AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

âge : 35 y.o.
statut : Célibataire au cœur déchiré.
enfant(s) : Un fils que je ne demande qu'à connaître, Noah.
petit plus : Je viens d'une famille à la lourde histoire psychiatrique. Alcoolisme, troubles maniaco-dépressifs et crises psychotiques et paranoïaques ont bercé toute ma vie... ce que personne à Cork ne sait. | Faith, ma petite nièce est la prunelle de mes yeux, ma preuve que je pourrais être un bon père pour Noah et pas celui qui le poussera dans la maladie familiale.

pseudo : It's a secret.
avatar : Colin O'Donoghue.
crédits : Lady Azraël (vava), tumblr (sign)
DC : Not yet darling.
posts : 38 points : 122
inscrit le : 19/12/2014

MessageSujet: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Ven 19 Déc - 21:18


AIDAN O'BRIEN
Ne vous demandez pas pourquoi les gens deviennent fous. Demandez-vous pourquoi ils ne le deviennent pas. Devant tout ce qu’on peut perdre en un jour, en un instant... Demandez-vous ce qui fait qu’on tienne le coup...

NOM O'Brien. PRÉNOM(S) Aidan Caoimhín. ÂGE 35 ans. DATE DE NAISSANCE 01 février 1979. LIEU DE NAISSANCE Dundalk, Comté de Louth, Irlande. NATIONALITÉ Irlandais. STATUT CIVIL Célibataire. ORIENTATION SEXUELLE Hétérosexuel. MÉTIER/ETUDES Assistant social. GROUPE Les couches culottes. AVATAR Colin O'Donoghue.



le monde des bébés.

Je le connais plutôt bien, le monde des bébés. Je le fréquente tous les jours. Mon boulot m'oblige malheureusement à le côtoyer dans son côté le plus sombre et triste, plutôt que dans son aspect magique et merveilleux. Certains vous diront que mon métier est de séparer des familles. Je vous dirais plutôt qu'il est d'offrir de meilleures chances à de pauvres bambins que la vie à placer dans de mauvaises situations. Car mes missions se concentrent essentiellement sur des situations impliquant des enfants et que je pense toujours à eux, avant de penser aux parents ou à la volonté d'un juge connaissant à peine un dossier.
Mais le monde des bébés, je le connais aussi grâce à ma merveilleuse petite nièce, Faith, qui rayonne dans ma vie depuis cinq ans maintenant et sur qui je me suis longuement entraîné à changer les couches, faire les meilleurs biberons du monde et pousser la balançoire assez fort pour donner des frissons, sans être trop brutal et la faire tomber.
Et puis bien sûr, il y a Noah. Un enfant que je ne connais pas encore, mais que j'ai hâte de rencontrer. Il a sept ans et c'est mon fils et j'ai merdé sur toute la ligne avec lui, prenant la fuite dès que sa mère m'a annoncé qu'elle était enceinte. Aujourd'hui, je compte bien corriger mon erreur et devenir pour lui le meilleur papa du monde. Je rattraperais mon erreur d'il y a sept ans et lui donnera tout ce qu'il mérite. Je le promets.


le joueur derrière l'écran.


PSEUDO Mouahahah.

PRÉNOM NiakNiakMiam.

ÂGE 24 ans.

PAYS/RÉGION Un trou paumé dans le sud de la France.

OU AS-TU CONNU LE FORUM Sur PRD.

FRÉQUENCE DE CONNEXION Ça dépend.

SCENARIO OU INVENTÉ Scénario.

UN DERNIER MOT J'ai droit à un Joker qui me donne un droit de réutilisation de cette case plus tard ?

CODE POUR SCÉNARIO
Code:
<a href="http://bbme.forumactif.org/u256"><abc>Colin O'Donoghue ∞</abc></a> aidan o'brien



_________________
All my regrets.
J’ai menti, ce n’est pas vrai, notre histoire n’est pas encore terminée. Je ne veux pas. Et c’est humiliant parce que je suis là à supplier. Ton choix est très simple. C’est lui ou moi. Et je suis sûr qu’il est vraiment super. Mais je t’aime vraiment. @ ALASKA.


Dernière édition par Aidan O'Brien le Sam 20 Déc - 19:16, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t890-aidan-bouges-pas-je-retrouve-le-titre-et-j-te-le-donne-de-suite http://bbme.forumactif.org/t891-aidan-lamour-est-une-catastrophe-magnifique-savoir-que-lon-fonce-dans-un-mur-et-accelerer-quand-meme

âge : 35 y.o.
statut : Célibataire au cœur déchiré.
enfant(s) : Un fils que je ne demande qu'à connaître, Noah.
petit plus : Je viens d'une famille à la lourde histoire psychiatrique. Alcoolisme, troubles maniaco-dépressifs et crises psychotiques et paranoïaques ont bercé toute ma vie... ce que personne à Cork ne sait. | Faith, ma petite nièce est la prunelle de mes yeux, ma preuve que je pourrais être un bon père pour Noah et pas celui qui le poussera dans la maladie familiale.

pseudo : It's a secret.
avatar : Colin O'Donoghue.
crédits : Lady Azraël (vava), tumblr (sign)
DC : Not yet darling.
posts : 38 points : 122
inscrit le : 19/12/2014

MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Ven 19 Déc - 21:19



IL ÉTAIT UNE FOIS
l'histoire de ma vie !


Dans ma vie, il a manqué l'enfance.

Maman n'a jamais été normale. D'aussi loin que je m'en souvienne, pas un jour n'est passé sans que la maladie ne la dévore complètement et engloutisse avec elle toutes les relations que nous pouvions avoir avec elle. Les gens malades se mettent avec des gens malades. Ils donnent naissance à des enfants, parce que la maladie prend tellement le pas sur eux qu'ils en oublient de couper court à toute possibilité d'une petite vie prenant naissance à l'intérieur d'eux-même. Avec de la chance, les enfants sont éloignés des parents toxiques, placés, avec des visites parentales contrôlés. Le système... Il n'est pas parfait. Loin de là. Sur bien des points, il est même très défaillant, mais quand les personnes à son service ont réellement à cœur de sauver ses enfants, alors il devient leur meilleure chance et pour certains, leur seule chance.
Nous, on n'avait pas eu cette chance. Tout le monde savait que maman était malade. Tout le monde savait que papa buvait trop et qu'avoir une femme docile, anesthésié par les cachets, hystérique ou dépressive l'arrangeait. Ça n'était pas maman qui irait voir les flics le jour où il frapperait trop fort. Ça n'est pas elle qui crierait le jour où il oublierait de la sortir de la chambre où il l'aurait enfermé alors qu'elle faisait une crise. Ça n'est pas elle qui irait se plaindre du traitement qu'on lui infligeait, quand elle savait que cela lui retirerait ses enfants. Parce qu'arrêter papa signifierait faire venir les flics et que faire venir les flics signifiait crier au monde entier qu'elle était incapable de s'occuper de ses enfants, qu'on devait les lui retirer. A l'époque, je lui en voulais juste de ne pas prendre ses responsabilités, de ne pas accepter l'évidence, mais avec le recule, je crois que c'était tout ce qui lui permettait de rester dans notre monde. Nous étions son point d'ancrage à la réalité, sa raison d'avoir un semblant de normalité, sa raison de lutter contre ce qui la ravageait de jour en jour... Elle mangeait parce qu'elle ne voulait pas qu'on meurt de faim et qu'Eion, la plupart du temps, ne mangeait pas si elle ne le faisait pas. Elle tentait les traitements parce qu'elle en avait assez de voir Lily pleurer jour et nuit quand elle faisait une crise. Elle sortait de son lit et s'habillait parce que je le lui ordonnais chaque fois que papa disparaissait et que je pouvais jouer le chef de famille.
Ça n'était pas une vie et personne de normalement constitué aurait laissé des enfants dans une telle famille et pourtant, personne ne vint jamais nous sortir de là. Personne ne prit même jamais la peine de faire stopper les cris, les coups portés sur maman, les pleurs des enfants qui ne savaient comment sauver leur monde de cet abysse de souffrance. Alors, c'est comme ça qu'on avait grandi, se forgeant seuls, prenant soin de maman autant que possible, esquivant papa tout autant que possible. En grandissant, Eion et moi avions même fini par devenir plus fort que lui, capable de le mettre dehors quand il avait trop bu et devenait menaçant, capable de protéger nos femmes de son emprise toxique. On n'avait jamais réussi à sauver maman d'elle-même, cependant, alors à l'âge de dix-huit, je fis la seule chose encore possible pour le bien de tout le monde. Papa avait disparu depuis trois ans sans laisser une trace et maman alternait les phases de plus en plus fréquemment, s'enfonçant toujours plus loin... Alors, j'ai appelé les services sociaux, placer ma mère en institution pour sa propre sécurité et demandé la garde de mon frère Eion, alors âgé de dix-sept ans et de ma sœur Lily qui n'avait que quatorze ans. C'était tout ce que je pouvais faire. Tout ce que je devais faire. Nous n'avions toujours pu compter que sur nous-même, après tout, alors le juge ne mit pas bien longtemps à se décider pour nous accorder ce droit...


