AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 it's hard to see you again (aidan&millicent)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

âge : 35 ans
statut : Maman célibataire
enfant(s) : Un petit garçon du nom de Noah
occupation : styliste, possède sa propre boutique de vêtements
petit plus : + Est toujours amoureuse de son ex. malgré qu'elle a un nouveau copain

pseudo : keep smiling
avatar : Jennifer Morrison
crédits : tearsflight
posts : 268 points : 219
inscrit le : 14/10/2014

MessageSujet: it's hard to see you again (aidan&millicent)   Mar 23 Déc - 15:32




Aidan & Millicent
it’s hard to see you again

M
a journée commençait plutôt bien. Le soleil brillait dans le ciel de Cork et je me levais doucement de mon lit de bonne humeur. A peine avais-je posé mon pied par terre que la porte de ma chambre s’ouvrit et Noah fit son entrée, le sourire jusqu’aux oreilles. Il se jeta dans mes bras. « Aujourd’hui je passe la journée avec tata Cleo ! » J’affichais un large sourire tout en serrant mon fils dans mes bras. Je me levais ensuite doucement de mon lit pour me diriger dans la salle de bain, mon fils me suivant partout. « Oui d’ailleurs il faut qu’on se dépêche, on est presque en retard. » Je me préparais le plus rapidement possible alors que son côté Noah ne cessait de courir dans tous les coins. Il risquait d’être sur-excité durant toute la journée et je plaignais déjà ma sœur qui aurait à supporter tout ça. Quelques secondes plus tard je sortais de chez nous, main dans la main avec mon fils et je l’emmenais chez ma sœur, le sourire aux lèvres. « Tu seras sage avec tata, n’est-ce pas ? » Noah hocha la tête et courut dans les bras de sa tante lorsque celle-ci arrivant sur le porche d’entrée. Il adorait sa tante et je savais déjà qu’il allait passer une excellente journée à ses côtés. Je saluais rapidement ma sœur, discutais quelques mots avec elle et puis je retournais chez moi, toute seule. C’était une excellente chose, ça me laisserait l’occasion de pouvoir ranger un peu à la maison et pouvoir m’occuper de mes petites affaires. Tout ce que je n’ai pas le temps de faire lorsque Noah est dans mes pattes. Et puis ça me laisserait un peu de temps pour me retrouver moi-même, ça ne pourrait me faire que du bien.

Thayer n’était pas là non plus aujourd’hui, il devait travailler tard, ce qui me laisserait la journée pour moi toute seule. J’arrivais chez moi et commençais par m’occuper de la paperasse qui traînait et que je devais ranger depuis un petit moment maintenant. Cela ne me prit pas plus d’une heure et je me retrouvais rapidement devant la télévision afin de regarder l’une de mes séries préférées dont je n’avais pas pu regarder les derniers épisodes qui étaient sortis. C’était la journée idéale pour ça. Quelques fois je me demandais ce que Noah et Cleo étaient entrain de faire tous les deux. Et puis en même temps je savais que ce soir Noah se ferait un plaisir de me raconter sa journée dans les moindres petits détails. Il était tellement adorable quand il faisait ça. Concentrée sur un de mes épisodes je fus surprise d’entendre quelqu’un frapper à ma porte. Je me levais de mon canapé et ouvrit la porte, le sourire aux lèvres ne m’attendant certainement pas à retrouver Aidan devant ma porte. Depuis qu’il était revenu dans ma vie, j’avais été totalement perdue. Ne sachant absolument pas quoi penser de ce soudain retour dans ma vie alors que j’étais enfin heureuse. J’avais retrouvé quelqu’un et j’étais persuadée d’être à nouveau heureuse, mais le retour d’Aidan venait à nouveau tout changer dans ma vie. Je l’aimais toujours, je m’en rendais bien compte. Je l’avais réalisé dès l’instant où j’avais ouvert la porte il y a de ça quelques jours en arrière et que je m’étais retrouvée nez à nez avec lui. Je l’avais renvoyé chez lui, mais au fond j’avais envie de lui parler et de pouvoir lui poser toutes les questions qui attendent des réponses depuis trop longtemps maintenant. A présent il était de nouveau-là, devant chez moi. Je restais quelques secondes sans rien dire, face à lui. Il était encore plus beau que dans mes souvenirs, mais je m’empressais de chasser cette idée de ma tête. Aidan c’était du passé, un point c’est tout. « Salut Aidan. » Je n’ajoutais rien au début, restant devant l’entrée et le regardant droit dans les yeux. « Si t’es venu pour ton enfant, il n’est pas là aujourd’hui. » Lors de sa dernière visite il m’avait dit vouloir voir Noah, alors je préférais tout de suite lui dire qu’il n’était pas là, ça nous éviterait de perdre du temps inutilement.
WILDBIRD

_________________

« Sometimes, when you don't ask questions, it's not because you are afraid that someone will lie to your face. It's because you're afraid they'll tell you the truth. » Jodi Picoult
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t569-millicent-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough http://bbme.forumactif.org/t581-millicent-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough

âge : 35 y.o.
statut : Célibataire au cœur déchiré.
enfant(s) : Un fils que je ne demande qu'à connaître, Noah.
petit plus : Je viens d'une famille à la lourde histoire psychiatrique. Alcoolisme, troubles maniaco-dépressifs et crises psychotiques et paranoïaques ont bercé toute ma vie... ce que personne à Cork ne sait. | Faith, ma petite nièce est la prunelle de mes yeux, ma preuve que je pourrais être un bon père pour Noah et pas celui qui le poussera dans la maladie familiale.

pseudo : It's a secret.
avatar : Colin O'Donoghue.
crédits : Lady Azraël (vava), tumblr (sign)
DC : Not yet darling.
posts : 38 points : 122
inscrit le : 19/12/2014

MessageSujet: Re: it's hard to see you again (aidan&millicent)   Mar 23 Déc - 17:20


It's hard to see you again.
Millicent Huntington & Aidan O'Brien.

« N'abandonne pas, Aidan », m'avait dis Lily quand je lui avais raconté comment ma première rencontre avec Millie s'était passée. « Laisse lui un peu de temps et revient à la charge. Tu mérites de connaître ton fils. » J'étais plutôt du genre à penser que je ne méritais rien du tout et certainement pas le droit d'exiger de voir mon fils, mais elle avait raison sur un point : Je voulais le rencontrer et faire partie de sa vie. Je voulais réparer mes torts auprès de mon fils. Auprès de Millicent aurait été un plus agréable, aussi, mais je devais tout d'abord me concentrer sur mon fils. Noah était la priorité, la raison pour laquelle j'avais pris mon courage à deux mains et re-déménagé à Cork. Il était tout ce sur quoi je devais me concentrer pour le moment.

Je me retrouvais donc une fois de plus devant la porte d'entrée de Millicent, inspirant de grandes goulées d'air pour me donner du courage. Cette fois-ci, je m'étais fixé pour objectif qu'elle m'écoute au moins et entende les raisons qui me poussaient à revenir dans sa vie après tant de temps. Bien sûr, je me doutais que j'allais en conséquence devoir lui parler de mes peurs les plus ancestrales, lui expliquer les vraies raisons de mon départ et donc lui parler de mes secrets les plus intimes, ceux qu'absolument personne - ou presque - ne connaissaient et par la même, lui faire comprendre que je lui avais caché une partie de ma vie pendant tout le temps où nous avions été ensemble. Je savais d'avance que cette conversation allait être difficile et que tout ne serait pas réglé en un clin d’œil, que loin de me pardonner, elle allait m'en vouloir encore plus. Mais si elle pouvait entendre et finalement, avec du temps, comprendre pourquoi j'avais réagi aussi stupidement, alors peut-être qu'elle pourrait me pardonner assez pour m'offrir la possibilité d'entrer dans la vie de Noah. J'étais prêt à le faire pour lui.

