AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 It seems that I need to talk ☼ Tomey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

âge : trente-deux ans.
statut : fiancé à l'époque, mais surement plus à l'heure actuelle.
enfant(s) : une petite fille, qu'il ne connait pas et dont il ignore totalement l'existence.
occupation : militaire en retraite anticipée, maintenant garagiste.
petit plus : a été présumé mort d'une explosion alors qu'il était en mission, et a fait six mois de coma.

pseudo : sab*/loveless
avatar : taylor kinney.
crédits : crick (ava) + tumblr.
DC : schizo (roxy, célia & maxym).
posts : 165 points : 31
inscrit le : 07/10/2014

MessageSujet: Re: It seems that I need to talk ☼ Tomey   Jeu 27 Nov - 9:30



❝it seems that i need to talk❞
Tomey & Katerina
Mes compliments à son égard semblaient l’avoir rendu mal à l’aise et gênée. Ce n’était pourtant pas le but recherché, au contraire. Je voulais juste qu’elle se rend compte à quel point ses propos étaient ridicules. Elle me plaisait, qu’elle soit enceinte ou pas. Pour moi, cela ne faisait aucune différence. Mais apparemment pour elle, ce n’était pas la même histoire... c’était un terrain glissant, un sujet un peu trop dangereux. La jeune femme en faisait sans doute une fixette, et réagissait au quart de tour quand il s’agissait de son physique de future maman. Oui, ça doit sans doute être une psychose chez les femmes enceintes de se trouver indésirable, grosse, et clairement loin d’être attirante. Mais elle n’était pas dans la peau d’un homme, ni dans sa tête, pour se rendre compte véritablement des choses. Kate ne semblait d’ailleurs pas vouloir lâcher prise, tentant par tous les moyens de donner raison à son argumentation. Mais si elle voulait jouer au plus têtu avec moi, elle allait sans doute foncer droit dans un mur. « Est-ce que tu serais en train d’insinuer que mon grand âge me fait perdre la vue, aussi ? » Oui, elle avait clairement dit que je devais être complètement aveugle pour dire ça. J’ironisais donc la situation, pour lui montrer, tant bien que mal, qu’elle se trompait sur toute la ligne. Elle avait elle-même précisé que je n’étais pas encore un vieux croulant tout à l’heure... donc ma vue fonctionnait encore à merveille, merci. « Je crois qu’en réalité, je vois très bien. Et rien ne pourra me faire changer d’avis sur le sujet. Même si tu n’as clairement pas confiance en toi, je peux t’assurer que tu es beaucoup plus désirable que tu ne le penses. » Est-ce que je venais vraiment de lui dire qu’elle était désirable ? Bon, d’accord, au moins les choses devenaient plus claires entre nous. « Et si je suis le seul à le penser – ce qui n’est sans doute pas le cas, pas de soucis, ça m’arrange. Au moins je n’aurais pas trop de concurrence... » Oui, notre jeu de séduction n’était plus tellement un jeu maintenant. Les mots que j’employais étaient sincères, réels, et vrais. Je ne jouais plus, à cet instant précis. Et j’espérais qu’elle s’en rendait compte. C’est comme si, sans m’en rendre compte, cette histoire sur son physique venait de faire évoluer, encore une fois, notre relation. Cette dernière semblait avoir franchie un nouveau cap. « Les autres ne savent pas ce qu’ils ratent. » Et j’en rajoutais encore une couche, pour tenter de lui redonner un peu confiance en elle. Je voulais simplement qu’elle arrête de croire à toutes les conneries qu’elle racontait. Si ça n’avait tenu qu’à moi, et si je ne m’efforçais pas à vouloir faire les choses dans l’ordre... j’aurais pu clairement lui sauter dessus, pour lui montrer à quel point elle était attirante. Cette pensée me fit sourire, inconsciemment. Et bizarrement, le sujet dévia sur les ébats de sa meilleure amie et de son petit ami. Volontairement, je lui avais fait un nouveau sous entendu, qu’elle ne perdit pas de temps à relever. « N’oublie pas, j’ai promis d’être ton homme tout à l’heure. Alors je suppose que je ne peux que te proposer mon aide, à ce sujet. » Tout devenait on ne peut plus clair entre nous. Plus de sous entendus ou de perches tendues. Je disais, à présent, les choses comme je les pensais vraiment. Sans tabou, sans gêne. Et cela ne semblait pas vraiment déranger la jeune femme, au contraire. A vrai dire, la situation devenait de plus en plus entreprenante, et j’avais un peu de mal à rester insensible à tout ça, si vous voyez ce que je veux dire… Heureusement, nous changeâmes de sujet rapidement pour parler de nos goûts respectifs. Cela atténuerait peut être légèrement la tension sexuelle qui semblait régner dans cet appartement. Ce n’était peut être pas réciproque... peut être que Kate prenait seulement toute cette histoire pour un jeu... mais en tout cas, pour ma part, je ne pouvais pas être plus concerné par le sujet. Après tout, je suis un homme. Et mes envies ne sont jamais très loin. Bref. Concentrons-nous maintenant sur les goûts de la jeune femme. Le cinéma, premier point commun. Puis, le sport. Et son compliment à ce sujet fut agréable à entendre. Mais je ne pu m’empêcher de la charrier, une nouvelle fois. « Je croyais que je n’avais pas un corps de rêve ? » Oui, en même temps, la perche était trop grosse pour ne pas être relevée. La jeune femme s’était trahie en disant que j’étais bien bâti. Elle commençait à se faire prendre à son propre piège, et j’adorais ça ! Comme quoi la discussion ne restait pas sérieuse longtemps... comme si c’était plus fort que nous, d’un côté comme de l’autre. Les sensations fortes, ce n’était apparemment pas son truc même si ça l’avait toujours attiré, d’une manière ou d’une autre. Et oui, on ne peut clairement pas imaginer les sensations que ça peut nous procurer, si on n’essaye pas. Mais la peur ne peut pas vraiment se contrôler, et ce n’est pas le genre d’activité qu’on peut forcer quelqu’un à faire. « En tout cas, si un jour, par miracle, tu te sens prête à tenter l’expérience... je veux être ta première fois. » J’avais volontairement tourné ma phrase de la sorte. On sait tous pourquoi... mais ma proposition était réellement sincère. Si elle voulait essayer, je me portais garant pour le faire à ses côtés et l’accompagner dans cette expérience. Puis, la jeune femme me taquina à propos de son facteur, qui, pour elle, était soit disant déjà l’homme parfait dont je lui parlais. Je fis une moue boudeuse, croisant mes bras sur le torse, faisant mine d’être vexé par la comparaison. Kate s’absenta quelques minutes pour revenir avec un plateau qu’elle déposa sur la table basse. De l’eau gazeuse, et du jus de fruits, pour elle. Moi ? Abuser d’elle ? Qu’elle n’essaye pas de retourner la situation. Qu’elle assume pleinement ses envies, elle aussi. Si je m’en tenais aux avances qu’elle s’efforçait de me faire depuis quelques heures... je pouvais en conclure que l’envie était partagée. Alors oui, elle pouvait sans doute vouloir, elle aussi, abuser de moi. Mais je ne pris pas la peine de répliquer, histoire qu’elle soit déçue que sa plaisanterie n’est pas eu l’effet escomptée. « Je suis partant pour un film. » Je pris donc le soin de me lever du canapé, pour me diriger vers le meuble qu’elle m’avait pointé du doigt. « Mais j’ai une meilleure idée pour faire notre choix. » Je fermais alors les yeux, parcourant du doigt toutes les rangées de DVD qui se trouvait devant moi. Stop. Je m’arrêtais, au hasard, sur un DVD. Et le film sélectionné fut le suivant ; Paranoiak. Je me tournais alors vers la jeune femme. « Voilà, le hasard a choisi pour nous. Au moins, tu ne pourras rien me reprocher. » C’est toujours délicat de faire un choix, et ça prend toujours trop de temps. Au moins, comme ça, les choses étaient plus simples. « Tu l’as déjà vu ? » ajoutais-je en lui tentant le DVD. « On a eu de la chance au tirage, il est pas mal. » Au moins, on n’était pas tombé sur une comédie romantique à l’eau de rose, ou sur un film d’épouvante, bien dégueulasse et flippant. On avait évité les extrêmes, et ce n'était pas plus mal.