voilà comment vivre a commencé.

« Il faut que tu le fasses », avait dit Eion avec assurance lorsqu'il avait découvert la lettre. « Une chance comme ça, ça ne se présente qu'une fois. » J'avais secoué la tête, refusant catégoriquement. « Je ne peux pas vous laisser », avais-je répliqué. « Je ne peux pas vous abandonner. C'est nous trois pour toujours, tu te souviens. » C'était la promesse qu'on s'était faite. Nous trois pour toujours. Ensemble envers et contre tout. Parce qu'on avait toujours pu compter que sur nous et que nous devions nous assurer que ça serait toujours le cas. Mais Eion était têtu et il secoua vigoureusement la tête en claquant la langue. Un trait qu'il avait pris de notre père, à notre grand damne à tous. « J'ai dix-huit ans et je peux m'occuper de moi-même et de Lily. Je ne ferais jamais rien de ma vie, Aidan. Je ne serais jamais rien de plus que le mécanicien que je suis maintenant. Toi tu as la possibilité de te sortir de ça. Tu as la possibilité de faire quelque-chose de grand. De faire ce que personne n'a fait pour nous. Tu peux pas le refuser. Tu peux pas abandonner tout ces enfants... » Une proposition de formation en alternance auprès des bureaux des services sociaux de Cork. Voilà ce que me proposait la lettre. La possibilité de devenir ce quelqu'un que je voulais être depuis que j'avais compris que la bonne personne aurait pu nous sauver de notre vie de misère. Je voulais être cette personne. Je voulais protéger d'autres enfants du calvaire que nous avions vécu, mais pour cela, je devais quitter Dundalk... je devais quitter les enfants que j'avais toujours voulus protéger jusqu'à maintenant, mon frère et ma sœur... Ça n'était même pas quatre heures de routes qui nous sépareraient, mais c'était bien suffisant pour me faire freiner des quatre fers devant la proposition. Partir si loin d'eux... Le pouvais-je seulement ?
« Eion s'occupera de moi le week-end. La semaine, je suis à l'internat de toute façon. Je vais continuer comme ça jusqu'à la fin du lycée et après je partirais à l'université et Eion a déjà sa propre vie d'entamée. C'est à ton tour de profiter de la tienne, Aidan. » Cette brave Lily. Elle avait toujours pensé à nous, avant de penser à elle. C'était elle qui avait demandé l'internat, fait toutes les démarches pour que nous n'ayons qu'un maigre pourcentage des frais d'hébergement à payer. Tout ça pour qu'elle ne soit pas un fardeau de plus sur nos épaules... C'est elle qui acheva de me convaincre. Lily et sa capacité hors du commun à nous faire accepter tout et n'importe quoi en nous faisant miroiter que c'était la meilleure option pour tout le monde...
J'avais envoyé ma réponse la semaine suivante, fait mes bagages un mois plus tard, prié mon frère et ma sœur et prendre soin d'eux et de m'appeler à toute heure du jour ou de la nuit pour n'importe quoi qu'il se passerait et serré tout le monde dans mes bras avant de partir en quête d'un appartement à Cork. Ce fut le début de ma nouvelle vie. Le début de la vie d'Aidan O'Brien, homme sans famille, ne parlant jamais du frère et de la sœur qu'il avait laissés dans l'extrême nord du pays. L'Aidan O'Brien qui n'avait pas de soucis familiaux et qui n'avait que de grands rêves pour sauver les enfants des familles dysfonctionelles de Cork et ses environs. Le début d'une vie que j'avais adoré vivre, loin des troubles qui avaient toujours forgé mon existence, plus près de la personne que j'avais toujours rêvé être en réalité. Je n'avais jamais oublié mon frère et ma sœur. Je n'avais jamais oublié ma mère que je visitais à chaque occasion lorsque je remontais sur Dundalk. J'avais juste laissé ma famille là-bas, ne la vivait que là-bas, m'en échappant dès que je passais la frontière du comté de Louth, pour redevenir le Aidan qui avait grandi presque normalement ou qui - tout du moins - ne parlait pas de son enfance, de ses parents ou de la fratrie qu'il aimait tant, la protégeant comme son jardin le plus secret.


l'amour vous fait vous trouver.