Après un moment à respirer pour me donner du courage, je frappais à sa porte. Quelques secondes à peine plus tard, elle apparut sur son pas. Millie, plus belle encore que dans mes souvenirs, me fixa un long moment de ses yeux surpris. Elle me salua finalement et je lui offris un léger sourire. « Millie », la saluais-je à mon tour. « Écoutes, je... » La jeune femme ne me laissa pas finir, me disant que si j'étais venu pour voir mon fils, je tombais mal, car il n'était pas là. « Tant mieux », soufflais-je doucement, avant de sursauter sous l'effet de mes propres mots. « Je veux dire... Je veux dire que je ne veux pas m'imposer dans la vie de mon fils tant que tu n'es pas complètement d'accord avec ça, Millie », expliquais-je. « Alors, s'il n'est pas là, on va pouvoir parler et tu pourras accepter. Je te promets que je veux faire les choses bien. J'ai complètement merdé il y a sept ans, je le sais. Tout ce que je te demande, c'est le droit à une chance de t'expliquer pourquoi je veux revenir... Non, plutôt, pourquoi je ferais absolument tout ce qui est en mon pouvoir pour intégrer la vie de Noah et pour être le père que j'aurais toujours dû être pour lui. »

Avait-elle prononcé le nom de mon fils devant moi, la dernière fois ? Non, pas une seule fois. Il allait sans doute falloir aussi que je lui explique comment je les avais retrouvés et comment j'en savais autant sur eux. Qu'importe. Tant qu'elle me laissait une chance de m'expliquer, j'étais prêt à tout lui avouer, même le plus difficile. Il fallait juste qu'elle me laisse ma chance. « Laisse-moi entrer, s'il-te-plait, Millie », demandais-je avec espoir. « Tu as... tu as droit à une explication... si seulement tu en veux encore une... » Oui, elle méritait de savoir, de comprendre. De savoir que ça n'était pas elle ou le bébé au sens propre, qui avait causé ma fuite, mais tout ce qu'il y avait en dessous. Tout ce que j'avais cru pouvoir laisser à Dundalk et qu'elle avait, sans le vouloir, mis en exergue en tombant enceinte comme cela. Elle méritait de savoir que j'avais fuit à cause de moi et pas à cause d'elle...

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
All my regrets.
J’ai menti, ce n’est pas vrai, notre histoire n’est pas encore terminée. Je ne veux pas. Et c’est humiliant parce que je suis là à supplier. Ton choix est très simple. C’est lui ou moi. Et je suis sûr qu’il est vraiment super. Mais je t’aime vraiment. @ ALASKA.


Dernière édition par Aidan O'Brien le Mer 24 Déc - 15:19, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t890-aidan-bouges-pas-je-retrouve-le-titre-et-j-te-le-donne-de-suite http://bbme.forumactif.org/t891-aidan-lamour-est-une-catastrophe-magnifique-savoir-que-lon-fonce-dans-un-mur-et-accelerer-quand-meme

âge : 35 ans
statut : Maman célibataire
enfant(s) : Un petit garçon du nom de Noah
occupation : styliste, possède sa propre boutique de vêtements
petit plus : + Est toujours amoureuse de son ex. malgré qu'elle a un nouveau copain

pseudo : keep smiling
avatar : Jennifer Morrison
crédits : tearsflight
posts : 268 points : 219
inscrit le : 14/10/2014

MessageSujet: Re: it's hard to see you again (aidan&millicent)   Mer 24 Déc - 13:30




Aidan & Millicent
it’s hard to see you again

M
e retrouver face à Aidan était toujours aussi difficile, les sentiments remontaient à la surface sans même que je ne puisse vraiment les contrôler. Il a été pendant tellement de temps l’homme de ma vie, celui que je devais épouser et le père de mon fils. Il m’a fallu du temps pour me décider à sortir avec quelqu’un d’autre. Thayer a été mon choix et je suis parfaitement heureuse avec lui, mais au fond je sais parfaitement qu’il ne pourra jamais égaler Aidan. Alors le revoir devant ma porte en cet instant précis, c’était difficile. Je m’en voulais de ressentir tout ça alors que j’avais un autre petit copain à présent. Mais ça Aidan ne le savait pas. Enfin bref, je me retrouvais donc une seconde fois devant lui et je m’empressais de lui faire remarquer que son fils n’était pas là si jamais il était venu pour ça. La réponse qu’il me donna me fit grimacer et j’étais à deux doigts de lui claquer la porte au nez encore une fois, mais il s’empressa de se rattraper. Je le laissais donc parler sans l’interrompre une seule fois, écoutant ce qu’il avait à me dire avec beaucoup d’attention. Apparemment il était prêt à faire les choses bien et de mon côté j’avais vraiment besoin d’avoir quelques explications. « Ca tu peux le dire que tu as complètement merdé Aidan. Mais si tu veux essayer de faire les choses bien, je veux bien écouter ce que tu as à me dire. Pour Noah ça attendra. » En prononçant le prénom de mon fils, je réalisais que c’était la première fois que je le mentionnais devant Aidan. Comment connaissait-il déjà le prénom de son fils ? Je fronçais les sourcils avant d’ajouter. « Mais attends voir, comment tu sais que notre fils s’appelle Noah ? » Je le regardais droit dans les yeux tout en attendant ses explications. Je ne l’avais jamais mentionné devant lui et pourtant il venait de l’appeler par son prénom. Il me devait quelques explications à ce sujet c’était certain.

Il me supplia ensuite pour que je le laisse entrer tout en me faisant remarquer que j’avais le droit à des explications. Oh oui effectivement j’en avais le droit. Depuis le jour où il a disparu je ne cessais de me demander ce que j’avais pu faire de travers, ce qui n’avait pas été. Qu’est-ce qui avait bien pu le faire fuir ? Mais je n’avais jamais trouvé de réponses à mes questions. En même temps seulement lui pouvait répondre à mes questions et je n’avais plus eu de nouvelles de lui du jour au lendemain. Une période bien difficile de ma vie, je ne pensais jamais pouvoir relever la tête et pourtant j’avais finis par le faire. Difficilement, mais j’y étais parvenue. J’en avais souffert, terriblement souffert et aujourd’hui je voulais lui faire comprendre ça plus que tout le reste. Lui faire savoir toutes les larmes que j’ai pu verser pour lui et le nombre de fois où j’ai espéré le voir revenir. Dès son départ, à chaque fois que quelqu’un frappait à ma porte j’espérais que ce soit lui et puis avec le temps j’avais cessé d’espérer, persuadée que je ne le reverrais plus jamais. Mais le revoilà, sept ans plus tard. C’était inespéré ! Je poussais un soupir et m’écartais de la porte d’entrée. « Très bien, entre. » Je n’ajoutais rien de plus et je refermais la porte derrière lui avant de l’entraîner dans le salon pour prendre place sur le canapé. La pièce était remplie de photos de Noah et moi, mais également de quelques-unes de Thayer. S’il était au courant du prénom de mon fils peut-être savait-il également que j’avais un petit copain ? « Je ne crois pas qu’on va passer par quatre chemins, je t’écoute, après sept ans peut-être que je pourrais comprendre pourquoi tu m’as laissée comme ça… » Je croisais les bras tout en le regardant droit dans les yeux. Je n’étais pas vraiment sûre d’avoir envie de l’entendre parler de tout ça. Cette histoire restait encore très difficile pour moi à encaisser, mais en même temps il fallait que je sache la vérité. Et puis en même temps j’avais peur que la vérité me donne envie de lui pardonner. Bien sûr que je rêverais un jour de pouvoir retourner à ses côtés, de continuer notre histoire si parfaite. Mais aujourd’hui il y avait Thayer dans ma vie, ce qui compliquait bien les choses et puis surtout je ne savais pas si j’étais vraiment prête à me retrouver à nouveau avec lui. La confiance ne serait certainement plus la même et puis j’aurais peur chaque jour qu’il reparte encore une fois…
WILDBIRD

_________________

« Sometimes, when you don't ask questions, it's not because you are afraid that someone will lie to your face. It's because you're afraid they'll tell you the truth. » Jodi Picoult
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t569-millicent-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough http://bbme.forumactif.org/t581-millicent-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough

âge : 35 y.o.
statut : Célibataire au cœur déchiré.
enfant(s) : Un fils que je ne demande qu'à connaître, Noah.
petit plus : Je viens d'une famille à la lourde histoire psychiatrique. Alcoolisme, troubles maniaco-dépressifs et crises psychotiques et paranoïaques ont bercé toute ma vie... ce que personne à Cork ne sait. | Faith, ma petite nièce est la prunelle de mes yeux, ma preuve que je pourrais être un bon père pour Noah et pas celui qui le poussera dans la maladie familiale.

pseudo : It's a secret.
avatar : Colin O'Donoghue.
crédits : Lady Azraël (vava), tumblr (sign)
DC : Not yet darling.
posts : 38 points : 122
inscrit le : 19/12/2014

MessageSujet: Re: it's hard to see you again (aidan&millicent)   Mer 24 Déc - 15:17


It's hard to see you again.
Millicent Huntington & Aidan O'Brien.