© Pando

_________________
fallen angel.
CONTINUER D'AVANCER, NE PLUS VIVRE DANS LE PASSÉ. NE PAS MONTRER SES FAIBLESSES, NE PLUS VIVRE DE SES REGRETS.@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t510-a-ghost-back-from-the-dead-tomey http://bbme.forumactif.org/t521-lost-in-pain-and-feelings-tomey

âge : 24 ans
statut : Célibataire
enfant(s) : Deux bouts de choux en cours de route ♥ (28 semaines)
occupation : Ancienne étudiante en psychologie, aujourd'hui elle a tout arrêté à cause de sa tumeur et de sa grossesse.
petit plus : Condamnée à cause d'une tumeur au cerveau, elle a finalement survécu, c'est une "miraculée" || Son fiancé l'a quitté quand il a su qu'elle était malade et qu'il ne lui restait plus que quelques mois à vivre || Ne souhaitant pas quitter cette terre sans avoir donné la vie, elle a demandé à son meilleur ami de lui faire un enfant après qu'elle eut appris qu'elle ne mourrait pas tout de suite || Ses médecins lui avaient interdit de tomber enceinte de peur qu'une grossesse ait un impact sur sa santé fragile, mais elle n'en a fait qu'à sa tête et ne les a pas écouté, elle est donc désormais enceinte de jumeaux || Elle a peur de sortir dehors seule la nuit, tout simplement parce qu'elle a peur du noir...

pseudo : Chimène
avatar : Sexy Dobrev
crédits : Melaaniee (avatar)
DC : Les sublimes Sadie & Eira (a)
posts : 513 points : 253
inscrit le : 12/10/2014