J'avais vingt-quatre ans, un boulot que j'adorais, une vie en deux temps que je composais à la perfection et c'est là qu'elle entra dans ma vie. Millicent Huntington. Avec un nom pareil, j'aurais dû me douter qu'elle serait une nouvelle sorte de maladie dans mon existence, mais je n'en avais eu cure à ce moment-là. J'avais été trop fasciné par ses boucles blondes, par son regard pétillant et la manière dont ses lèvres se tordaient dans l'ennuie pendant que ses doigts jouaient distraitement sur le bar. Si fasciné que lorsqu'elle avait prononcé son nom, c'était déjà trop tard pour moi et je n'avais que sourit à l'ironie de la chose.
Mes jambes m'avaient guidé jusqu'à elle sans me laisser la moindre chance de faire autre chose et c'est avec un sourire amusé aux lèvres que je m'étais installé à ses côtés, lui demandant pour la forme : « Alors on s'est faite abandonnée ? » C'était la pire approche de tous les temps, mais après tout, je n'avais jamais été doué en drague. Je n'en avais jamais eu besoin, mon sourire avait - aux dires de mes ex - toujours fait le plus grand travail. Elle avait déposé la somme pour ses consommations sur le faux bois vernis et avait souri par obligation, plus que par réelle envie de répondre à ma demande maladroite. « On dirait bien. Mais je n'allais pas tarder à rentrer de toute façon. » J'avais attrapé les billets sans dire un mot et les lui avait tendu, posant une somme plus importante tirée de ma propre poche. Je n'étais peut-être pas doué en drague, mais j'avais toujours été galant, surtout avec les filles qui m'avaient tapé dans l’œil, comme elle l'avait fait. « Oh vous partez déjà ? », avais-je dis, ne cachant pas ma déception. « Je peux me permettre de vous offrir quand même un verre ? » Elle avait tergiversé un moment, avant de finalement me sourire en plongeant son beau regard dans le mien et je jure par tous les saints que mon cœur loupa un battement... Ce fut la première fois de beaucoup d'autres.
« D'accord, mais juste un ! », avait-elle finalement répondu, me faisant sourire de plus belle. Je n'avais alors pu retenir un « Nous verrons bien comment se passe la suite de la soirée ! » en adressant un signe au barman pour qu'il nous apporte deux boissons supplémentaires, certain de ne pas abandonner aussi facilement la possibilité de pousser plus loin le devenir de cette rencontre fortuite.
Profitant de ma bonne fortune, je lui avait donné mon nom et elle m'avait accordé le droit de connaître le sien. Récupérant nos verres, je m'étais alors saisi du mien et l'avait levé pour trinquer, appelant à ce que notre premier ne soit pas notre dernier verre ensemble. Finalement, le sort m'avait été plus que favorable, car il ne fut pas unique et à la fin de la soirée, après avoir longuement discuté de tout et de rien en enchaînant les boissons, je l'avais ramenée chez elle saine et sauve, bien décidé à lui prouver que j'étais un homme qui en valait la peine. J'étais partie sans même lui voler un baiser, mais non sans récupérer son numéro de téléphone, que je m'étais empressé de composer dès le lendemain, pour simplement souligner combien j'avais passé une excellente soirée et combien j'avais l'espoir qu'on puisse se revoir quand le cœur lui en dirait.
Une semaine plus tard, nous prenions un café à la terrasse d'un coffee shop et en quelques semaines à peine, nous étions ensemble. Milicent et Aidan. Les deux moitiés d'un tout que j'acceptais bien trop vite pour ma propre conscience. Avec elle, comme avec personne, j'oubliais totalement Aidan O'Brien, le laissant soigneusement dans un coin reculé de ma mémoire. Je n'étais plus que ce Aidan que Millie avait rencontré un soir où elle était seule au comptoir. Le temps que cela dura, je crus que le passé ne viendrait jamais me rattraper.

Quatre années étaient passées. Quatre merveilleuses années d'une vie à deux qui me faisaient pousser des ailes. Quatre merveilleuses et parfaites années qui faisaient de moi l'homme le plus heureux du monde. Millicent était l'amour de ma vie. Je n'en avais pas douté quand notre relation avait débuté. Je n'en avais pas plus douté par la suite et pendant ses quatre années e vie commune, - sans doute même encore aujourd'hui -. « L'amour dure trois ans », disent les sages. Très bien. Alors nous transcendions l'amour. Parce que même après quatre ans, j'étais toujours aussi fou d'elle et aussi heureux d'être son compagnon. C'est pourquoi j'avais tout préparé avec soin, orchestrant la soirée tel un orfèvre. Pointilleux sur chaque détail, voulant que tout soit parfait. « Alors Millicent Huntington, veux-tu m'épouser ? », avais-je demandé, un genou à terre, dans un appartement savamment décorés de pétales de roses et de bougies, en costume des grandes occasions et avec une bague étincelante, magnifique - sans être tape-à-l’œil au-delà de l'excessif -. Une bague qui se remarquait assez pour signaler que cette femme serait la mienne, mais assez discrète pour qu'elle ne pèse pas à son doigt comme une belle cage dorée. Elle avait répondu par l'affirmatif, se jetant dans mes bras et je nous avais conduis bien vite dans notre chambre pour fêter dignement l’événement. Millicent Huntington allait devenir ma femme. Madame Millicent O'Brien C'était, à n'en pas douter, le plus beau jour de ma vie...


n'oublie jamais d'où tu viens.