J'avais tellement peur. Comme le jour de mon départ, mais en pire, parce que la culpabilité s'était glissé dans l'équation. Bien présente. Brutale. Tranchante... Il y a sept ans, il n'y avait eu que la peur. La peur et le besoin de partir, de fuir très loin et d'oublier tout ce qui ne concernait pas ma Lily dans son lit d'hôpital et mon frère dans sa cellule capitonnée. Aujourd'hui je faisais le chemin inverse, avec sept ans de retard et la culpabilité me rongeait autant que la peur. Je réussi néanmoins à ne pas trembler lorsque Millie s'effaça pour me laisser rentrer, refermant la porte derrière moi et me conduisant jusqu'au salon. Je ne pouvais que remarquer les photos de Noah partout dans la pièce, que je ne pus m'empêcher de regarder avec tendresse. Bon sang, c'était mon fils, je ne pouvais en douter. Si les photos de lui en mouvement trahissait incontestablement son lien biologique avec sa mère, tout dans son sourire, dans ses mimiques, trahissant la trace de Millicent, les photos sérieuses - ou moins sérieuses - où il prenait la pose, trahissait clairement son sang O'Brien. Moi, la plupart du temps, mais il y avait aussi un peu de Lily et d'Eion, dans la manière dont ses yeux brillaient quand il faisait la grimace ou dans la manière tendre dont il regardait sa mère sur certains clichés... Ou peut-être que cela venait aussi de moi et que c'était juste un point commun que nous avions dans la famille... Après tout, j'avais souvent vu les regards lancés par mon frère et ma sœur, mais jamais les regards que moi je pouvais faire...

Et puis je vis les autres photos. Celle d'un homme enlaçant Millie, la regardant amoureusement et je serrais brièvement la mâchoire, avant de rire de dépit. « Bien sûr, ça elle ne me l'aurait pas dit », songeais-je pour moi-même en détournant les yeux des photos, conscient que Lily avait délibérément caché la présence d'un copain – fiancé ? Mari ? - pour que je ne m'en serve pas comme excuse pour continuer à me cacher.

Mon regard se posa sur Millicent, de nouveau et celle-ci repris la parole, me demandant pourquoi je l'avais laissé et je réalisais que je n'avais toujours pas répondu à sa première question concernant ma connaissance du prénom de notre fils. Difficile de savoir par quoi commencer. Tout demandait tellement d'explications et elle méritait que je réponde d'abord à ses questions, avant de m'embarquer dans un long récit sur combien ma vie était pathétique et égoïste. Je pris une grande inspiration. J'avais commencé à parler d'elle, alors autant continuer par là et répondre à la première question. « Ma... Ma petite sœur a décidé un jour que jamais je ne pourrais tourner la page te concernant... la page qui relate notre histoire. Alors, elle a décidé d'engager un détective privé pour retrouver ta trace et savoir ce qu'il était advenu de notre enfant. C'est comme ça qu'elle a appris qu'il s'appelait Noah et qu'elle m'a dit tout ce que le privé avait pu lui apprendre. Je ne suis pas vraiment d'accord avec ce qu'elle a fait et la manière dont elle s'y est prise, mais elle voulait m'aider parce que je n'ai jamais supporté ce que je vous avais fait et elle a fait ce qu'elle pensait être le mieux et... » Okay, je m'enfonçais dans des trucs qu'elle ne voulait pas forcément savoir là et surtout, je lui parlais de ma sœur comme si c'était quelque-chose de normale alors que pour elle, ma famille n'avait toujours été qu'un vaste abyme sombre dans lequel elle ne pouvait pénétrer. « Oui, je heu... J'ai une petite sœur et un frère aussi... Mon père est mort il y a des années et ma mère... Ma mère elle est toujours en vie. Et si je te parle d'eux... c'est parce que c'est à cause de notre histoire... de mon histoire familiale, que je suis partie comme ça, sans une explication. A cause de tout ce que je ne t'avais jamais dit et pas à cause de toi ou du bébé... Alors, il faut d'abord que je te demande pardon, Millie. Je te demande pardon pour te les avoir cachés. Pardon pour ne pas t'avoir parlé d'eux, de ce qu'ils sont, de ce que j'ai potentiellement en moi et de toutes les peurs qui m'ont toujours pétrifié... Sans doute que si j'avais eu le courage de tout te dire à l'époque... Tu aurais compris, tu aurais su qu'on ne pouvait pas avoir d'enfant. Que je ne pouvais pas en avoir... »

J'inspirais à nouveau, conscient de combien j'étais obscur dans mes mots et combien loin de l'aider, cela ne devait que plus la troubler. « Au début de notre histoire, j'ai évité le sujet de ma famille parce que c'était... Plus facile. Eux étaient là-bas et moi j'étais ici, avec toi, à te découvrir et à nous découvrir et j'aimais trop ce que nous étions pour le salir, pour l'empoisonner avec ce que j'étais vraiment... Tu me faisais tellement de bien Millie. Avec toi j'étais plus... j'étais plus juste ce gars avec sa famille détraquée. J'étais juste moi, j'étais moi et j'étais en train de tomber fou amoureux de toi et c'était tout ce qui comptait. Je me disais que si les choses devenaient plus sérieuses entre nous, j'aurais juste qu'à faire amende honorable, te raconter mon histoire et t'expliquer tout ça. Que tu aurais pu comprendre pourquoi je ne le disais pas, même à une petite amie, tant que ça n'était pas assez sérieux entre nous pour dévoiler une telle chose... Et puis c'est devenu très sérieux, mais plus ça le devenait et plus j'avais peur que ça te fasse fuir. C'est vrai après tout. T'étais tombé amoureuse d'un mec normal, qui ne parlait pas de sa famille, mais qui avait tout d'un mec normal, sans problèmes... D'un seul coup j'allais t'imposer ma véritable histoire avec tout ce qu'elle a d'horrible et de pathétique et... J'avais tellement envie d'être à la hauteur, de te mériter entièrement. Et sans eux je te méritais vraiment. Sans eux j'étais digne de toi et digne de nous. Si je les oubliais, alors notre avenir s'annonçait merveilleux. Pleins de bonheurs, de projets et sans aucune inquiétude pour l'avenir. Sans peur que je devienne à mon tour une triste ligne de plus dans la rubrique des faits divers... Et j'étais terrifié que notre bonheur d'effondre à cause de tout ce que j'avais trop peur de te révéler... »

J'avais parlé d'une traite, sans m'arrêter, parlant vite au point, sans doute, que ça restait tout aussi incompréhensible que le reste parce que je n'avais toujours pas dit les mots importants. Je n'avais toujours pas parlé de la maladie... des maladies qui avaient rongé ma famille toutes ses années. Je n'avais toujours pas parlé de ma peur de devenir malade à mon tour, de contaminer ma progéniture. Je n'avais pas parlé des vraies choses qui me faisaient peur. Je les avais juste enrobés dans un fatras de non-dits donnant mon état d'esprit, mais n'expliquant rien de pourquoi j'avais tellement peur de ce bébé. « Mon illusion de bonheur sans tâche à Cork... Quand je suis entrée dans l'appartement ce soir-là... Il venait de s'effondrer. J'avais été ramené à la réalité de la plus brutale des façons. J'avais déjà pris une claque. Et puis toi tu étais là, si heureuse d'être enceinte, si désireuse de fonder une famille avec moi, sans savoir combien je pouvais être un danger pour toi... pour ce bébé que tu attendais... Sans savoir ce que j'avais pu mettre dans ton ventre... J'étais totalement paniqué par ce que je venais d'apprendre et toi tu m'annonçais ça au pire moment qui soit. Tu as... Je venais brusquement d'être remis face à la réalité de ce que j'étais vraiment et en m'annonçant ta grossesse, tu m'as fais réaliser que je ne pouvais juste que propager ça... J'ai pris peur, j'étais tellement terrifié. J'ai cru que si je m'en allais, si je n'assumais pas et si je m'arrachais à toi, à ce bébé... Peut-être que je pourrais le sauver de cet héritage là. Peut-être qu'il pourrait être normal et aller bien... Et regarde le, aujourd'hui », dis-je en prenant une photo de mon fils, l'observant, souriant à sa mère, tendrement blottit contre elle. « Il va... merveilleusement bien. Il est tout à fait normal et il va parfaitement bien... Et Lily n'arrête pas de dire que je n'aurais pas forcément ruiné sa vie si j'étais resté... Mais c'est une peur qui m'a poursuivit ses sept dernières années, sans que je ne puisse rien trouver pour penser le contraire... »

