se trompait vraisemblablement.

" Je ne fais rien. Enfin si, je fais des études de théologie. Je compte devenir un prêtre pour aider les autres dans le besoin. Je suis trop fragile pour être acrobate. Et toi, tu veux faire quoi plus tard ? "

Un prêtre? Elle ne s'imaginait pas pouvoir en rencontrer un jour, il faut dire qu'à Madrid il y avait plus de curés qui se trouvaient dans le coin. En tout cas là où se trouvait son quartier d'habitation. Mais un homme d'église n'était pas exactement ce que Lydia aurait imaginé comme métier. Même si elle trouvait cela intéressant, quelqu'un qui était prêt à sacrifier sa vie et ses envies pour s'offrir aux autres. Le monde du spectacle avait toujours attiré Lydia, et ce n'était un secret pour personne dans sa famille. Il y a encore quelques années, elle espérait pouvoir faire maîtresse d'école la journée, danseuse le soir puis boulangère la nuit. Aujourd'hui, elle était devenue bien plus raisonnable.

« J'aimerais devenir danseuse professionnelle, mais ma maman dit que ce n'était un métier assez sûr. Alors en attendant de devenir une danseuse étoile, j'envisage de travailler avec les enfants plutôt. Mais les tous petits, entre 0 et 4 ans » ajouta-t-elle avec un petit sourire.

Elle était la cadette de la famille, et regrettait vraiment de ne pas avoir de petits cousins ou petites cousines à pouponner. Mais elle ne se privait pas de le faire dès qu'elle en avait la possibilité. Lydia avait un feeling particulier avec les enfants, et c'était quelque chose d'inné. Qu'elle ne pourrait pas changer, quoiqu'il arrive. Mais Lydia était curieuse d'en savoir plus sur ce garçon en face d'elle et elle lui demanda son prénom. Il était plutôt peu répandu, mais Lydia l'aimait beaucoup. Au moins cela changeait des Mario et autres Tony. Le prêtre lui retourna sa question, et ce fut avec une certaine fierté que Lydia lui donna son nom. En entier.

" Lydia Alison ? Ca ne sonne pas d'ici. Un de tes parents vient d'un pays étranger ? "

Le regard de la latine s'assombrit brièvement malgré elle. L'histoire entre ses parents ressemblait un peu à un mauvais roman. Un riche héritier allemand en déplacement, qui tombait amoureux de la femme de ménage de sa chambre d'hôtel. Une aventure qui se poursuit à chaque fois que Monsieur Müller revient en Espagne. Jusqu'à ce que la mère de Lydia tombe enceinte, et que Monsieur préfère écouter la pression de sa famille, plutôt que d'assumer ses responsabilités. La mère de Lydia a gardé le nom et le prénom de son paternel, mais la demoiselle n'a jamais voulu le contacter. Son esprit de loyauté envers sa mère était bien trop fort.

« Mon... Géniteur... est d'origine allemande » avoua-t-elle du bout des lèvres.

Elle ne parlait presque jamais de son père, et personne ne le faisait avec elle. Un sujet tabou oui, mais cela convenait parfaitement à Lydia comme cela. Elle ne voulait pas se lancer dans de longues conversations pleine de rancoeur, ayant parfaitement conscience que cela ne changerait pas les choses. Et elle ne supporterait pas que quelqu'un veuille lui faire changer d'avis sur son paternel. Ce dernier était le pire des enfoirés, et cela s'arrêtait là. De toute manière, sa mère lui suffisait amplement et elle ne voyait pas comment elle aurait pu avoir une maman plus fantastique que cela. Mais fort heureusement, Chema changea rapidement de sujet, lui demandant si elle n'avait pas vu des membres de sa famille.

" Est-ce que... est-ce que tu as pu voir ma famille en train de répéter dans la salle ? Un petit clown trapu barbouillé de maquillage, une femme élancée en train de s'étirer, une jeune femme en train de manier sa cravache, est-ce que tu as vu tout ça ? "

La latine le regarda se relever tant bien que mal, se levant à son tour pour le soutenir au cas où il flancherait brusquement. Il semblait tellement fragile, qu'elle s'étonnait de ne pas le voir se briser en mille morceaux une fois qu'il fut debout.

" Aide-moi, Lydia... "

« Oui, je les ai vus » répondit Lydia en le soutenant comme elle le pouvait. « Juste dehors, mais ça va aller avec la chaleur? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: La poupée et le chiffon [PV Lydia Santacruz]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La poupée et le chiffon [PV Lydia Santacruz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Poupée de chiffon corolle
» patron et tuto porte-poupée chinois
» mei tai poupée
» Lien pour poupées de papier à habiller...
» Tonner considere faire une poupée Jem !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: cork, irlande :: sur la route :: flashback-