Il lui avait défoncé le crâne. Mon propre frère. Sa propre soeur. Il avait pris une chaise et la lui avait lancé en pleine figure, avant d'en casser un pied et de s'en servir pour la cogner jusqu'à ce qu'elle cesse de pleurer... Et j'avais été absent. Absent parce que j'étais à Cork, dans cette ville que je voulais à tout prix rejoindre comme pour échapper à tout jamais à l'horreur familiale que je voulais horreur du passé. Absent parce que mon histoire d'amour était plus importante que ma famille. Absent parce que j'étais fiancé et que je voulais vivre ma vie avec la femme que j'aimais, plutôt qu'avec ma famille déséquilibrée. Nous nous étions trop crus à l'abri. Débarrassé de papa - retrouvé mort l'année précédente très loin de l'Irlande -, avec maman internée, heureuse d'avoir enfin retrouvé une sorte d'équilibre grâce au cadre, à la thérapie et aux traitements. Nous avions pensé pouvoir mettre nos démons de côté. Nous pensions être libérés de la maladie de maman, sauvé de l'alcoolisme de papa... mais nous avions tort.
Eion avait commencé à boire il y a quelques années, quand Lily avait trouvé quelqu'un et que c'était devenu sérieux. Quand il avait réalisé qu'il perdait aussi Lily, que bientôt, elle aurait sa propre vie et qu'il aurait la sienne, seule comme jamais. Et puis Lily était tombé enceinte et ça avait déclenché le reste. La folie, la paranoïa, la colère... L'alcool et l'annonce qui avait été comme une gifle et Eion avait complètement déraillé, fracassant le crâne de la douce Lily en hurlant que la « chose en elle » allait la dévorer entièrement... L'information avait tourné et retourné dans ma tête, encore et encore, alors que j'avais conduit à vive allure jusqu'à chez moi. Il aurait fallu que je me calme, que je retrouve mon contrôle. J'avais eu l'intention de faire ma valise rapidement. J'aurais trouvé une excuse à servir à Millie et j'aurais été voir de mes propres yeux ce qu'il s'était passé là-bas... Sauf que rien ne s'était déroulé comme prévu.
« J'ai une merveilleuse nouvelle à t'annoncer, mon chéri. Je suis enceinte », s'était exclamée Millie aux bords des larmes de joie, alors que j'avais à peine pénétré l'appartement. Les minutes suivantes restent encore flous maintenant, mais quand j'avais repris mes esprits, je m'étais arrêté net de marcher en posant mon regard sur elle. « T'es enceinte ?! », avais-je répété, semblait-il pas pour la première fois. « Aidan sérieusement, tu ne veux pas t'asseoir tu me donnes le tournis ! » J'avais obtempéré par réflexe, inspirant une ou deux fois, avant de me remettre brusquement sur mes deux jambes pour marcher encore. Elle ne pouvait pas être enceinte. Elle n'avait pas pu me faire ça. Pas maintenant. Pas alors que ma petite sœur était gisante dans un lit d'hôpital du nord du pays, entre la vie et la mort, parce que mon putain de petit frère avait décompensé et lui avait défoncé le crâne à coup de pied de chaise... Pas alors que mon beau-frère cherchait désespérément comment annoncer à maman que son fils était malade aussi, qu'il avait manqué de tuer sa petite fille chérie et avait mis fin à la petite vie qu'ils s'apprêtaient à accueillir avec bonheur.
« Non mais attend, c'était pas dans nos plans ça d'avoir un bébé ! Comment... Comment c'est possible en plus ? On devait déjà se marier, on n'avait pas parlé d'un bébé bordel ! », avais-je crié en songeant à toutes les implications. Elle ne s'était pas rendu compte. Elle ne savait rien de ma famille après tout. Elle ne s'était absolument pas rendu compte de ce que tout cela signifiait pour moi, de la peur instillé dans mes veines. Elle n'avait pas réalisé la merde dans laquelle elle me mettait, elle nous mettait... elle se mettait... « Oui mais le projet d'avoir des enfants serait de toute façon venu après non ? C'est venu un peu plus tôt que prévu, mais c'est une bonne nouvelle non ? », avait-elle tenté, persévérante, souhaitant arranger les choses, faire passer la pilule plus facilement. La pilule ! Où est-ce qu'elle était passée d'ailleurs, celle-là ? N'était-elle pas censé empêcher que ce genre de merdes arrivent ? « Une bonne nouvelle ?! Millicent franchement je ne suis pas prêt à avoir des enfants, je ne sais même pas si j'en veux. » Probablement pas, non. Pas au vu de la situation comme elle s'était présentée à ce moment-là, non. Pas quand cette foutue maladie de merde était si facilement transmissible dans la famille. « En fait, je ne sais plus ce que je veux. », avais-je ajouter, brutalement, avant de me mordre la langue. Je lui avais menti honteusement, je lui avais brisé le cœur, mais je n'avais pas eu le choix. Il m'avait fallu fuir loin d'ici, loin d'elle, loin de ce traquenard, de nous et de cette situation... L'esprit trop embrouillé, trop emplie d'informations de toutes parts, je n'avais pas été capable de réfléchir. Ma priorité avait été d'assumer ce que plus personne ne pouvait assumer chez moi. Que je m'occupe de ma famille, que je cesse d'être égoïste à jouer le fiancé modèle auprès d'une merveilleuse femme... et enceinte... Non, pas d'enfant. Je ne pouvais pas en avoir. Ça c'était définitif. « Peut-être qu'on ne devrait même pas se marier », avais-je brutalement asséné.
Elle avait tenté de me rassurer, de me montrer que je paniquais inutilement, qu'à tête reposée, il m'aurait été possible de réfléchir plus posément, mais pour moi, à cet instant là, c'était déjà tout réfléchis. Hors de question de m'imposer ça une nouvelle fois. J'avais assez à gérer avec ma mère, mon frère et ma foutue sœur en train de crever dans son lit blanc. Je ne pouvais pas faire ça. Pas avec Millie, pas comme ça. « Sérieusement Millicent je n'y arriverais pas. », avais-je dis avant de claquer la porte, laissant au diable la valise que j'avais prévue de faire.
J'avais roulé sans m'arrêter, bien au-delà de la limitation autorisée, pour arriver à la maison de mon frère. J'y avais découvert avec effroi le lieu du carnage, laissé tel quel dans la cuisine et j'avais passé le reste de la nuit à nettoyer de fond en comble, pour effacer la vision d'horreur du sang et du bois. En fin de matinée, j'avais pris la direction de l'hôpital. Les deux jours suivants ne m'avaient servi qu'à faire ce qu'il fallait faire... tout ce qu'il fallait faire. Signer les papiers pour l'internement de mon frère, gérer la nouvelle crise d'hystérie de ma mère après la découverte du nouveau drame familial. Nettoyer encore et encore cette foutue cuisine... Au troisième jour, j'avais enfin appelé Millicent, les doigts encore tremblants sur le combiné, la voix bien plus assuré que je ne l'étais intérieurement. Une sonnerie, deux, trois... puis le répondeur. « Je suis désolé Millie, c'est fini. Je n'y arriverais pas. Fais comme tu veux pour le bébé, mais moi je n'assumerais jamais. », avais-je dis à ma propre surprise, n'ayant eu aucune idée, en appelant, de ce que je pouvais dire. La voix atone, complètement défait pas la situation, les mots étaient sortis tous seuls de ma bouche, comme une évidence que mon cœur ne voulait même pas accepter. C'était fini... Millie et moi, c'était fini. Je venais de quitter l'amour de ma vie parce que je ne pouvais assumer d'être responsable de la fin de la sienne. Pendant des mois, j'avais prié pour qu'elle se soit débarrassé de l'enfant, qu'elle n'ait pas assumé seule le fardeau, qu'elle ait fait ce qu'il fallait faire pour qu'un autre O'Brien ne vienne pas vandaliser la terre, mais je ne connaissais que trop Millicent Huntington, celle qui ne serait jamais Madame Millicent O'Brien. J'avais su, depuis l'instant où je lui avais laissé ce message, que jamais elle n'abandonnerait l'enfant qu'elle portait... J'avais juste fini par espérer que loin de moi, l'enfant aurait une chance. Que sans l'influence de son père ou d'un autre membre de la famille, ma progéniture aurait une chance de ne pas être touché à son tour par la maladie... Je ne pouvais qu'espérer...


il s'appelle Noah et il est si beau.

Le son du métal frottant contre la pierre me sortit de ma rêverie, alors que la flamme apparaissait au bout de mes doigts. D'un geste lasse, je l'approchais de l'extrémité du tube introduit entre mes lèvres et tirait une longue bouffée de nicotine. Je la recrachais en un soupir d'ennui, ma tête basculant en arrière pour s'ancrer dans l'appui-tête du côté passager de la voiture. « Je ne suis pas sûr que Lily soit dupe à ce point, vieux, tu sais », maugréa l'homme assis à mes côtés en regardant furtivement en direction de la maison. « Et puis elle t'attend. Elle va forcément guetter ton arrivée et nous voir. » Je fermais les yeux un instant, portant la cigarette à ma bouche pour en tirer une nouvelle bouffée. « Ça n'est pas d'elle que je me cache, mais de Faith. Et vu l'heure, elle doit être en train de se préparer. Elle est toujours en retard pour les grandes fêtes. Principalement pour les siennes. »
Faith. Un nom qui roulait toujours sur ma langue comme une fervente prière. Elle avait cinq ans aujourd'hui et c'était le plus beau des trésors que nous avions. Lily l'avait nommé ainsi pour l'espoir. La foi tant désirée. Celle que le drame vécu sept ans plus tôt ne se reproduirait pas, que Faith aurait une vie et une belle vie. Une enfance insouciante comme nous n'en avions pas eu, un avenir qu'elle se forgerait à la seule force de sa volonté, une réelle chance. Lily avait été plus courageuse que moi après le drame. Elle avait mis du temps, mais elle avait fini par se relever. Elle voulait croire à notre chance. Croire que nous, nous étions indemne de tout ça. Qu'on pouvait avoir notre chance. Elle avait tout fait pour que Faith vienne au monde et tout fait depuis pour que la petite princesse ait la vie la plus normale possible et elle avait réussi avec brio. Elle avait surmonté ce que nous étions et elle réussissait chaque jour à faire de sa vie un vrai conte de fée. J'aurais aimé avoir eu la même foi qu'elle en la vie. J'aurais aimé avoir autant de courage qu'elle. Que la peur ne m'ait pas fait commettre l'irréparable.
« Et tu as trois minutes avant qu'elle ne regarde par la fenêtre et ne découvre que son oncle préféré est arrivé », s'exclama Lily en apparaissant à la fenêtre de la voiture, se penchant vers l'intérieur. « Cette merde te tuera, Aidan », ajouta-t-elle en attrapant la cigarette entre deux doigts pour la tirer loin des lèvres de son grand-frère. « C'est cette merde ou l'alcool ! », crachais-je presque en retour, tentative lamentable d'émettre un sarcasme qui se voulait grinçant. Lily se figea un instant, crispée, avant de se redresser et de nous dire de nous dépêcher avant que la princesse ne soit prête et ne réclame ses sujets auprès d'elle et je la regardais partir en soupirant à nouveau, avant de tirer une nouvelle bouffée de ma mort en barre. « J'suis un gros con, c'est ça ? » Mon collègue haussa les épaules, détachant sa ceinture et arrachant ses clés du contacteur. « Juste un grand couillon qui pense encore que le sarcasme peut tout régler dans sa vie. »
Je terminais rapidement et sortait de la voiture, rejoignant la demeure de ma sœur, collant un sourire de façade sur mon visage, qui devint bien réel à la seconde ou la reine du jour apparut en haut des escaliers en hurlant mon nom, avant de les dévaler pour sauter dans mes bras et me donner son plus fort câlin.