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
All my regrets.
J’ai menti, ce n’est pas vrai, notre histoire n’est pas encore terminée. Je ne veux pas. Et c’est humiliant parce que je suis là à supplier. Ton choix est très simple. C’est lui ou moi. Et je suis sûr qu’il est vraiment super. Mais je t’aime vraiment. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t890-aidan-bouges-pas-je-retrouve-le-titre-et-j-te-le-donne-de-suite http://bbme.forumactif.org/t891-aidan-lamour-est-une-catastrophe-magnifique-savoir-que-lon-fonce-dans-un-mur-et-accelerer-quand-meme

âge : 35 ans
statut : Maman célibataire
enfant(s) : Un petit garçon du nom de Noah
occupation : styliste, possède sa propre boutique de vêtements
petit plus : + Est toujours amoureuse de son ex. malgré qu'elle a un nouveau copain

pseudo : keep smiling
avatar : Jennifer Morrison
crédits : tearsflight
posts : 268 points : 219
inscrit le : 14/10/2014

MessageSujet: Re: it's hard to see you again (aidan&millicent)   Mer 24 Déc - 17:06




Aidan & Millicent
it’s hard to see you again

J
’avais bien évidemment fini par laisser entrer Aidan chez moi. Premièrement parce que c’était la deuxième fois qu’il venait chez moi et que je ne pourrais le repousser indéfiniment et deuxièmement parce que je voulais vraiment avoir des réponses à toutes mes questions. J’avais des milliers de scénarios dans ma tête qui expliquaient les raisons du départ si précipité d’Aidan et de sa soudaine panique face à l’arrivée d’un bébé dans sa vie. Mais je devais certainement être bien là de la réalité. En même temps j’avais cherché à connaître les raisons de ce départ, mais à part ce message sur mon répondeur, je n’avais absolument rien réussi à obtenir de lui depuis. Un véritable calvaire je dois bien l’avouer. Je n’avais eu d’autres choix que d’accepter la situation telle qu’elle était et avancer. J’avais hésité à plusieurs reprises pour garder l’enfant, mais au final je savais parfaitement que je n’aurais jamais la force de me faire avorter. Cet enfant je le voulais et il ne méritait certainement pas de ne pas voir le jour simplement à cause d’un père un peu trop lâche. Aujourd’hui, j’étais fière et heureuse d’avoir choisi de le garder. Noah était mon petit rayon de soleil, celui qui avait réussi à me faire garder la tête hors de l’eau. Bien évidemment à chaque fois que je posais mon regard sur lui je voyais son papa qui me regardait et au départ ça me brisait le cœur à chaque fois. Mais au final j’avais fini par m’y faire. Oui il ressemblait beaucoup à son père pour énormément de chose, mais en même temps c’était inévitable. Ce qui m’importait c’était qu’il soit un petit garçon stable et adorable. Voilà tout. Il me rendait plus qu’heureuse et puis aujourd’hui il s’entendait également parfaitement bien avec Thayer. Autant dire que je n’avais pas à me plaindre de ma vie au final, tout était rentré dans l’ordre et j’avais réussi à avancer, à ouvrir ma petite boutique de vêtements et à élever mon fils comme il se doit. Je n’avais certainement pas à me plaindre. Mais le retour d’Aidan dans ma vie venait clairement chambouler mes plans pour mon avenir. Tout à coup je ne savais plus du tout où j’en étais, ce que je voulais vraiment… Bien que je pensais avoir réussi à l’oublier, il semblait être resté un moi dans une partie bien caché et prêt à ressurgir dès que l’occasion le lui permettrait.

Dans le salon je décidais de ne pas y aller par quatre chemins et par directement lui demander de me donner ses explications. J’étais assise sur le canapé et je le regardais droit dans les yeux alors qu’il commençait son long récit. Je décidais de l’écouter attentivement sans jamais l’interrompre. A plusieurs reprises je cru qu’il avait terminé, mais il continuait à chaque fois. Il commença par m’expliquer comment il connaissait le prénom de son fils, une histoire de détective privé. Je décidais de ne pas relever, c’était sa sœur qui avait fait ça et apparemment ce genre de pratique ne lui plaisait pas à lui non plus. Je n’ajoutais rien et continuais de l’écouter. Il enchaîna sur sa famille dont je ne connaissais absolument rien. Aidan ne m’avait jamais présenté à sa famille, il n’en parlait jamais. En fait, je ne savais même pas qu’il avait un petit frère et une petite sœur. Avant ça ne m’avait jamais gêné plus que ça, mais aujourd’hui en l’écoutant parler je me rendais compte que je ne savais en fait absolument rien de l’homme que j’allais épouser. Au fil de son récit j’apprenais quelques petites choses sur sa famille, mais lorsqu’il termina je n’étais pas vraiment plus avancée sur les raisons soudaines de son départ. Il avait énormément parlé, mais au final tout restait flou et je ne comprenais absolument rien. Le silence s’installa et je le regardais droit dans les yeux comme si je regardais un inconnu. Il avait une grande famille et pourtant je n’en avais jamais rien su. C’était affreux quand j’y repensais. « Aidan… Je ne comprends pas ce que tu veux me dire. De quelle maladie tu parles, je n’y comprends absolument rien. Et tu as une sœur et un frère ? Comment tu as pu me cacher ça pendant tout ce temps ? Je sais bien que tu n’aimais pas parler de ta famille, mais enfin Aidan nous allions nous marier. Tu pouvais me faire confiance, non ? » Il disait ne pas m’en avoir parlé de peur de me faire fuir, mais aujourd’hui je trouvais injuste d’apprendre tout ceci que maintenant. Je ne savais plus vraiment ce qu’il fallait que je fasse, ce que je devais dire ou penser. Il m’avait caché tellement de choses, forcément que je ne pouvais comprendre son soudain départ sans savoir tout ça. « Noah va effectivement parfaitement bien Aidan et je ne comprends pas du tout comment tu aurais pu gâcher sa vie. Tu as toujours été si… parfait. » Il m’était difficile de le dire, difficile d’avouer que j’ai toujours pensé ça de lui et ce même encore aujourd’hui après tout ce qu’il m’a fait subir. A mes yeux Aidan a toujours représenté la perfection alors qu’il était entrain de me dire exactement tout le contraire. Je n’y comprenais plus rien du tout !
WILDBIRD

_________________

« Sometimes, when you don't ask questions, it's not because you are afraid that someone will lie to your face. It's because you're afraid they'll tell you the truth. » Jodi Picoult
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t569-millicent-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough http://bbme.forumactif.org/t581-millicent-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough

âge : 35 y.o.
statut : Célibataire au cœur déchiré.
enfant(s) : Un fils que je ne demande qu'à connaître, Noah.
petit plus : Je viens d'une famille à la lourde histoire psychiatrique. Alcoolisme, troubles maniaco-dépressifs et crises psychotiques et paranoïaques ont bercé toute ma vie... ce que personne à Cork ne sait. | Faith, ma petite nièce est la prunelle de mes yeux, ma preuve que je pourrais être un bon père pour Noah et pas celui qui le poussera dans la maladie familiale.

pseudo : It's a secret.
avatar : Colin O'Donoghue.
crédits : Lady Azraël (vava), tumblr (sign)
DC : Not yet darling.
posts : 38 points : 122
inscrit le : 19/12/2014

MessageSujet: Re: it's hard to see you again (aidan&millicent)   Jeu 25 Déc - 16:03


It's hard to see you again.
Millicent Huntington & Aidan O'Brien.

Bien sûr qu'elle ne comprenait pas. J'étais des plus sincères, mais je ne disais toujours rien. Ce secret... fut une époque, je pensais pouvoir l'emporter dans ma tombe. Mais j'avais tort. Tellement tort. Elle me pensait parfait parce qu'elle ne savait rien. Et elle ne savait rien parce que je l'avais tenue à l'écart. Parce que j'avais cru pouvoir soigneusement garder une partie de ma vie... la meilleure partie de ma vie... loin du poison qui avait ruiné mon enfance, dévasté mon adolescence et brisé mon bonheur avec elle à jamais. Aujourd'hui, il me fallait juste trouver enfin le courage, arrêter d'être lâche et lui dire la vérité. Toute la vérité. Pleine et entière, sans plus rien cacher. Elle méritait de savoir vraiment à qui elle avait affaire. Elle méritait de connaître celui qu'elle avait eu dans sa vie, dans son lit... dans son cœur. Elle méritait de savoir que ça n'était pas parce que je ne l'aimais pas vraiment que je l'avais quitté, mais parce qu'au contraire, je l'aimais plus que tout au monde et que pour la protéger de nous, il m'avait semblé que la seule option raisonnable avait été la fuite.