MessageSujet: Re: It seems that I need to talk ☼ Tomey   Dim 30 Nov - 11:29


Tomey & Katerina
It seems that I need to talk

Il semblait véritablement obstiné, prêt à se battre jusqu’au bout pour lui montrer qu’elle avait tort et qu’elle était loin de ne pas être désirable. Dommage pour lui, il venait de se heurter à quelqu’un d’apparemment aussi têtu que lui et il n’allait pas l’emporter de cette manière. Kate secouait légèrement la tête au fur et à mesure qu’elle entendait ses arguments, toujours pas décidée à accepter l’idée qu’elle pouvait plaire à quelqu’un dans cet état. Sérieusement, cet homme était-il vraiment net dans sa tête ? Et même s’il ne mentait pas, si elle lui plaisait vraiment… Qui souhaiterait s’engager dans une quelconque relation avec une jeune femme déjà enceinte de six bons mois de jumeaux ? C’était pure folie, un véritable suicide. Autant se jeter directement d’une falaise, ça serait bien plus rapide et peut-être plus indolore. Non, sérieusement… Pour le moment il voyait peut-être une femme sexy et très à son goût, mais il ne voyait pas plus loin que ça. Il ne pensait pas à l’après. L’après grossesse s’entend. Qui voudrait s’encombrer de jumeaux ? Personne, qu’on se le dise, à moins que ceux-ci soient désirés et engendrés avec la personne que l’on aime. Voilà pourquoi, s’il avait un minimum de jugeote, il prendrait la fuite le plus rapidement possible après ce moment passé avec elle, et ne chercherait pas à la recontacter. Néanmoins, la jeune femme doutait sérieusement qu’il le fasse. Il ne semblait pas être ce genre d’homme à parler dans le vent, à fuir dès que l’occasion se présentait. Il paraissait plus sérieux que jamais et c’était probablement ça qui réveillait une légère peur au fin fond du cœur de Kate. Cela faisait tellement longtemps qu’un homme ne s’était pas ainsi intéressé à elle, tellement longtemps qu’elle était seule. Si elle avait su jouer avec lui au début, elle se posait désormais certaines questions, car le jeu avait cessé à l’instant même où il lui avait avoué qu’il la trouvait magnifique. Elle ne savait pas quoi en penser, elle ne savait pas comment le prendre, mais elle détestait cette idée. Non, elle n’était pas magnifique, elle n’était pas attirante, pas désirable. Ce qu’elle fit d’ailleurs remarquer au beau brun, qui lui rétorqua qu’il n’était pas encore un vieux croulant et qu’il savait très bien ce qu’il voyait. « Je n’insinue rien, je ne fais que constater les choses, c’est différent. Je n’ai peut-être pas confiance en moi, mais toi tu idéalises ma personne. Tu dois avoir le cerveau retourné, ou quelque chose comme ça pour penser de la sorte… » Elle cherchait des excuses, n’en trouvait pas. Finalement il valait mieux qu’elle se taise et qu’elle le laisse délirer seul. Néanmoins, elle n’en démordrait pas et resterait campée sur ses positions. « Pour ce qui est de la concurrence, ça c’est certain, ne t’attend pas à en avoir, tu risquerais d’être déçu. » Il avait retrouvé son petit côté taquin et la jeune femme esquissa un faible sourire, toujours gênée par cette situation. « Oh si, ils savent très bien ce qu’ils ratent, crois-moi… C’est toi qui ne comprends pas. Tu ne vois qu’une femme enceinte soit disant sexy. Tu ne penses pas à ce qui pourrait se passer par la suite. Analysons la situation un moment : je ne suis pas stupide, j’ai bien compris que tu n’agissais pas comme ça avec toutes les femmes que tu croisais. J’aurais été une femme normale, je pense que je serais déjà dans ton lit à l’heure actuelle. Mais je ne sais pas pourquoi, tu n’as justement pas l’air de me considérer comme une de ces femmes. D’un côté c’est plutôt positif, puisque de toute façon je n’ai pas pour habitude de m’envoyer en l’air avec le premier venu, mais bref, passons. Tu ne me vois pas comme elles, alors que je n’ai rien de différent. Bizarrement, je te plais, j’ai suffisamment étudié le comportement humain pour le savoir. Chose que je ne parviens pas à comprendre. Bref, là n’est pas la question. Admettons que ce soit réciproque, que va-t-il se passer ? Il y a de fortes chances pour que l’on se revoie, qu’on passe de bons moments ensemble, que l’on passe certaines étapes dites normales. Imaginons que l’attirance devienne plus que ça, que quelque chose de concret se construise… » Certes, là elle allait très loin dans ses suppositions, et Tomey trouverait peut-être ça totalement absurde et déplacé, notamment si lui n’avait pas du tout l’intention d’aller aussi loin avec elle, mais elle ne pouvait pas passer à côté de ça. Son raisonnement partait bien plus loin qu’une histoire de physique, il révélait bien plus de choses qu’un complexe, si on savait analyser ses paroles. Il révélait notamment une certaine peur de l’engagement et de l’abandon, dû à ses fiançailles ratées d’il y a deux ans. « Que se passera-t-il après l’accouchement ? Tu es conscient que s’engager avec une femme enceinte de jumeaux, c’est s’engager auprès de trois personnes et non d’une seule ? Tu es conscient de ce que cela signifie ? » Elle marqua une pause, secouant légèrement la tête. Tout ce qu’elle énonçait paraissait tellement lointain et surtout inimaginable. Elle ne connaissait presque pas cet homme et pourtant elle parlait déjà d’engagement. C’était stupide, mais c’était nécessaire pour elle. « Tu comprends pourquoi les hommes préfèrent prendre la fuite plutôt que de me donner une chance ? Ils ont compris ce que cela signifiait et qu’ils ne voulaient pas d’une vie comme celle que j’ai à offrir. Et honnêtement je les comprends, je ne souhaite à personne de devoir se retrouver du jour au lendemain avec deux enfants non désirés sur le dos. Alors oui, peut-être que pour toi je suis magnifique, mais avant de me dire ça et de proclamer que c’est mieux s’il n’y a pas de concurrence, réfléchis bien. Réfléchis à tout ce que je viens de dire, réfléchis à tout ce que ça signifie et ensuite tu seras en mesure de savoir si oui ou non, je vaux vraiment la peine que tu me dises que je suis désirable. Il n’est pas impossible que tu changes d’avis après ça. Mais j’espère sincèrement que non, parce que lorsque je me suis levé ce matin je ne pensais pas rencontrer quelqu’un comme toi aujourd’hui… » Elle n’ajouta rien de plus, il interpréterait ça de la façon dont il voudrait. Maintenant qu’elle avait totalement vidé son sac, qu’elle avait été franche avec lui, elle espérait qu’il verrait les choses d’une meilleure façon et qu’il serait plus apte à la comprendre. Seulement elle espérait juste qu’il ne fuirait pas face à de tels propos. Bah… Au moins ça lui prouverait une nouvelle fois qu’elle avait raison. Après tout, peut-être était-elle destinée à rester seule ? Lou lui aurait tapé sur les doigts pour oser penser une telle chose, mais tant pis. Elle ne pouvait pas faire autrement.

Après ça, parler de choses plus légères fut agréable. Il était prêt à coucher avec elle pour se venger de sa meilleure amie. Intéressant, même si elle se doutait que ses motivations allaient bien plus loin qu’une simple vengeance. Mais ça, elle ne le dit pas et se contenta d’esquisser un sourire. Il continuait à la charrier gentiment, relevant chacun de ses mots pour contredire ce qu’elle avait bien pu dire auparavant. « J’ai dit que tu étais bien bâti, ça ne signifie pas pour autant que tu as un corps de rêve. J’ai connu des hommes bien plus musclés que toi et pas forcément avec un corps parfait. Trop de muscles, tue le muscle. Et tue l’amour aussi. Enfin, ce n’est que mon avis mais… Je pense qu’il y a un juste milieu. » Elle haussa les épaules et sourit. Il se trouve que, justement, Tomey était dans ce juste milieu, mais elle n’en dit rien, ne souhaitant pas lui tendre une nouvelle perche et flatter un peu plus son égo. De toute manière il saurait bien assez tôt qu’il était tout à fait à son goût, même si cela se devinait déjà, vu la façon dont elle se comportait avec lui. S’il ne lui avait pas plu, elle l’aurait recalé dès le départ et ne l’aurait pas laissé aller aussi loin. Lorsqu’ils en vinrent à parler de sensations fortes, elle n’hésita pas une seule seconde à lui avouer ses peurs, ce à quoi il répondit immédiatement qu’il souhaiterait être sa première fois si jamais elle voulait essayer un jour. La connotation sexuelle placée dans la phrase n’échappa pas à la jeune femme, la concertant d’autant plus dans l’idée que Tomey n’était pas là pour s’amuser avec elle. « Je serai ravie de tenter ça avec toi, mais je pense qu’il va falloir patienter un moment. » Car il était clair que ça n’était pas demain qu’elle déciderait de se jeter dans le vide juste pour le plaisir. Brr, non merci… Rien que d’y penser, elle en avait la chair de poule. Quelques instants après, le brun se levait et se dirigeait vers le meuble contenant les DVD, après que Kate lui eut proposé de faire un choix. Il tira un DVD au hasard et le lui montra. Paranoïak hein ? Elle ne savait même pas qu’elle avait ce film chez elle. Lou avait encore frappé… « Que voulais-tu que je te reproche de toute façon ? Et non je ne l’ai jamais vu. Ma meilleure amie passe son temps à acheter des tonnes de films, du coup on a jamais vraiment le temps de tous les regarder. Celui-ci en fait partie. » Elle attrapa la jaquette qu’il lui tendait et parcouru rapidement le résumé. Oui, il avait l’air pas mal. Restait à espérer que ça soit réellement le cas et non pas un leurre. « Je te laisse lancer le film, je reviens. » Elle fila de nouveau dans la cuisine et récupéra quelques trucs à manger. Oui, elle avait déjà mangé il y a peu, mais elle avait encore un peu faim et puis, elle aimait bien grignoter en regardant un film, alors… Elle revint avec ses réserves de nourriture qu’elle déposa sur la table basse et se rassit sur le canapé. « Surtout, ne dis rien. » Elle anticipait une quelconque réaction de la part de Tomey, quant au fait qu’elle passait son temps à manger. Oui et bien zut, elle était enceinte, elle avait le droit, voilà. Lorsque le film démarra, elle se tut et se concentra sur les images qui défilaient devant ses yeux, priant pour qu’il ne fasse quand même pas trop peur.