« Elle s'en sortira », souffla Lily, assise sur l'une des chaises de jardin, le regard rivé sur Faith qui courait après le petit chien que ses parents venaient de lui offrir. « Elle est forte et maligne. Elle saura éviter la maladie. » Je soupirais, assis à ses côtés, les yeux plongés dans la même direction. « Je ne crois pas que ce soit une question d'intelligence ou d'évitement, Lily. On était soudé tous les trois, ça ne l'a pas empêché de tomber malade... » « Mais pas nous ! », me coupa-t-elle avec cette assurance qu'elle avait depuis l'enfance et qui vous faisait croire monts et merveilles par le simple fait qu'elle, elle y croyait. « Nous on est pas malade. Et on le sera pas. On a toujours su l'éviter. On ne le sera pas. » « Lily... », soupirais-je. On ne pouvait pas savoir et c'était la raison principale pour laquelle ma vie était comme elle était. Incomplète et misérable. Je savais où elle voulait en venir. Elle y venait chaque fois qu'elle en avait l'occasion depuis qu'elle avait découvert pour Millicent et pour le bébé. « Ça fait sept ans, Lily. Même si ça avait pu marcher, j'ai laissé passé ma chance. Elle ne m'acceptera jamais après tout ce temps. » Lily sourit, amusée, avant de secouer la tête. « Ça fait sept ans que tu essayes de tourner la page, mais c'est toujours elle la seule femme que tu veux vraiment. J'espère qu'il en va de même pour elle. Tu sais ce que Teresa m'a dit avant de partir ? Qu'elle en avait assez d'être la quatrième dans ton cœur et de ne même pas savoir qui était la première. » Je souris en la regardant. « Tu sais que c'est toi la première ! »
Elle secoua vivement la tête. « Non. Moi je ne suis que la troisième et Faith est la deuxième. Mais c'est Millie qui a la place principale dans ton cœur. Elle l'a toujours eu. » Je baissais les yeux et le silence se fit pendant plusieurs minutes, alors que je reposais mon regard sur l'enfant jouant en toute insouciance avec le canidé qui était devenu son meilleur ami en un quart de seconde. Mon esprit dériva irrémédiablement sur Millie et sur l'enfant. J'avais passé des heures qui devaient finir par représenter des mois à imaginer comment était cet enfant. Avait-il les yeux de sa mère, son sourire ? J'espérais plus que tout qu'il ou elle ait son sourire. Millie avait le plus beau sourire de l'univers. Son bébé méritait son sourire. Avait-il/elle un peu de moi ? Des cheveux bruns ? Un goût prononcé pour les films de science fiction ? Cette manie de se gratter l'arrière de l'oreille quand il était nerveux ?
« Il s'appelle Noah »
Lily brisa soudainement le silence, d'une phrase si brève que je crus l'avoir rêvé, mais elle se mordait la lèvre en se touchant les cheveux, les yeux rivés sur sa fille et chez Lily, cela voulait toujours dire qu'elle avait fait une bêtise. Elle posa finalement les yeux sur moi, en sentant mon regard insistant et poursuivit. « Tu ne voulais pas chercher et moi je te vois chaque jour de plus en plus mal, alors j'ai fait mes recherches. Il s'appelle Noah et il est magnifique. Millie vit toujours à Cork et il va à l'école du quartier. Il sait lire et écrire bien mieux que la plupart de ses camarades et il est tout à fait normal. Il a des amis, une vie équilibrée et les seules choses qui lui manquent sont plus de jouets et son père... »
J'aurais aimé continuer d'en entendre davantage sur cet enfant qui était aussi le mien, mais je ne pouvais pas. Penser à lui et penser à sa mère, me faisait trop de mal. Alors, je me levais en secouant la tête et en interpellant Faith pour lui proposer de jouer avec elle. Du coin de l’œil, je vis Lily secouer la tête de dépit. Je savais qu'elle n'allait pas lâcher l'affaire. Pas maintenant qu'elle savait à coup sûr que c'était quelque-chose qui m'obsédait. Lily avait cette faculté de ne jamais lâcher un morceau quand elle avait décidé quelque-chose...


je vais me battre pour lui. je vais me battre pour nous.

« Regarde-le bien, Aidan », avait dit Lily en posant la photo d'un adorable petit garçon, cliché volé d'une journée anodine dans un des parcs de la ville de Cork. « Regarde-le bien et ose me dire que tu n'as pas envie de le prendre dans tes bras. C'est ton fils, putain et chaque jour que tu passes à rester ici à te morfondre est un jour de plus où tu t'enfonces dans ta connerie, grand-frère. » Certains jours, j'appréciais la ténacité des O'Brien qui coulait dans les veines de Lily, mais à d'autres moment, comme maintenant, je détestais qu'elle soit aussi bornée. Elle avait raison, je le savais, mais j'avais trop peur. Sept années dont cinq à assurer comme tonton gâteau et j'étais toujours aussi effrayé à l'idée qu'un enfant ait mon sang coulant dans ses veines. « Je peux pas Lily... », bredouillais-je désespéré, la tête entre les mains, les yeux rivés sur ce petit bambin qui tenait définitivement tellement de sa mère. Elle poussa un profond soupir, avant de crier de frustration et de commencer à faire les cent pas. « Écoutes, t'avais dix-huit ans et tu as foutu papa dehors avant qu'il ne commette l'irréparable, tu as convaincue maman d'accepter de se faire soigner, tu nous as pris en charge et on n'a jamais manqué de rien, grâce à toi. Et tu t'occupais déjà de nous pour qu'on ne manque jamais de rien bien avant ça. Tu es le meilleur des grands frères et le meilleur des oncles pour Faith. Pourquoi tu n'assurerais pas en tant que père, hein ? Tu peux me le dire ? » Je me levais soudainement, me mettant à mon tour à faire les cent pas, la stoppant net dans son élan alors qu'elle me regardait. « J'ai pas assuré Lily. D'accord, je me débrouille plutôt bien avec Faith, mais regarde où Eion en est !!! Et tu as perdu un bébé parce que je n'étais pas là pour te protéger. Qui te dis qu'on n'a pas ça en nous, nous aussi ? Qui te dis qu'un jour, ça n'est pas moi qui tentera de te tuer ? Ou Millie ? Ou même mon fils... » « Je t'interdis de dire ça », s'exclama ma petite sœur en se rapprochant, furibonde, mettant des petits coups de poings qu'elle voulait violents, contre mon torse, le rouge lui étant monté au visage si vite que je m'étais demandé pendant une seconde si sa tête n'allait pas exploser sous la violence de la colère. « Je ne suis peut-être pas la personne la plus équilibrée du monde, mais je vais bien, grâce à toi. Parce que toi tu as toujours été stable, Aidan. Eion est malade, oui et il a fait des horreurs parce que c'était dans sa tête, mais ça n'est pas ta faute, putain. T'étais qu'un gamin, tu as à peine un an de plus que lui. Personne de cet âge aurait pu lui faire ça. Personne de cet âge aurait pu empêcher ça. Toi mieux que personne tu devrais le savoir. » Elle ne comprenait pas. Cette chose était en nous, comme elle l'était en Eion. C'était arrivé si insidieusement chez lui. Qu'est-ce qui pouvait lui faire dire avec autant d'assurance que ça n'était pas en moi aussi ? Que je n'allais pas le refiler à mon fils ? « Le fait même que tu t'en inquiètes prouve que tu n'es pas comme ça, Aidan. Eion n'avait pas peur. Il croyait que cela ne l'atteindrait jamais. Papa et maman se fichaient bien de savoir qu'on soient touchés ou pas. Mais pas toi. Toi ça t'as toujours fait peur. Et c'est ça qui fait que tu ne seras pas comme eux. Ne les laisse pas détruire encore plus ta vie Aidan. Ne laisse pas ce foutu mal qui a toujours rongé notre famille te prendre ton droit au bonheur. » Je m'arrêtais de marcher, la regardant droit dans les yeux. Elle avait l'air si convaincu, si certaine que mon bonheur pouvait résider à Cork, sous la forme d'une magnifique femme aux cheveux blonds et d'un enfant qui ressemblait trait pour traits à celle qui faisait battre mon cœur... « Peu importe », soupirais-je en me rasseyant, toujours les yeux posés sur ma petite sœur. « Elle ne me pardonnera jamais. Pas après tout ce temps. Et puis est-ce que je mérite vraiment son pardon ? » Posant une main sur l'une des miennes, elle soupira et me sourit tendrement. « Ça je n'en sais rien, frangin. Elle seule peut le dire. Si elle t'a aimé assez... si elle t'aime encore... ou si tu n'as laissé que la peine et la déception. Mais de ce que tu m'en as décrit, c'est une femme intelligente et qui ferait n'importe quoi pour ceux qu'elle aime. Alors, même si ton sort pour elle est incertain, elle ne t'empêchera pas indéfiniment de connaître ton fils. Un enfant a trop besoin de son père et elle le sait. Elle sera forcée de le reconnaître une fois le choc passé et le retour de sa colère dispersée. » Brillante petite sœur qu'était la mienne...