Je soupirais, riant à demi d'un profond sarcasme en même temps. « Parfait... », gémis-je en fixant mes mains soigneusement posées sur mes genoux. « Je suis loin d'être parfait, Millie... Je suis même tout, sauf parfait... »

Je soupirais une nouvelle fois, inspirant un grand coup, avant de fixer Millicent dans les yeux. Il fallait que je le lui dise. Je le devais. Pour le souvenir de nous, pour elle, mais surtout pour Noah. Il devait avoir une chance de connaître son histoire le jour où il serait prêt. Il méritait de savoir pourquoi son père avait été le lâche qu'il avait été. Il méritait que je prouve ma bonne foi à vouloir désormais faire partie de sa vie. Et pour ça, sa mère devait comprendre tous les tenants et aboutissants de mon existence, de mes peurs et de mes fuites... « Ma mère... ma mère a toujours été... malade. Enfin, on n'a jamais vraiment su quand ça avait commencé, mais du peu qu'elle nous parlait de sa jeunesse, elle en a toujours souffert. Quand on était petit, on pensait que c'était une maladie sans nom, un truc extraordinaire qu'aucun médecin ne pouvait soigner. On a compris bien plus tard que c'était elle qui ne voulait pas prendre les médicaments ou qui finissait toujours par les abandonner. Parce que quand on souffre de troubles bipolaires comme elle... les médicaments ça vous assomme complètement. Ça vous rend différent... Moins sensible à la vie, ça vous fait traverser l'existence en ressentant presque rien. Le problème c'est que les crises vous font ressentir les choses bien plus férocement que chez la plupart des gens et quand vous êtes en phase maniaque, c'est comme une drogue. Les aliments ont un goût plus prononcé, les joies sont décuplées... C'est dangereux, mais le problème c'est surtout les crises dépressives. C'est comme un puits sans fond dont on ne semble jamais pouvoir sortir. Pour ma mère, c'était la violence du passage d'une phase à une autre qui était le plus dur à vivre. Quand elle était en phase de déprime, elle serrait Lily dans ses bras toutes la nuit et ça finissait par passer plus vite que chez d'autres malades, mais pendant ce temps-là, moi je devais m'occuper de tout à la maison parce que mon père... Mon père lui ne pensait qu'à boire... et éventuellement cogner ma mère quand il en avait marre de la voir pleurer dans son lit comme une larve en peine... »

Je serrais les poings rien qu'au souvenir de cette vie qui avait été la mienne quand je n'étais qu'un gamin. Les nombreuses crises de maman, les violences de papa, la débrouillardise dont Eion et moi avions dû faire preuve pour tout gérer à la maison. Ça avait été dur, mais j'avais tellement cru qu'on s'en était sorti quand j'avais repris les choses en main. J'avais eu tort et ça aussi, je devais le lui avouer. Parce que c'était cette croyance et la découverte de mes désillusions qui m'avaient poussé vers la fuite. Elle devait tout savoir, pour tout comprendre, même si elle ne pourrait plus jamais me regarder de la même manière ensuite. « Quand j'ai eu dix-huit ans... Papa avait disparu depuis quelques mois et maman faisait une nouvelle crise assez violente... alors j'ai appelé les services sociaux... Ils ont placé maman dans un asile et prit Eion et Lily... J'ai convaincu ma mère d'accepter d'enfin se faire soigner... J'ai tout fait pour qu'on ne soit pas séparé tous les trois et le juge a fini par décider que je pouvais les garder, les élever. Quand on m'a proposé ce poste à Cork, celui qui m'a fait déménager la première fois... je ne voulais pas les abandonner, mais ils m'ont convaincu de vivre ma vie. Ils m'ont dit qu'ils s'en sortiraient, que je n'avais pas à m'inquiéter et que je devais vivre ma vie, profiter enfin de ce qu'elle pouvait m'offrir et ce que cette vie m'a offert alors, Millie... » Je me rapprochais un peu d'elle sur le canapé, la regardant droit dans les yeux, caressant sa joue du bout des doigts. « C'est toi. » J'inspirais à nouveau, respirant son parfum avec douceur, observant ses traits qui m'avaient tant manqué toutes ses années. Puis je retirais ma main, conscient de ne plus avoir ce droit sur celle depuis longtemps. Surtout maintenant qu'elle avait quelqu'un d'autre. « J'ai cru tellement fort que tu serais ma chance. Que tout se passerait bien, après tout ce que nous avions traversés... Mais j'ai été brutalement rappelé à la réalité ce jour-là... »

Je reculais un peu sur le canapé, évitant de nouveau son regard, me mordant la joue en respirant difficilement. Le pire restait à venir, l'explication du moment fatidique où je lui avais brisé le cœur et où je l'avais abandonné avec ce que j'aurais pu avoir de plus précieux au monde. « Quand je suis rentré... Je venais de recevoir un appel de l'hôpital, à la maison. Ma sœur était chez eux, le crâne fracassé... Mon frère... mon frère n'a pas supporté apprendre qu'elle était enceinte, qu'elle allait fonder sa propre famille, qu'elle allait être heureuse dans sa nouvelle vie, quand lui n'avait pas évolué depuis mon départ. Il avait commencé à boire en cachette depuis quelques temps et le tout mélangé il... il est devenu... sa propre maladie s'est déclenché. Il a tué le bébé que ma sœur attendait et j'ignore ce qui l'a sauvé elle, mais... Quand je suis rentré et que tu m'as appris que tu étais enceinte... » Une larme, puis deux s'écrasèrent sur mes mains, de nouveaux posées sur mes genoux et je ne m'étais même pas rendu compte que je pleurais. Je n'avais même pas réalisé que ma voix s'était brisée dès l'instant où j'avais parlé de la pire nuit de la vie de ma Lily... de la pire nuit de ma propre vie.

Je ne semblais plus capable de m'arrêter de parler, révélant sans prendre de gants l'horreur qu'avait été ma vie en cette soirée qui aurait dû être la plus heureuse de mon existence. Mon cœur battait à tout rompre dans ma poitrine et j'avais l'impression que le moindre coup de vent me ferait m'effondrer comme un château de cartes. Tout ça, je ne l'avais jamais dit à personne. Même avec Lily, on évitait d'en parler, parce que cela ne faisait que remuer de vieux souvenirs trop douloureux, pour elle comme pour moi. Difficilement, j'avalais une grande goulée d'air, posant de nouveau mon regard sur la blondinette qui avait été - était encore ? - le plus grand amour de ma vie. J'avais cherché pendant si longtemps à cacher tout cela, que je ne devais plus ressembler qu'à une pauvre larve brisée. « Comment j'aurais pu être bon pour notre enfant, Millie ? Comment j'aurais pu être un bon père quand tout s'était effondré autour de moi ? Comment je pouvais dire que je serais là pour vous aimer et vous protéger quand mon frère, qui m'avait fait la même promesse pour Lily, venait de lui fracasser le crâne jusqu'à manquer de la tuer ? Il était normal, bordel. Il était normal et il allait bien et puis tout d'un coup, il n'allait plus bien du tout et aujourd'hui il est enfermé, parce qu'il n'est jamais ressorti de sa folie et ma mère a failli ne jamais ressortir de la crise qu'elle a eut quand elle a appris ce qu'il s'était passé... Alors, Millicent, quand tu m'as dit ce soir-là que tu étais enceinte... tout ce à quoi je pensais c'est que j'avais peut-être cette chose en moi, moi aussi. Qu'un jour, je pourrais devenir complètement barge et faire du mal à la femme que j'aimais le plus au monde... à ce bébé que nous allions avoir ensemble... Tout ce à quoi je pensais, c'est que ce bébé avait mon sang, mes gènes et que peut-être qu'il avait cette putain de maladie aussi... J'aurais tout donné pour te sauver de ça... mais j'avais peur et j'avais tant à réparer là-bas... Alors, je suis partie et après trois jours à tout régler là-bas, trois jours à baigner dans la folie familiale... J'ai cru stupidement que tu t'en sortirais mieux... Que ce bébé pourrait mieux s'en sortir, s'il n'avait pas de liens avec moi. Si vous parveniez à oublier qu'il était de mon sang... C'était stupide, je sais... »

Une nouvelle fois, je baissais les yeux, si coupable de toute la douleur et la solitude que j'avais infligée à la femme de ma vie Si j'avais pu revenir en arrière, j'aurais tout fait différemment, ne me restait qu'à espérer que maintenant, elle pourrait me donner une seconde chance avec Noah...