© Belzébuth

_________________


'Resurrected
Looks up and smiles, you're alive ! ©️endlesslove.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

âge : trente-deux ans.
statut : fiancé à l'époque, mais surement plus à l'heure actuelle.
enfant(s) : une petite fille, qu'il ne connait pas et dont il ignore totalement l'existence.
occupation : militaire en retraite anticipée, maintenant garagiste.
petit plus : a été présumé mort d'une explosion alors qu'il était en mission, et a fait six mois de coma.

pseudo : sab*/loveless
avatar : taylor kinney.
crédits : crick (ava) + tumblr.
DC : schizo (roxy, célia & maxym).
posts : 165 points : 31
inscrit le : 07/10/2014

MessageSujet: Re: It seems that I need to talk ☼ Tomey   Lun 8 Déc - 15:05



❝it seems that i need to talk❞
Tomey & Katerina
Plus têtu que moi, tu meurs. Et pourtant... Kate ne semblait pas vouloir me donner le dernier mot à son sujet. Elle était déterminée et têtue, tout comme je l’étais aussi. Encore un point commun. Dans tous les cas, mon discours n’avait aucun impact à son égard. Et au contraire, il lui donnait encore plus envie de me prouver le contraire. Notre débat ressemblait à un dialogue de sourds. Deux inconnus voulant à tout prix camper sur leurs positions respectives. Après tout, qui était-elle pour penser à ma place ? Elle ne savait définitivement pas de quoi elle parlait. Peut être que tous les autres hommes qu’elle avait rencontré avaient pensé ça, mais moi, j’étais différent. En tout cas, ce sujet semblait terriblement douloureux pour elle puisque la jeune femme, obstinée, ne souhaitait pas en démordre. Elle continua son monologue, tentant par a+b de me prouver que je me trompais. Pour cela, la jeune femme se projetait assez loin dans le futur concernant notre relation. Et d’un côté, cela voulait dire beaucoup de choses... si elle pensait à tout ça, c’est que, quelque part, elle le voulait non ? Du moins, c’est ce que son comportement me faisait penser. Elle parlait évidemment de mon attirance envers elle, mais également d’un éventuel futur ensemble. C’était fou de mentionner ce genre de choses alors que nous n’en étions seulement qu’au premier rendez-vous. Mais sans trop savoir comment l’interpréter et le comprendre, cette éventualité me plaisait. Je n’étais donc pas un type comme les autres pour elle. Je ne pu m’empêcher de sourire, bêtement, tout en écoutant son petit discours. Je ne souhaitais pas l’interrompre, conscient qu’il fallait qu’elle aille jusqu’au bout des choses pour se sentir mieux. Au moins, comme ça, elle aura eu la sensation de vider son sac, et d’avoir tout fait pour me prouver mon erreur. Elle sera satisfaite, d’une manière ou d’une autre. Enfin du moins, c’est comme ça que je voyais les choses. Certes, il y avait de nombreuses raisons de croire que tous ses arguments étaient valables. Qui était assez fou pour s’enticher d’une femme, enceinte de jumeaux ? Après tout, nous avions seulement joué à un jeu de séduction tous les deux. Mais pour moi, cela représentait plus que ça. Elle avait raison à mon sujet. Si je ne l’avais pas trouvé différente des autres, Kate serait déjà passée à la casserole, comme on dit. Alors oui, mentionner la probabilité d’un futur, et de nombreux autres rendez-vous ensemble n’était pas si bête que ça, au contraire. C’était tout à fait légitime. D’autant plus que la jeune femme avait sans doute trop souffert de l’abandon, pour risquer à nouveau d’être déçue. Son discours sentait le vécu... et la douleur de son chagrin. Et je ne pouvais pas m’empêcher d’être touchée par sa fragilité. C’était sans doute la première fois depuis que nos regards s’étaient croisés que je la voyais autant vulnérable. Et toute cette histoire la rendait encore plus attachante. La dernière phrase qui clôturait son monologue me fit sourire. Elle espérait que je ne change, malgré tout, pas d’avis à son sujet. Elle ne pensait pas rencontrer quelqu’un comme moi aujourd’hui. Et pour être honnête, moi non plus. Comme quoi, la vie peut encore réussir à nous surprendre. N’ayant toujours pas prononcé un mot, je me rapprochais alors dangereusement du visage de la jeune femme. Je fixais mon regard droit dans le sien, sans le lâcher d’une seconde. Et je me permis de déposer mes lèvres au coin de sa bouche. Un baiser délicat, doux, et terriblement sincère. « Je crois que tu as désormais ta réponse. » Mon geste pourrait lui paraitre déplacé, j’en étais conscient mais je n’avais pas pu le contrôler. Aucun mot n’aurait pu être aussi fort que ce que je venais de lui donner, de lui prouver. Aucun discours n’aurait eu l’effet escompté. En seulement quelques secondes, grâce à ce baiser, je venais de lui dire beaucoup plus de choses que j’aurais pu lui dire en cinq minutes. « Et oui, tu me plais et je te trouve désirable... rien ne pourra changer mon avis sur le sujet, que tu le veuilles ou non. » Finalement, qui avait réussi à avoir le dernier mot dans ce grand débat ?