Le vendredi suivant, je me retrouvais devant la maison de Millicent, inquiet et fébrile comme jamais. Elle allait me tuer. Elle allait vraiment me tuer. Mais je devais le faire. Lily avait raison. Cette famille qui était la mienne ne pouvait pas continuer de me prendre mon droit au bonheur. Et surtout, elle ne pouvait pas prendre le droit au bonheur de mon fils. J'avais grandi sans père... du moins sans père digne de ce nom. Je ne voulais pas que mon fils vive ça. Je ne voulais pas qu'il pense toute sa vie que son père ne l'avait pas aimé. Pas quand j'avais fui parce que justement, j'avais peur de cet amour inconditionnel que je pourrais donner à cet enfant. Cet enfant qui était le mien et qui avait donc toutes les chances du monde d'avoir hérité de la malédiction familiale... Non, je ne devais pas y penser. Je devais arrêter de penser ça. Il allait bien, il était normal. Il n'avait aucune raison d'être malade, parce que sa mère était la femme la plus merveilleuse et aimante que je connaissais.
Il était tard quand le courage me vint enfin de frapper à la porte, le cœur battant, mais il le fallait. J'avais conduit jusqu'ici à peine le travail terminé, roulant toute la soirée pour arrivée tôt dans la nuit, mais il m'avait fallu encore deux heures pour trouver le courage de me présenter à sa porte et d'y frapper pour affronter les sept dernières années de lâcheté. « Salut Millicent », soufflais-je quand elle ouvrit la porte, les yeux ronds de me voir là. Elle secoua vivement la tête, comme pour s'assurer que je n'étais pas une vision et je passais une main dans mes cheveux, gêné, après qu'elle m'eut demandé d'un ton brutal ce que je foutais là. « Je heu... Je suis venu voir mon enfant. » Elle émit un rire qui trahissait tout son ressentiment pour moi et je savais que je ne pouvais pas l'en blâmer. « Tu te moques de moi Aidan ? Tu penses sérieusement que je vais te laisser voir ton fils comme ça, après tout ce temps ? Dégages d'ici, on est très bien sans toi. » Elle avait raison... Mais je ne pouvais pas laisser tomber aussi facilement. Pas après avoir traversé le pays pour oser venir l'affronter. Je m'étais décidé à me battre pour mon fils. Pour être un père digne de ce nom et au fond, sans doute aussi pour elle. Parce que comme le disait Lily, elle avait toujours eu la première place dans mon coeur... Je posais la main sur la porte avant qu'elle ne la referme, la regardant dans les yeux, levant une main pour l'implorer. « S'il te plaît Millicent, je sais que j'ai merdé, mais laisse-moi au moins du temps pour me faire pardonner. Au moins discuter un peu ? » « Même pas en rêve Aidan, tu t'es cassé et tu m'as laissée seule, je ne veux plus rien avoir à faire à toi ! Maintenant casse-toi d'ici ! »  Et elle referma la porte, sans me laisser plus de temps. Je restais un moment sur le pas, le front posé contre la porte de la maison, la respiration et le coeur lourd. Je n'allais pas abandonner. Non. Hors de question. Je la laissais digérer pour ce soir, mais pas pour toujours. J'avais décidé de laisser derrière moi mes appréhensions de toujours, d'assumer enfin mon rôle de père et d'arrêter de croire que je pourrais par ma simple présence en faire un être psychologiquement instable. Non, j'allais être là pour mon fils et j'allais me battre pour faire partie de sa famille. J'allais me battre pour tout ce que je voulais...


_________________
All my regrets.
J’ai menti, ce n’est pas vrai, notre histoire n’est pas encore terminée. Je ne veux pas. Et c’est humiliant parce que je suis là à supplier. Ton choix est très simple. C’est lui ou moi. Et je suis sûr qu’il est vraiment super. Mais je t’aime vraiment. @ ALASKA.


Dernière édition par Aidan O'Brien le Sam 20 Déc - 17:56, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t890-aidan-bouges-pas-je-retrouve-le-titre-et-j-te-le-donne-de-suite http://bbme.forumactif.org/t891-aidan-lamour-est-une-catastrophe-magnifique-savoir-que-lon-fonce-dans-un-mur-et-accelerer-quand-meme

âge : 24 ans
statut : Célibataire
enfant(s) : Deux bouts de choux en cours de route ♥ (28 semaines)
occupation : Ancienne étudiante en psychologie, aujourd'hui elle a tout arrêté à cause de sa tumeur et de sa grossesse.
petit plus : Condamnée à cause d'une tumeur au cerveau, elle a finalement survécu, c'est une "miraculée" || Son fiancé l'a quitté quand il a su qu'elle était malade et qu'il ne lui restait plus que quelques mois à vivre || Ne souhaitant pas quitter cette terre sans avoir donné la vie, elle a demandé à son meilleur ami de lui faire un enfant après qu'elle eut appris qu'elle ne mourrait pas tout de suite || Ses médecins lui avaient interdit de tomber enceinte de peur qu'une grossesse ait un impact sur sa santé fragile, mais elle n'en a fait qu'à sa tête et ne les a pas écouté, elle est donc désormais enceinte de jumeaux || Elle a peur de sortir dehors seule la nuit, tout simplement parce qu'elle a peur du noir...