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
All my regrets.
J’ai menti, ce n’est pas vrai, notre histoire n’est pas encore terminée. Je ne veux pas. Et c’est humiliant parce que je suis là à supplier. Ton choix est très simple. C’est lui ou moi. Et je suis sûr qu’il est vraiment super. Mais je t’aime vraiment. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t890-aidan-bouges-pas-je-retrouve-le-titre-et-j-te-le-donne-de-suite http://bbme.forumactif.org/t891-aidan-lamour-est-une-catastrophe-magnifique-savoir-que-lon-fonce-dans-un-mur-et-accelerer-quand-meme

âge : 35 ans
statut : Maman célibataire
enfant(s) : Un petit garçon du nom de Noah
occupation : styliste, possède sa propre boutique de vêtements
petit plus : + Est toujours amoureuse de son ex. malgré qu'elle a un nouveau copain

pseudo : keep smiling
avatar : Jennifer Morrison
crédits : tearsflight
posts : 268 points : 219
inscrit le : 14/10/2014

MessageSujet: Re: it's hard to see you again (aidan&millicent)   Ven 26 Déc - 11:24




Aidan & Millicent
it’s hard to see you again

T
out était encore beaucoup trop confus. Aidan essayait de s’expliquer sur les raisons de son soudain départ, mais pour le moment je ne voyais absolument pas où il voulait en venir. Il était encore totalement flou sur les raisons, parlant d’une maladie, mais de quelle maladie ? Je ne comprenais absolument rien du tout. Apparemment quelque chose qui avait touché sa famille. Mais pour le moment je n’en savais pas plus. Je décidais donc de lui poser la question, tout en lui faisant remarquer qu’à mes yeux il a toujours été si parfait, ça me paraissait impossible qu’il puisse être mauvais pour notre enfant. Aidan me fit d’abord remarquer qu’il était loin d’être parfait, qu’il était tout sauf ça. Je n’étais pas du tout d’accord avec lui, mais encore une fois je décidais de le laisser parler. Cette fois-ci il semblait prêt à vouloir être un peu plus clair, cette fois-ci je pourrais peut-être comprendre les véritables raisons de son départ. Enfin comprendre ce qui avait détruit notre couple. Je savais déjà que ça n’allait pas être facile à entendre et que j’allais pleurer sans aucun doute. Mais il fallait que je sache, j’avais besoin de savoir même si cela devait me faire du mal. Il se relança une nouvelle fois dans un long monologue, m’expliquant que sa mère était malade, elle était bipolaire et que la maladie était difficile à gérer. Il me parla ensuite de son père et de sa dépendance pour l’alcool qui le menait parfois à lever la main sur sa femme. Je l’écoutais sans rien dire, sans l’interrompre une seule fois. Ecoutant avec attention, cette vie, sa vie qui était beaucoup plus terrible que je n’aurais pu l’imaginer. Au fur et à mesure de ces mots, je me rendais encore plus compte que je ne connaissais absolument rien de l’homme que je devais épouser, du père de mon fils. Pourquoi ne m’avait-il jamais parlé de tout ça ? J’aurais tellement voulu être au courant avant, tout aurait pu se passer totalement différemment, j’en étais persuadée. Aidan me parla ensuite de la période où il est arrivé à Cork, où il m’a rencontrée. Tout en racontant tout ça il s’approcha doucement de moi et déposa sa main sur ma joue. Un frisson parcourut mon corps au contact de sa main sur ma joue. C’était si appréciable, si familier. J’aurais aimé qu’il garde sa main encore longtemps sur ma joue, mais je savais très bien que ce n’était pas bien. J’avais quelqu’un dans ma vie à présent, j’étais heureuse. Et pourtant je rêvais de m’approcher encore de lui, de le prendre dans mes bras afin de le rassurer et de le consoler. Raconter cette histoire semblait être un véritable calvaire pour lui et alors qu’il terminait de raconter son histoire, des larmes coulèrent sur ses joues. Je ne savais plus quoi faire. J’étais partagée entre l’envie de le prendre dans mes bras et de lui hurler dessus pour ne pas m’en avoir parlé plus vite. J’aurais tellement voulu être au courant avant… Mais ce n’était pas mon choix et j’avais dû faire avec. Puis il termina son histoire, m’expliquant qu’il n’aurait jamais pu être bon pour notre fils. Des larmes coulèrent sur mes joues et le silence s’installe.

Après quelques secondes, je finis par relever la tête et regarder Aidan dans les yeux. Les larmes continuaient de couler sur mes joues. « Aidan, pourquoi tu ne m’as rien dit ? Pourquoi tu m’as laissé sept ans sans rien me dire à propos de tout ça ? J’aurais pu t’aider, j’aurais pu te soutenir ! » Je marquais une petite pause. Bien évidemment son histoire était affreuse. Il avait vécu une vie très difficile, je n’en doutais pas une seule seconde. Mais il ne se rendait certainement pas compte du mal qu’il a pu causer dans ma vie à moi et celle de son fils. « Je… Je ne pensais vraiment pas que tu avais traversé tout ça et j’en suis vraiment désolée. Je me doute que ça ne devait pas être facile et que d’apprendre que ta soeur était presque morte a dû te détruire. Mais pourquoi ne rien m’avoir dit Aidan ? Tu sais parfaitement que j’aurais tout fait pour t’accompagner, t’aider et tout ce que tu veux. Tu n’aurais jamais été un mauvais père, tu n’es pas comme ton père Aidan, je le sais très bien que tu n’es pas comme ça… » Je m’arrêtais une nouvelle fois. A présent j’étais en colère et c’était à mon tour de parler, à mon tour de lui dire tous les passages difficiles que j’avais dû traverser moi aussi. « Comment as-tu pu croire que j’allais être mieux sans toi Aidan ? Je crois que tu ne te rends absolument pas compte de ce que j’ai traversé après ton départ. Je ne sortais plus de chez moi, ma sœur n’arrivait même pas à me parler, j’ai pleuré pendant je ne sais combien d’années, tous les jours ! A chaque personne qui sonnait chez moi j’espérais que ce soit toi derrière la porte, mais à chaque fois c’était une déception de plus. Jamais je ne pensais pouvoir relever la tête et m’en sortir. Tu ne te rends pas compte le vide que tu as créé dans ma vie et à quel point tu as pu me manquer, à quel point tu m’as brisé le cœur. Tu… Tu étais tout pour moi et je savais que tu aurais été un excellent père si jamais tu étais resté. Noah est le seul qui a réussi à me sortir de tout ça, parce que je ne pouvais pas me laisser sombrer, je devais lui donner tout l’amour que je pouvais et j’ai réussi à me sortir de l’eau grâce à lui. Et tu reviens sept ans plus tard en me racontant tout ça… J’allais me marier à un total inconnu. Je ne savais absolument rien de ta vie Aidan, comment as-tu pu garder tout ça pour toi alors que j’avais totalement confiance en toi ? » Je ne savais plus vraiment ce que je disais les mots sortaient sans même que je ne réfléchisse. « Tu ne te rends pas compte à quel point tu m’as manqué, à quel point je t’aime. » Il est certain que je l’aime cet homme et c’est le cas encore aujourd’hui. Seulement j’étais avec quelqu’un d’autre à présent, j’avais remonté la pente et je ne pensais absolument pas être prête à refaire confiance à Aidan. Pas après tout ça.
WILDBIRD

_________________

« Sometimes, when you don't ask questions, it's not because you are afraid that someone will lie to your face. It's because you're afraid they'll tell you the truth. » Jodi Picoult
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t569-millicent-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough http://bbme.forumactif.org/t581-millicent-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough

âge : 35 y.o.
statut : Célibataire au cœur déchiré.
enfant(s) : Un fils que je ne demande qu'à connaître, Noah.
petit plus : Je viens d'une famille à la lourde histoire psychiatrique. Alcoolisme, troubles maniaco-dépressifs et crises psychotiques et paranoïaques ont bercé toute ma vie... ce que personne à Cork ne sait. | Faith, ma petite nièce est la prunelle de mes yeux, ma preuve que je pourrais être un bon père pour Noah et pas celui qui le poussera dans la maladie familiale.

pseudo : It's a secret.
avatar : Colin O'Donoghue.
crédits : Lady Azraël (vava), tumblr (sign)
DC : Not yet darling.
posts : 38 points : 122
inscrit le : 19/12/2014

MessageSujet: Re: it's hard to see you again (aidan&millicent)   Ven 26 Déc - 15:58


It's hard to see you again.
Millicent Huntington & Aidan O'Brien.