Finalement, ce moment tendresse fut écourté par un changement brutal de sujet. Il ne fallait pas non plus brusquer les choses, et ce n’était donc pas plus mal. Rien de mieux pour cela qu’une bonne séance DVD devant la télé, au chaud, et en bonne compagnie. Le hasard avait choisi le film pour nous, et après tout, ce n’était pas le plus important... je crois que j’aurais pu regarder n’importe quelle connerie, en cet instant précis. Je profitais simplement de ce moment agréable, avec ma nouvelle rencontre, tout aussi charmante qu’inattendue. Je prenais donc le soin de m’installer confortablement dans le canapé après avoir lancé le DVD dans le lecteur. Kate s’était éclipsée du salon, pour revenir quelques minutes plus tard les bras chargés de nourriture. Je ne pu m’empêcher de laisser échapper un éclat de rire, alors que Kate venait justement de m’ordonner de ne rien dire. Ah les femmes enceintes, et leurs hormones, toute une histoire ! En tout cas, la scène était drôle et Kate en était doublement plus attirante. Oui, cette dernière semblait avoir un impressionnant pouvoir attractif sur moi, ce qui pouvait être effrayant au vue des circonstances. Je connaissais cette femme depuis seulement quelques heures, et j’avais l’impression de la connaitre depuis toujours. Ce n’était pas une sensation désagréable, au contraire, mais ce n’était quand même pas très commun. Le film démarra alors, laissant le silence prendre part de l’appartement. « Si tu as peur, n’hésites pas à te blottir dans mes bras. » Bon, oui, c’était une nouvelle proposition sous entendu. Mais j’avais déjà embrassé la jeune femme quelques minutes auparavant, et je ne voulais pas paraitre trop insistant. C’était désormais à elle de faire le second pas, si elle en avait envie, bien sur. En tout cas, je ne voulais pas que les choses aillent trop vite entre nous. Comme déjà dit, Kate était différente des autres femmes et je voulais faire les choses dans l’ordre. D’autant plus que je n’étais peut être pas encore prêt à me relancer dans une relation, après tout ce que j’avais vécu ces derniers temps. Je préférais prendre le temps de la connaitre, de passer du temps en sa compagnie avant d’envisager quoi que ce soit. Mais je ne renoncerais certainement pas à quelques gestes affectifs durant ce moment... après tout, cela ne nous engageait à rien, pour le moment. Depuis ma résurrection (en quelques sortes), je voyais les choses différemment ; ne pas se prendre la tête, profiter de l’instant présent, et des bons moments que la vie peut nous procurer. C’était exactement ce que je voulais faire, en cet instant précis.


© Pando

_________________
fallen angel.
CONTINUER D'AVANCER, NE PLUS VIVRE DANS LE PASSÉ. NE PAS MONTRER SES FAIBLESSES, NE PLUS VIVRE DE SES REGRETS.@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t510-a-ghost-back-from-the-dead-tomey http://bbme.forumactif.org/t521-lost-in-pain-and-feelings-tomey

âge : 24 ans
statut : Célibataire
enfant(s) : Deux bouts de choux en cours de route ♥ (28 semaines)
occupation : Ancienne étudiante en psychologie, aujourd'hui elle a tout arrêté à cause de sa tumeur et de sa grossesse.
petit plus : Condamnée à cause d'une tumeur au cerveau, elle a finalement survécu, c'est une "miraculée" || Son fiancé l'a quitté quand il a su qu'elle était malade et qu'il ne lui restait plus que quelques mois à vivre || Ne souhaitant pas quitter cette terre sans avoir donné la vie, elle a demandé à son meilleur ami de lui faire un enfant après qu'elle eut appris qu'elle ne mourrait pas tout de suite || Ses médecins lui avaient interdit de tomber enceinte de peur qu'une grossesse ait un impact sur sa santé fragile, mais elle n'en a fait qu'à sa tête et ne les a pas écouté, elle est donc désormais enceinte de jumeaux || Elle a peur de sortir dehors seule la nuit, tout simplement parce qu'elle a peur du noir...

pseudo : Chimène
avatar : Sexy Dobrev
crédits : Melaaniee (avatar)
DC : Les sublimes Sadie & Eira (a)
posts : 513 points : 253
inscrit le : 12/10/2014