pseudo : Chimène
avatar : Sexy Dobrev
crédits : Melaaniee (avatar)
DC : Les sublimes Sadie & Eira (a)
posts : 513 points : 253
inscrit le : 12/10/2014

MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Ven 19 Déc - 21:24

Bienvenue parmi nous et bonne chance pour ta fiche, tu vas faire une heureuse

_________________


'Resurrected
Looks up and smiles, you're alive ! ©endlesslove.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

âge : vingt sept ans
statut : célibataire
occupation : libraire depuis sept année.
petit plus : sa plus longue relation dura cinq mois. elle aime la glace à la pistache et tuerai pour du beurre de cacahuète. elle ne fume pas. elle peut lire trois livres à la fois et vous les expliquer sans se tromper. elle adule le personnage de Darcy dans Orgueil & Préjugés. elle aime le bruit du train et l'odeur des cafés.

pseudo : fieldee
avatar : jessica szohr
crédits : bazzart & tumblr - signature : anaëlle
posts : 93 points : 401
inscrit le : 07/12/2014

MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Ven 19 Déc - 21:55

    bienvenue chez les babyfans, pirate ;)
    bon courage pour la fiche !

_________________

La seule chose qu’on aie à faire c’est d’avoir le courage de se lancer. On s’lance, on aime, on se plante, on se relève. Mais il faut marcher la tête haute.
GA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t856-une-irlandaise-pleine-de-couleurs

âge : 28 ans
statut : Célibataire
enfant(s) : Pas à sa connaissance, pourtant le bébé est en route
occupation : Mannequin
petit plus : Il a une soeur d'un an sa cadette | Ses parents ont divorcé alors qu'il avait 14 ans, ce qui lui a brisé l'image du couple parfait | Pour lui l'amour n'existe pas | Il est mannequin depuis ses 21 ans | Il aime sortir et rencontrer des tas de filles | Il ne le sait pas encore mais l'une de ses dernières conquêtes en date est enceinte de lui

pseudo : Eli'
avatar : Ian Somerhalder
crédits : D.S.R & tumblr
posts : 93 points : 124
inscrit le : 29/11/2014

MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Ven 19 Déc - 22:18

Bienvenue parmi nous Captain !

Bon courage pour ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t823-caleb-everybody-needs-a-perfect-man-in-their-life http://bbme.forumactif.org/t825-caleb-life-is-a-game-let-s-play

âge : 35 y.o.
statut : Célibataire au cœur déchiré.
enfant(s) : Un fils que je ne demande qu'à connaître, Noah.
petit plus : Je viens d'une famille à la lourde histoire psychiatrique. Alcoolisme, troubles maniaco-dépressifs et crises psychotiques et paranoïaques ont bercé toute ma vie... ce que personne à Cork ne sait. | Faith, ma petite nièce est la prunelle de mes yeux, ma preuve que je pourrais être un bon père pour Noah et pas celui qui le poussera dans la maladie familiale.

pseudo : It's a secret.
avatar : Colin O'Donoghue.
crédits : Lady Azraël (vava), tumblr (sign)
DC : Not yet darling.
posts : 38 points : 122
inscrit le : 19/12/2014

MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Ven 19 Déc - 22:29

Merci vous trois
Vous êtes des choux

_________________
All my regrets.
J’ai menti, ce n’est pas vrai, notre histoire n’est pas encore terminée. Je ne veux pas. Et c’est humiliant parce que je suis là à supplier. Ton choix est très simple. C’est lui ou moi. Et je suis sûr qu’il est vraiment super. Mais je t’aime vraiment. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t890-aidan-bouges-pas-je-retrouve-le-titre-et-j-te-le-donne-de-suite http://bbme.forumactif.org/t891-aidan-lamour-est-une-catastrophe-magnifique-savoir-que-lon-fonce-dans-un-mur-et-accelerer-quand-meme

statut : en couple, mais un peu perdue
occupation : kinésithérapeute
petit plus : avoir un enfant était presque devenue une obsession chez elle, mais elle vient d'apprendre qu'elle est stérile (+) elle est complètement dévastée, mais ne le montre pas (+) son petit ami l'a demandé en mariage sur un papier le jour de la nouvelle, comme il n'était pas là elle a fuit et a trouvé une excuse pour ne pas revenir le soir. il ne sait pas qu'elle est au courant de cette demande

crédits : angel dust
posts : 205 points : 105
inscrit le : 26/09/2014

MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Ven 19 Déc - 23:24

bienvenue I love you

_________________

le bonheur ne s’acquiert pas, il ne réside pas dans les apparences, chacun d’entre nous le construit à chaque instant de sa vie avec son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

âge : 26 ans
statut : Célibataire
enfant(s) : Aucun
occupation : Militaire dans les para + Agent de sécurité à Cork
petit plus : A essayé de tué sa mère à 13 ans + C'est muré dans un mutisme suite à sa tentative de meurtre + C'est l'armée qui l'a sauvé + Est très proche de ses camarades d'armes, même s'il n'en parle jamais + A vu des horreurs tous les jours en Afghanistan; Irak ou Centrafrique + Fais des cauchemars toutes les nuits + Ne souhaite que deux choses : retourner sur le terrain et être en couple avec son meilleur ami, or c'est incompatible pour lui. + est fan de sport, surtout pour se défouler.

pseudo : maev20
avatar : Tyler hoechlin
crédits : argents
DC : La jolie azma
posts : 817 points : 1406
inscrit le : 07/09/2014

MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Sam 20 Déc - 0:47

coliiiin bienvenue !!!

_________________

   
It's gonna be alright
On croit toujours que certaines relations sont si fortes qu'elles pourront résister à tout, mais ce n'est pas vrai. La confiance qui s'étiole, la lassitude, les mauvais choix, les soleils trompeurs de la séduction, la voix chaude des sales cons, les longues jambes des sales connes, les injustices du destin : tout concourt à tuer l'amour. Dans ce genre de combat inégal, les chances de victoire sont minces et tiennent plus de l'exception que de la règle. ~ byendlesslove.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t69-alex-kill-me-not-him#158

âge : 27ans
statut : Célibataire
enfant(s) : Sans Enfant
occupation : Maitre Nageur & Coach Sportif
petit plus : Depuis quelques temps, Nolan se pleind de très douloureuses migraines - Il se sent responsable de l'accident de Roxy

pseudo : Arrow
avatar : Dean Geyer
crédits : marielutine & Tumblr
posts : 1063 points : 287
inscrit le : 24/08/2014

MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Sam 20 Déc - 7:58

bienvenue sur bme & merci de ton inscription :)

_________________
my happy little pill,
take me away
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t56-a-heartbreak-nolan#119 http://bbme.forumactif.org/t747-nolan-my-happy-little-pill#13733

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Sam 20 Déc - 10:16

Bienvenue parmi nous

En espérant que tu t'amuseras bien en notre compagnie
Revenir en haut Aller en bas

âge : 35 y.o.
statut : Célibataire au cœur déchiré.
enfant(s) : Un fils que je ne demande qu'à connaître, Noah.
petit plus : Je viens d'une famille à la lourde histoire psychiatrique. Alcoolisme, troubles maniaco-dépressifs et crises psychotiques et paranoïaques ont bercé toute ma vie... ce que personne à Cork ne sait. | Faith, ma petite nièce est la prunelle de mes yeux, ma preuve que je pourrais être un bon père pour Noah et pas celui qui le poussera dans la maladie familiale.