Voilà, c'était dit et plus j'avais parlé, plus je m'étais rendu compte de combien j'avais réellement merdé sur toute la ligne. C'était Millicent, la femme en qui j'avais eu le plus confiance toute ma vie. J'aurais du lui parler avant. J'aurais assurément dû tout lui raconter des horreurs de ma vie. Elle méritait de connaître entièrement l'homme qu'elle s'apprêtait à épouser, après tout... Mais j'avais tellement aimé celui que j'étais alors pour elle, ce Aidan normal et sans problèmes de familles, heureux et insouciant. Lui raconter aurait, sans aucun doute, salit notre histoire, y aurait ajouté la peine et les problèmes et je n'avais pas voulu que cela arrive. Je n'avais pas voulu que mon histoire devienne la sienne. Pas quand tout ce que je voulais lui apporter, c'était le bonheur et la sécurité.

Alors, bien sûr, elle me demanda pourquoi je ne lui avais rien dit plus tôt. Pourquoi j'étais resté en silence radio pendant sept ans. Elle ajouta qu'elle aurait pu me soutenir, qu'elle ne se doutait pas de ce qu'avais été ma vie avant elle et qu'elle aurait tout fait pour m'accompagner et m'aider si seulement j'avais pris la peine de lui expliquer les choses. Je soupirais, baissant les yeux. « Je me rends compte que j'ai agi comme le dernier des crétins, Millie. Je t'assure », soufflais-je doucement, les yeux à nouveau baissés. « Je n'ai aucune excuse valable. Les seules raisons que j'ai pour expliquer mon silence, sont les raisons qui me semblaient être bonnes à l'époque et je sais aujourd'hui qu'elles sont loin de l'être », lui assurais-je avant de soupirer douloureusement. « Je voulais tellement te protéger de tout ça. Je voulais tellement que tu sois mon soleil au milieu de ma sombre vie. J'avais promis d'être un homme bon pour toi, qui te protégerait, soulagerait tes peines, serait là pour toi. Te plonger dans mes problèmes aurait fait tout l'inverse et je... Je n'ai jamais été très doué pour demander de l'aide. » En fait, je ne l'avais jamais fait. Très vite au cours de ma vie, j'avais compris que pour les gens comme moi et ma fratrie, il n'y avait que deux types de regards. Ceux curieux lancés à la dérobé, de la part de personnes qui ne voulaient absolument pas s'impliquer dans votre vie de misère et ceux qui vous regardaient avec pitié et ne bougeait pas plus le petit doigt pour vous. J'avais sauvé mon frère et ma sœur de notre vie tout seul. J'avais assumé leur éducation tout seul et j'avais toujours tout affronté seul. Je ne savais même pas comment m'y prendre pour demander l'aide de quelqu'un pour m'occuper de la famille O'Brien.

Millicent m'assurait que je n'étais pas comme mon père et comme à chaque fois, mon cœur se serrait. Lily le disait si souvent, aussi. Et toutes deux y mettait tant de convictions. Puis elle me demanda comment j'en étais réellement venue à penser qu'elle pourrait mieux vivre sans moi et elle me raconta comment elle avait vécu mon départ, les mois qui avaient suivi et je me mordis la lèvre, m'en voulant terriblement. Je n'avais pas été dans un meilleur état après mon départ. Tout ce qui m'avait empêché de sombrer, c'était Lily qui avait tant besoin de moi, puis Faith, quand ce petit ange était venu au monde pour combler nos vies.

Mon cœur rata un battement lorsqu'elle parla du manque et de l'amour qu'elle me portait au présent et non au passé, mais je ne savais que répondre. Je ne voulais pas croire qu'elle puisse encore avoir des sentiments pour moi. Pas quand je débarquais soudainement dans sa vie pour tout bouleverser. Elle était perdue, c'était évident et je n'allais pas abuser de la situation en lui disant maintenant que j'étais toujours fou amoureux d'elle. Je n'allais pas lui dire que je ne l'étais pas, mais je n'allais pas lui forcer la main. Pas maintenant que je venais de lui révéler qu'elle avait eu affaire à un homme adepte du mensonge, sept ans plus tôt. Je devais juste lui dire la vérité, lui parler de ce que j'avais fait avant, de ce fils qui m'avait poussé à revenir dans sa vie, maintenant. Nous... mes sentiments pour elle, ceux qu'elle pouvait encore nourrir à mon égard... Je n'allais pas juste les mettre de côté. J'allais me battre pour eux, pour elle, mais pas maintenant. Pas quand je venais juste de la plonger dans un univers qu'elle ne s'attendait absolument pas à côtoyer en tombant amoureuse de moi il y a tant d'années. J'avais promis que je voulais faire les choses bien pour Noah. Je voulais aussi bien les faire avec elle. Surtout avec elle...

« Je te le jure », soufflais-je doucement, attrapant ses mains pour les serrer entre les miennes. « Je te jure que si je pouvais revenir en arrière, tout refaire, j'aurais agi différemment. J'ai rêvé pendant sept ans avoir eu le courage de tout te dire quand il en était encore temps, de te laisser entrer dans mon passé, de prendre le risque que tu découvres qui je pouvais peut-être être au fond et que tu choisisses en toute conscience si tu voulais un enfant avec moi ou pas... Mais j'ai agi bêtement. Pas une seconde n'est passée depuis que j'ai claqué la porte sans que je ne regrette amèrement mon geste, Millie. Mais j'avais trop peur de ce qui semblait se tapir au fond de nous aussi, de ce qui avait pris Eion. J'avais trop peur de devenir fou à mon tour, un jour et de vous blesser toi et le bébé. Et puis les mois ont passé et tout ce qui est resté, c'était la honte du mal que j'avais causé. J'ai fini par me convaincre que tu serais mieux sans moi, que tu méritais mieux que moi et alors s'était fini. J'avais trop honte pour revenir... » Je serrais encore un peu ses mains entre les miennes, jouant tendrement avec ses doigts. « Mais Lily avait raison. J'ai... J'ai bien agi ses cinq dernières années. Je peux être un bon père et j'ai envie d'être un bon père. Je veux donner à notre fils l'amour qu'il mérite d'avoir de la part de son géniteur. S'il-te-plait, Millie. Laisse-moi réparer mes torts auprès de notre fils. Laisse-moi lui dire que les adultes sont parfois de grands idiots, qui font de terribles erreurs, mais que je l'aime plus que tout au monde... Que son père n'a pas cessé de l'aimer depuis l'instant où il a vu son visage pour la première fois... »

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
All my regrets.
J’ai menti, ce n’est pas vrai, notre histoire n’est pas encore terminée. Je ne veux pas. Et c’est humiliant parce que je suis là à supplier. Ton choix est très simple. C’est lui ou moi. Et je suis sûr qu’il est vraiment super. Mais je t’aime vraiment. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t890-aidan-bouges-pas-je-retrouve-le-titre-et-j-te-le-donne-de-suite http://bbme.forumactif.org/t891-aidan-lamour-est-une-catastrophe-magnifique-savoir-que-lon-fonce-dans-un-mur-et-accelerer-quand-meme

âge : 35 ans
statut : Maman célibataire
enfant(s) : Un petit garçon du nom de Noah
occupation : styliste, possède sa propre boutique de vêtements
petit plus : + Est toujours amoureuse de son ex. malgré qu'elle a un nouveau copain

pseudo : keep smiling
avatar : Jennifer Morrison
crédits : tearsflight
posts : 268 points : 219
inscrit le : 14/10/2014

MessageSujet: Re: it's hard to see you again (aidan&millicent)   Dim 28 Déc - 12:31