MessageSujet: Re: It seems that I need to talk ☼ Tomey   Mer 10 Déc - 13:29


Tomey & Katerina
It seems that I need to talk

Elle lui servit tous les arguments possibles et inimaginables qui démontraient qu’elle n’était pas désirable et que s’attacher à elle était une très mauvaise idée. Pourtant, si elle paraissait ne pas vouloir en démordre, lui non plus. Même après tout ce qu’elle venait de dire il ne semblait pas plus perturbé que ça et n’avait pas l’air d’être sur le point de prendre ses jambes à son cou. Sur le coup, la jeune femme n’aurait su dire si c’était une bonne ou une mauvaise chose. Certes, elle n’avait pas envie de le voir fuir. Car cela aurait juste démontré qu’il n’avait qu’une idée en tête : la mettre dans son lit et puis basta. Et elle ne voulait pas d’un homme prêt à fuir à la moindre occasion, à la moindre complication. Elle voulait un homme qui soit capable de garder son sang-froid, d’avoir la tête sur les épaules et étant capable de l’aimer pour autre chose que son physique. Bon là clairement, le physique n’entrait pas en ligne de compte puisque, comme elle l’avait si bien répété, elle était grosse et loin d’être désirable. Tant mieux si Tomey pensait le contraire, mais il ne la ferait pas changer d’avis sur ce point-là. Et d’un autre côté, peut-être que ça aurait été mieux qu’il se sauve directement ? Au moins la jeune femme n’aurait pas été prise à la gorge par cette peur terrible de se faire abandonner une nouvelle fois. Car autant le dire tout de suite, elle ne le supporterait pas. La perte d’Hayden l’avait déchirée au plus profond d’elle-même et lui avait laissé des cicatrices indélébiles. Elle ne voulait pas avoir à revivre ça, à se retrouver face à un homme tellement lâche qu’il avait pris la fuite en apprenant qu’elle allait mourir. En y repensant, elle se demandait comment elle avait pu passer à côté de ça. Comment elle avait pu ne pas voir que celui qu’elle croyait être l’amour de sa vie n’était en fait qu’un véritable connard et un couard de première classe ? L’amour rend aveugle comme on dit. Ça avait été le cas avec elle et elle ne souhaitait pas refaire les mêmes erreurs. Alors le fait que Tomey soit toujours là prouvait peut-être qu’il n’était pas comme Hayden. Qu’il n’était pas lâche, qu’il n’était pas un connard et qu’il ne serait pas prêt à l’abandonner au moindre signe annonciateur que sa tumeur était de retour. Bon pour ça, il aurait déjà fallu qu’il soit au courant qu’elle était réchappée d’une tumeur et que celle-ci pouvait revenir à tout instant. Mais elle n’avait pas envie de gâcher l’instant en le lui avouant. Si ils se revoyaient, elle aurait tout le loisir de le lui dire. Pour le moment… Elle n’alla pas au bout de sa pensée. Quelque chose la fit se figer. Il était là, face à elle, plus près qu’il ne l’avait jamais été durant ces dernières heures. Son regard croisa le sien, tandis que ses lèvres se rapprochaient dangereusement des siennes. Sur le coup de la surprise, elle faillit reculer, mais elle se reprit au dernier moment et intima à ses membres de ne pas bouger. Sans s’en rendre compte, elle s’était mise à retenir son souffle, telle une adolescente dans l’attente de son premier baiser. Alors ses lèvres vinrent se poser au coin des siennes, faisant légèrement frissonner la jeune femme. Il y avait quelque chose dans ce baiser de terriblement sincère, quelque chose de terriblement attirant. Lorsqu’il se recula, l’instant se brisa instantanément, donnant à la jeune femme qu’un ballon de baudruche venait d’éclater juste sous son nez. Elle secoua légèrement la tête, reprenant enfin sa respiration, puis rougit violemment. C’était tellement… inattendu. « Je crois aussi… » Et même si cela aurait pu paraître déplacé, tant d’audace plaisait à Kate. Et il faut dire que ce léger baiser n’avait pas été pour lui déplaire. Finalement, lorsqu’il recommença à lui dire qu’il la trouvait désirable et qu’elle lui plaisait, elle ne trouva rien à redire à ça. Il avait gagné.

Après avoir choisi le film et l’avoir lancé, Tomey vint s’installer confortablement aux côtés de Kate qui venait de revenir les bras chargés de nourriture, ce qui provoqua l’hilarité du jeune homme. Mais euh… Elle fit une moue boudeuse et lui jeta un nouveau coussin au visage. « C’est mal de se moquer d’une femme enceinte. » Elle prit un air vexé qui ne dura que quelques secondes, puis sourit, espiègle. « Sache qu’il n’y a rien de faux lorsqu’on dit qu’un homme risque sa vie s’il fait attendre une femme enceinte qui a faim. Alors si tu ne veux pas mourir, laisse-moi manger. » Puis elle s’installa confortablement et se tourna vers l’écran. Le film venait de commencer lorsque Tomey vint lui faire une proposition des plus intéressantes. Néanmoins, elle ne tourna même pas son regard vers lui, faisant mine de ne pas être intéressée. Seul un léger sourire vint la trahir. Après ça, elle se concentra sur le film, mangeant tranquillement ce qu’elle avait rapporté. Ils devaient en être à peu près à la moitié, lorsque la jeune femme décida que c’était le bon moment pour accepter la proposition du beau brun. Certes, elle n’avait pas peur, mais après tout, qu’importe ? Furtivement, elle commença à se rapprocher de lui, et, quelques minutes après, elle calait son dos contre son torse. Voilà, là c’était bien. Elle ne fit aucun commentaire, continua de regarder le film comme si de rien n’était, profitant de la chaleur que lui procurait Tomey. Mais plus le temps passait et plus elle sentait ses paupières s’alourdir. Elle n’avait aucune idée de l’heure qu’il était, mais s’il y a bien une chose qu’elle savait, c’est qu’elle n’avait pas eu le droit à sa petite sieste de l’après-midi et qu’elle était crevée. Alors, posant sa tête sur l’épaule du beau brun, elle ferma les yeux quelques instants. Elle se dit qu’elle les rouvrirait quelques secondes après, que c’était juste histoire de se reposer un peu les yeux. Pourtant, peu de temps après, elle dormait paisiblement. Si on lui avait dit ce matin qu’elle rencontrerait un homme comme lui et qu’elle terminerait sa journée en s’endormant sur son épaule, elle ne l’aurait pas cru. Et pourtant c’était bien ce qui venait de se passer. Et elle était tellement bien contre lui, qu’elle dormit durant tout le reste du film.

© Belzébuth

_________________


'Resurrected
Looks up and smiles, you're alive ! ©️endlesslove.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

âge : trente-deux ans.
statut : fiancé à l'époque, mais surement plus à l'heure actuelle.
enfant(s) : une petite fille, qu'il ne connait pas et dont il ignore totalement l'existence.
occupation : militaire en retraite anticipée, maintenant garagiste.
petit plus : a été présumé mort d'une explosion alors qu'il était en mission, et a fait six mois de coma.

pseudo : sab*/loveless
avatar : taylor kinney.
crédits : crick (ava) + tumblr.
DC : schizo (roxy, célia & maxym).
posts : 165 points : 31
inscrit le : 07/10/2014