pseudo : It's a secret.
avatar : Colin O'Donoghue.
crédits : Lady Azraël (vava), tumblr (sign)
DC : Not yet darling.
posts : 38 points : 122
inscrit le : 19/12/2014

MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Sam 20 Déc - 15:22

Merci vous quatre

_________________
All my regrets.
J’ai menti, ce n’est pas vrai, notre histoire n’est pas encore terminée. Je ne veux pas. Et c’est humiliant parce que je suis là à supplier. Ton choix est très simple. C’est lui ou moi. Et je suis sûr qu’il est vraiment super. Mais je t’aime vraiment. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t890-aidan-bouges-pas-je-retrouve-le-titre-et-j-te-le-donne-de-suite http://bbme.forumactif.org/t891-aidan-lamour-est-une-catastrophe-magnifique-savoir-que-lon-fonce-dans-un-mur-et-accelerer-quand-meme

âge : 35 ans
statut : Maman célibataire
enfant(s) : Un petit garçon du nom de Noah
occupation : styliste, possède sa propre boutique de vêtements
petit plus : + Est toujours amoureuse de son ex. malgré qu'elle a un nouveau copain

pseudo : keep smiling
avatar : Jennifer Morrison
crédits : tearsflight
posts : 268 points : 219
inscrit le : 14/10/2014

MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Dim 21 Déc - 10:11

Encore mille fois merci d'avoir choisi mon scénario et bienvenue parmi nous I love you
Je ne sais pas comment décrire à quel point j'ai adoré ta fiche, elle est tout simplement parfaite. J'adore ce que tu as fait de ce Aidan et je me réjouis vraiment de commencer à RP avec toi
En tout cas je pense que la fiche est terminée et j'approuve mille fois ta validation :)


_________________

« Sometimes, when you don't ask questions, it's not because you are afraid that someone will lie to your face. It's because you're afraid they'll tell you the truth. » Jodi Picoult
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t569-millicent-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough http://bbme.forumactif.org/t581-millicent-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough

âge : vingt-sept ans.
statut : mariée, mais ne s'en souvient pas.
enfant(s) : kalina, un an.
occupation : ancienne officière de police maintenant vendeuse dans une boutique de vêtements.
petit plus : enceinte de trois mois d'un sexy inconnu.

pseudo : sab*/loveless
avatar : amber heard.
crédits : .sparkle + tumblr.
DC : schizo (célia, tomey & maxym).
posts : 1473 points : 225
inscrit le : 24/08/2014

MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Dim 21 Déc - 10:20

bienvenue sur BME & merci de ton inscription
tu fais effectivement une heureuse

_________________
and it feels like i'm drowning...
» Je croyais que je savais où j’allais, je croyais que j’avais tout planifié… en fait, je me doutais de rien. Ce n’est pas étonnant comme la vie peut être une chose, et en instant se transformer en une autre chose. Tout peut basculer en un fragment de secondes, en un battement de paupières. La vie, c’est ce qui arrive quand on avait prévu autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t44-time-changes-everyone-roxy http://bbme.forumactif.org/t86-and-if-one-day-you-forget-everything-roxy#284

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Dim 21 Déc - 11:39

Bienvenue sur le forum o/
Revenir en haut Aller en bas

âge : 35 y.o.
statut : Célibataire au cœur déchiré.
enfant(s) : Un fils que je ne demande qu'à connaître, Noah.
petit plus : Je viens d'une famille à la lourde histoire psychiatrique. Alcoolisme, troubles maniaco-dépressifs et crises psychotiques et paranoïaques ont bercé toute ma vie... ce que personne à Cork ne sait. | Faith, ma petite nièce est la prunelle de mes yeux, ma preuve que je pourrais être un bon père pour Noah et pas celui qui le poussera dans la maladie familiale.

pseudo : It's a secret.
avatar : Colin O'Donoghue.
crédits : Lady Azraël (vava), tumblr (sign)
DC : Not yet darling.
posts : 38 points : 122
inscrit le : 19/12/2014

MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Dim 21 Déc - 14:28

Merci vous tous

Millie > Ravis que ce que j'en ai fait te plaise autant !

_________________
All my regrets.
J’ai menti, ce n’est pas vrai, notre histoire n’est pas encore terminée. Je ne veux pas. Et c’est humiliant parce que je suis là à supplier. Ton choix est très simple. C’est lui ou moi. Et je suis sûr qu’il est vraiment super. Mais je t’aime vraiment. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t890-aidan-bouges-pas-je-retrouve-le-titre-et-j-te-le-donne-de-suite http://bbme.forumactif.org/t891-aidan-lamour-est-une-catastrophe-magnifique-savoir-que-lon-fonce-dans-un-mur-et-accelerer-quand-meme

âge : 27 bananes (a)
statut : Mariée, mais c'est compliqué.
enfant(s) : Une petite fille d'un an, Kalina.
occupation : Sage-femme.
petit plus : Elle est tombée enceinte à l'âge de dix-sept ans, mais n'en a jamais parlé à personne, pas même à sa femme, seule sa meilleure amie de l'époque était au courant || Elle a couché avec son meilleur ami, qui n'est autre que le père du bébé dont elle a avorté dix ans plus tôt, alors que sa femme amnésique s'était enfuie à Londres.

pseudo : Chimène
avatar : Scarlett Perfect Sexy Johansson
crédits : Liliana (avatar)
DC : Eira & Katerina
posts : 1065 points : 88
inscrit le : 07/09/2014

MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Dim 21 Déc - 17:27

Tout me semble bon, je te valide Amuse-toi bien parmi nous

_________________
Because I love you ♥
You're losing your memory now. Wake up, it's time little girl, wake up ! All the best of what we've done is yet to come. Wake up, it's time little girl, wake up ! Just remember who I am in the morning. You're losing your memory...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

âge : 35 y.o.
statut : Célibataire au cœur déchiré.
enfant(s) : Un fils que je ne demande qu'à connaître, Noah.
petit plus : Je viens d'une famille à la lourde histoire psychiatrique. Alcoolisme, troubles maniaco-dépressifs et crises psychotiques et paranoïaques ont bercé toute ma vie... ce que personne à Cork ne sait. | Faith, ma petite nièce est la prunelle de mes yeux, ma preuve que je pourrais être un bon père pour Noah et pas celui qui le poussera dans la maladie familiale.

pseudo : It's a secret.
avatar : Colin O'Donoghue.
crédits : Lady Azraël (vava), tumblr (sign)
DC : Not yet darling.
posts : 38 points : 122
inscrit le : 19/12/2014

MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   Dim 21 Déc - 17:58

Merci mam'zelle

_________________
All my regrets.
J’ai menti, ce n’est pas vrai, notre histoire n’est pas encore terminée. Je ne veux pas. Et c’est humiliant parce que je suis là à supplier. Ton choix est très simple. C’est lui ou moi. Et je suis sûr qu’il est vraiment super. Mais je t’aime vraiment. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t890-aidan-bouges-pas-je-retrouve-le-titre-et-j-te-le-donne-de-suite http://bbme.forumactif.org/t891-aidan-lamour-est-une-catastrophe-magnifique-savoir-que-lon-fonce-dans-un-mur-et-accelerer-quand-meme

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...   

Revenir en haut Aller en bas
 

Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...
» problème pour allez faire " caca "
» Problème application eyeliner !!!!
» Problème de déglutition
» Problème Linguistique (Conjugaison)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: la naissance :: les actes de naissance :: fiches validées-