MessageSujet: Re: It seems that I need to talk ☼ Tomey   Mer 24 Déc - 9:44



❝it seems that i need to talk❞
Tomey & Katerina
Ce baiser échangé, dès le premier rendez-vous, était peut être déplacé, mais tout autant agréable. Je n’avais pas pu me contrôler, et j’en mourrais d’envie depuis déjà quelques minutes. Et je savais que ça pouvait être quitte ou double. Certaines femmes auraient sans doute mal pris mon geste, pensant que je voulais déjà aller plus loin. Mais ce n’était pas pour ça, loin de là. Heureusement pour moi, Katerina ne me repoussa pas. C’était une bonne chose. D’autant plus qu’elle semblait profiter de ce moment privilégié entre nos lèvres, tout autant que moi. Le plaisir était donc partagé, et rien ne pouvait être plus appréciable. Ce baiser était doux, délicat, mais tout de même très intense. Même s’il était légèrement timide, puisque c’était le premier, il n’en perdait tout de même pas son charme. Et c’était ça le plus important. Finalement j’avais bien fait de prendre les devants. Et j’avais su la jouer plutôt finement, puisque j’avais fait passer ce baiser pour une preuve de mon attirance à son égard. C’était le clou du spectacle, comme on dit, le final du débat, et j’avais gagné. Kate ne répliqua pas, presque muette à la suite de ce moment. Au moins, cette fois-ci, les choses étaient vraiment claires entre nous. La jeune femme savait qu’elle me plaisait, au point d’avoir envie de l’embrasser, et de goûter à ses lèvres. Si je vous disais que j’avais envie de recommencer dès le moment où j’avais mis fin à ce baiser, est-ce déplacé ? Bon, peut être, mais c’est pourtant vrai. Heureusement, je sais quand même un minimum me tenir. Et je n’avais surtout pas envie de brusquer les choses. Prendre le temps d’apprendre mutuellement à se connaitre, se faire confiance, pour ensuite, peut être, continuer d’aller plus loin. Ne pas prendre des décisions dans la précipitation, ne pas toujours écouter ses envies, sans penser aux éventuelles conséquences. Oui, j’avais appris toutes ces choses avec la maturité de l’âge. Je n’aurais pas vraiment agit de la sorte dix ans auparavant, c’est certain. Comme quoi, ça avait du bon d’être un trentenaire de mon âge, hein. Le loft de la jeune femme semblait soudainement, en l’espace de quelques secondes, avoir changé d’atmosphère. Il était devenu très sensuel, très charmeur. Comme si ce baiser avait changé beaucoup de choses, permettant un rapprochement plus intime entre nous. Dans tous les cas, l’attirance mutuelle qui se lisait dans nos regards respectifs pouvait se ressentir dans tout le salon.

Il était désormais temps de calmer un peu toute cette tension, si on ne voulait pas déraper rapidement. Et comme ce n’était pas ce que je voulais, pour le moment, c’était mieux comme ça. Le film était donc un bon prétexte, et une bonne suite dans la tournure des choses. J’observais attentivement Kate, qui se défendait, encore une fois, de se jeter sur la nourriture. Quelque chose qu’un homme ne pourrait, après tout, jamais trop comprendre. Et oui, ce n’est pas demain la veille que je tomberais enceinte, à mon tour, et que mes hormones se mettraient à me jouer des tours. « Tant que tu ne te jettes pas sur moi, comme tu te jettes sur cette pauvre nourriture, promis, je ne dirais rien. » Même si l’idée qu’elle se jette violemment sur moi était tentante, je l’avoue. Mais je me devais de ne pas penser à ça pour le moment, si je ne voulais pas que mon esprit soit embrumé par des pulsions sexuelles. Bon, certes, je suis un gentleman (ou pas), mais je reste un homme dans le fond, hein. Bref, vous voyez ce que je veux dire. Les premières minutes du film étaient désormais lancées, et je me concentrais alors sur l’écran de télévision. Ma proposition ne fit pas réellement réagir Kate, mais j’aperçus tout de même son petit sourire en coin. Je souriais alors à mon tour, fier et content de moi. Comme un petit gamin de sept ans qui ouvre ses cadeaux de noël, ou presque. Vous voyez, ce genre de sourire. Le film était toujours aussi bien, que la première fois que j’avais eu l’occasion de le voir. Je trouve l’idée de base plutôt intéressante, et originale. Comme quoi, on ne connait jamais trop bien nos voisins. M’enfin, on ne va pas lancer un débat sur le sujet.  Finalement, au cours du film, Kate se rapprocha de moi, en mettant son dos sur mon torse. Elle avait fait, à son tour, un pas en avant dans notre relation naissante, si on peut dire ça comme ça. Je ne pris pas la peine de faire un commentaire, voulant à tout prix préserver ce moment, et pouvoir en profiter au maximum. L’avoir tout près de moi, comme ça, était vraiment une sensation agréable. Et je ne voulais gâcher ce moment pour rien au monde. La jeune femme posa alors sa tête sur mon épaule, tout en fermant les yeux. Je l’observais, en coin, sans qu’elle puisse s’en apercevoir. Et je la trouvais réellement magnifique. Son visage semblait angélique, les yeux fermés de la sorte. Les minutes du film continuèrent à défiler alors que Kate semblait s’être endormie. Je faisais très attention à ne pas bouger, pour ne pas la réveiller. Je voulais que ce moment dure éternellement... mais, de longues minutes après, le générique de fin se faisait entendre. C’est à ce moment là que je pris le soin de lui caresser gentiment les cheveux. Une manière délicate et attentionnée pour la réveiller, tout en douceur. Puis j’approchais mes lèvres de son visage, afin de lui murmurer quelques mots. « Tu sais que tu es magnifique quand tu dors. » La jeune femme bougea légèrement son corps, changeant un peu de position. Elle était donc réveillée. « Bon, tu as quand même loupé la meilleure partie du film. » Mais ce n’était qu’un détail, et personnellement, ce n’est pas moi qui pourrais m’en plaindre. L’heure avait tournée, et il se faisait tard, désormais. Et Katerina semblait plutôt fatiguée de sa journée, et je me devais de la laisser se reposer. Je ne me permettrais pas de rester pour la nuit, à ses côtés. Nous n’en étions pas encore là, dans notre relation. « Je crois qu’il est temps pour moi de rentrer, et de te laisser te coucher. Tu a l’air exténuée, et je ne voudrais pas être la cause de ta fatigue. » J’étais déçu de mettre un terme à ce si beau moment, mais c’était mieux comme ça de toute façon. Je lui laissais donc le temps de se relever, avant de pouvoir me lever à mon tour et de prendre mes affaires pour rentrer chez moi.


© Pando

_________________
fallen angel.
CONTINUER D'AVANCER, NE PLUS VIVRE DANS LE PASSÉ. NE PAS MONTRER SES FAIBLESSES, NE PLUS VIVRE DE SES REGRETS.@ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t510-a-ghost-back-from-the-dead-tomey http://bbme.forumactif.org/t521-lost-in-pain-and-feelings-tomey

âge : 24 ans
statut : Célibataire
enfant(s) : Deux bouts de choux en cours de route ♥ (28 semaines)
occupation : Ancienne étudiante en psychologie, aujourd'hui elle a tout arrêté à cause de sa tumeur et de sa grossesse.
petit plus : Condamnée à cause d'une tumeur au cerveau, elle a finalement survécu, c'est une "miraculée" || Son fiancé l'a quitté quand il a su qu'elle était malade et qu'il ne lui restait plus que quelques mois à vivre || Ne souhaitant pas quitter cette terre sans avoir donné la vie, elle a demandé à son meilleur ami de lui faire un enfant après qu'elle eut appris qu'elle ne mourrait pas tout de suite || Ses médecins lui avaient interdit de tomber enceinte de peur qu'une grossesse ait un impact sur sa santé fragile, mais elle n'en a fait qu'à sa tête et ne les a pas écouté, elle est donc désormais enceinte de jumeaux || Elle a peur de sortir dehors seule la nuit, tout simplement parce qu'elle a peur du noir...

pseudo : Chimène
avatar : Sexy Dobrev
crédits : Melaaniee (avatar)
DC : Les sublimes Sadie & Eira (a)
posts : 513 points : 253
inscrit le : 12/10/2014

MessageSujet: Re: It seems that I need to talk ☼ Tomey   Lun 29 Déc - 13:32


Tomey & Katerina
It seems that I need to talk

Calée contre le dos musclé de Tomey, elle était plutôt bien. En vérité, elle était même tellement bien qu’elle finit par s’assoupir. Si ce matin on lui avait dit qu’elle allait s’endormir contre un homme qu’elle venait de rencontrer, elle aurait probablement bien rigolé. Après tout, ce n’était tellement pas son genre d’agir de la sorte. Elle avait appris à se méfier des hommes après ce qu’Hayden lui avait fait et elle n’aurait jamais dû être aussi directe et à l’aise avec Tomey. Pourtant, étrangement, elle se sentait bien en sa compagnie. C’était une sensation assez bizarre, mais pas désagréable pour autant. Oui, elle se sentait bien dans les bras du beau brun et, à cet instant, elle n’aurait échangé sa place pour rien au monde. Elle dormit donc pendant un petit moment, sa tête posée sur l’épaule de Tomey, jusqu’à ce qu’elle sente quelque chose, ou plutôt quelqu’un, lui caresser les cheveux. N’ayant tout d’abord pas spécialement envie d’ouvrir les yeux, dormant trop bien pour être réveillée, elle grommela quelque chose puis bougea légèrement. C’est alors qu’elle sentit un souffle chaud sur sa joue, tandis qu’on lui murmurait qu’elle était magnifique lorsqu’elle dormait. Hum, c’était bien une phrase typique d’Hayden ça. Encore dans les brumes du sommeil, elle en oublia complètement qu’elle n’était plus avec son ex, que celui-ci l’avait trahi de la pire des façons qui soient, et que non, ce n’était pas contre lui qu’elle dormait à cet instant. Elle faillit murmurer son nom, un léger sourire aux lèvres, mais heureusement pour elle, elle eut le réflexe d’ouvrir les yeux… pour découvrir que c’était Tomey face à elle, et non pas l’autre connard qui l’avait quitté un an auparavant. Pfiou, sur ce coup-là elle avait eu chaud. Elle se doutait que le jeune homme n’aurait pas spécialement apprécié qu’elle l’appelle par le prénom d’un autre. Autant dire qu’elle aurait annihilé toutes ses chances de le revoir un jour. Se redressant, elle se frotta les yeux et secoua doucement la tête. « Si on t’écoute, je suis tout le temps magnifique, c’est bien ça ? » Elle esquissa un sourire, puis haussa les épaules lorsqu’il lui fit remarquer qu’elle avait raté la moitié du film. « Oh, ce n’est pas grave, je pense que j’aurai bien l’occasion de le revoir un jour ou l’autre. Au pire tu me raconteras la fin la prochaine fois. » Elle venait clairement de lui spécifier qu’elle avait bien l’intention de le revoir et que oui, il y aurait bien une prochaine fois. « Il est quelle heure au fait ? » Tâtonnant le canapé, elle mit la main sur son téléphone portable et regarda l’heure. Ah oui, quand même, il commençait à se faire tard. D’ailleurs c’était étrange que Lou ne soit toujours pas rentrée. A coup sûr elle devait être avec Adam et elle allait lui poser un lapin pour la soirée. Pff… Tant pis, elle serait seule, au moins elle irait se coucher tôt, ce qui en soit n’était pas vraiment une mauvaise chose. En tout cas, elle semblait être sur la même longueur d’ondes que Tomey concernant l’heure, puisque celui-ci choisit ce moment précis pour décider qu’il était temps pour lui de s’en aller. « Oh euh, oui, bien sûr. Je ne voudrais pas te retenir, tu dois certainement avoir d’autres choses à faire. Et ne t’inquiète pas, la seule cause de ma fatigue, ce sont eux. » Elle posa une main sur son ventre, puis se releva tant bien que mal. Une fois debout, elle s’étira puis se dirigea vers la porte d’entrée. Là, elle se tourna vers Tomey et lui tendit ses affaires. Elle attendit qu’il soit prêt puis s’approcha de lui et vint déposer un baiser sur sa joue. « A bientôt alors. » Elle esquissa un sourire, puis referma la porte derrière lui. Après qu’il fut parti, elle retourna s’installer sur le canapé et regarda la télé un moment. Comme prévu, Lou ne rentra pas. Alors, lorsqu’il fut dans les alentours de vingt-deux heures et qu’elle en eut assez de lutter pour garder les yeux ouverts, elle gagna son lit et sombra rapidement dans les bras de Morphée.

© Belzébuth

_________________


'Resurrected
Looks up and smiles, you're alive ! ©️endlesslove.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: It seems that I need to talk ☼ Tomey   

Revenir en haut Aller en bas
 

It seems that I need to talk ☼ Tomey

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» 3 ràl en B2M:conseils tons rouge/bordeaux // dupe talk that talk
» Magne Talk
» Vania Chaïma ♣ All I want is talk
» Naturally
» Cauet un talk-show à 19h à la rentrée sur W9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: cork, irlande :: saint patrick street-