Aidan & Millicent
it’s hard to see you again

J
e ne réfléchissais plus tellement en sortant tout ce que j’avais sur le coeur à Aidan. L’entendre parler de sa famille, de son passé, etc. m’avait énormément touchée. Je ne m’attendais absolument pas à ça. Je ne pensais pas qu’il avait dû traverser tout ça avec sa famille et pourtant c’était bel et bien le cas. Finalement je ne connaissais absolument rien de cet homme et ça me blessait d’autant plus. Surtout que je savais parfaitement que s’il m’en avait parlé avant rien ne se serait passé de cette façon, tout aurait totalement différent et nous serions certainement encore ensemble aujourd’hui. Mais je ne devais pas penser à ça, les choses s’étaient passées de cette manière et il fallait faire avec. Ca ne me faisait que du mal d’imaginer comment les choses se seraient passées si jamais j’avais su tout ça avant. J’avais déjà bien assez souffert comme ça. Aidan m’expliqua pourquoi il n’avait pas voulu m’en parler. A l’époque il pensait que c’était mieux ainsi, mais il se rendait compte aujourd’hui que ce n’était pas le cas. Il avait simplement cherché à me protéger, en tout cas c’était ce qu’il disait. Les larmes continuaient de couler sur mon visage. Je le détestais tellement et en même temps j’étais encore tellement amoureuse de lui. Tout se chamboulait dans mon esprit et je ne savais vraiment plus quoi penser de cette situation. « Et bien tu vois, en voulant absolument me protéger tu as fini par me détruire. On aurait pu former une si belle famille si seulement tu m’avais parlé de tout ça. » A présent c’était certainement trop tard. J’avais trouvé quelqu’un d’autre et j’étais vraiment heureuse avec Thayer. En tout cas en apparence. Au fond je savais bien qu’Aidan m’avait manqué à chaque seconde et que j’aurais tout donné pour retourner avec lui. Mais il fallait que je passe à autre chose, que j’avance. Je ne pouvais pas rester indéfiniment à attendre son retour. Surtout que je n’aurais jamais pensé qu’il allait revenir. Aujourd’hui le voilà et tout devient à nouveau trop compliqué. Je ne sais absolument plus quoi faire de toute cette histoire. J’avais enfin les réponses à toutes les questions que je me posais depuis sept ans. Je connaissais enfin les raisons de son départ soudain. Mais j’avais toujours été persuadée que d’entendre ses raisons ne m’auraient que poussée à la détester d’autant plus. Alors qu’au final c’était tout le contraire. Comment pouvais-je le détester de son comportement alors qu’il n’avait fait qu’aller aider sa famille ?

J’avais fini mon petit monologue et Aidan s’approcha de moi en m’attrapant les mains. Un nouveau frisson me parcourut le corps et je baissais le regard sur nos mains liées. Pendant quelques instants je m’imaginais entrain de retourner avec lui, de me retrouver à nouveau dans ses bras, de l’embrasser… Mais je chassais rapidement ces idées de ma tête. Il n’allait certainement pas s’en sortir aussi facilement, pas après tout ce qu’il m’a fait subir. Je suis restée bien assez longtemps seule avec notre fils à me demander ce que j’avais pu faire pour le laisser entrer à nouveau dans ma vie aussi facilement. Il allait devoir faire ses preuves et puis de toute façon j’avais quelqu’un d’autre. Je laissais à nouveau Aidan parler, laissant mes mains dans les siennes comme dans un vague souvenir. Les larmes continuaient de couler sur mon visage et Aidan commença à me caresser les doigts tendrement. Je sentais bien que j’étais entrain de me laisser aller, de me laisser avoir par tous ces mots et tous ces gestes. Je retirais brusquement mes mains des siennes lorsqu’il eut fini de parler, m’éloignant un peu de lui. J’avais peur de ce qu’il était entrain de faire, de l’effet qu’il pouvait avoir sur moi encore aujourd’hui. « Je n’étais vraiment pas mieux sans toi Aidan, ça je peux te l’assurer. J’ai tellement espéré que tu reviennes, tu aurais dû. Maintenant c’est trop tard. J’ai refait ma vie, Aidan. J’ai trouvé quelqu’un d’autre et je… » Les prochains mots que j’allais dire n’était pas vraiment sincère en réalité. « Je suis heureuse à présent. » Ce n’était pas du tout vrai au final. Je n’étais pas vraiment heureuse avec Thayer puisque j’éprouvais toujours des sentiments pour Aidan. Mais ça il n’avait pas besoin de le savoir, pas pour le moment en tout cas. Il me parla ensuite de Noah et me demanda de le laisser le rencontrer. Je ne pouvais pas vraiment lui refuser ça. Mon fils avait le droit de savoir qui était son père et je ne pouvais pas le priver de ça. « Tu pourras voir Noah bientôt, on fixera un rendez-vous. C’est lui qui décidera ensuite s’il veut bien t’accepter dans ta vie. Saches que malgré tout ce que tu m’as fait subir, malgré toute la souffrance que j’ai pu éprouver, j’ai toujours fait un sorte que ton fils ait une bonne image de ton père. Au cas où tu reviendrais un jour et que tu voudrais le rencontrer. Je n’ai pas envie que mon fils déteste son père. Tu m’as déjà fait assez souffrir, mon fils mérite d’être heureux lui. » Je croisais les bras tout en regardant Aidan droit dans les yeux. Je m’étais beaucoup trop laissée aller, j’étais à deux doigts de craquer face aux mots et aux gestes tendres d’Aidan. Mais je m’étais reprise en main et à présent je gardais mes distances.
WILDBIRD

_________________

« Sometimes, when you don't ask questions, it's not because you are afraid that someone will lie to your face. It's because you're afraid they'll tell you the truth. » Jodi Picoult
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t569-millicent-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough http://bbme.forumactif.org/t581-millicent-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough

âge : 35 y.o.
statut : Célibataire au cœur déchiré.
enfant(s) : Un fils que je ne demande qu'à connaître, Noah.
petit plus : Je viens d'une famille à la lourde histoire psychiatrique. Alcoolisme, troubles maniaco-dépressifs et crises psychotiques et paranoïaques ont bercé toute ma vie... ce que personne à Cork ne sait. | Faith, ma petite nièce est la prunelle de mes yeux, ma preuve que je pourrais être un bon père pour Noah et pas celui qui le poussera dans la maladie familiale.

pseudo : It's a secret.
avatar : Colin O'Donoghue.
crédits : Lady Azraël (vava), tumblr (sign)
DC : Not yet darling.
posts : 38 points : 122
inscrit le : 19/12/2014

MessageSujet: Re: it's hard to see you again (aidan&millicent)   Lun 29 Déc - 14:58


It's hard to see you again.
Millicent Huntington & Aidan O'Brien.

Elle avait raison et j'en avais plus que jamais conscience. J'avais merdé à fond avec elle, je ne pouvais pas le nier. Je l'avais su à la seconde où j'avais claqué la porte de notre appartement. Croire que tout se réglerait en quelques mots aurait été une illusion et j'étais trop conscient des difficultés de la vie pour faire preuve d'autant de naïveté. Non, ce qui m'étonnait réellement, en fait, c'était qu'elle ne cri pas, qu'elle soit si calme et compréhensive. Cette femme était décidément bien trop bonne et bien trop douce... Elle méritait tellement. Tellement plus que je ne pourrais jamais lui offrir... Seulement voilà, je l'aimais. Oh je l'aimais depuis le premier jour, sans doute. Je n'allais donc pas abandonner la partie si facilement. Je n'allais pas la laisser entre les mains de n'importe qui. Je n'allais pas la laisser entre les mains de n'importe qui, hormis moi... Mais il allait falloir être prudent et patient, si je voulais réussir à retrouver le chemin de son cœur. Millicent était une personne très fière et qui savait se protéger des gens qui l'avaient blessée une fois déjà. De toutes les blessures, je lui avais sans doute infligé une des plus grandes et elle me le disait très clairement. Oui, j'allais devoir faire preuve de beaucoup de patience et lui montrer encore et encore que j'avais changé, que je m'étais amélioré, avant de pouvoir prétendre à la conquérir de nouveau.

Brusquement, elle retira ses mains des miennes et mit une distance nécessaire entre nous. J'obéis à sa volonté. Elle disait n'avoir jamais été mieux sans moi, qu'elle avait espéré mon retour pendant longtemps, mais que j'arrivais désormais trop tard, qu'elle avait quelqu'un et je ne pus que noter qu'elle trébucha sur sa promesse d'être heureuse maintenant entre les bras d'un autre. Je souris malgré tout, doucement, hochant la tête. Elle voulait me prouver qu'elle avait réussi à vivre et à retrouver le bonheur sans moi. Bien. J'acquiesçais. « Même si je m'y suis pris de la plus mauvaise des manières, je n'ai jamais rien voulu d'autre que ton bonheur, Millie », assurais-je avec tendresse. « Et si tu l'es aujourd'hui... alors c'est tout ce que je désire pour toi. »

Puis elle me souffla que je pourrais voir Noah et mon coeur s'emballa plus que de raison. Un rendez-vous, c'était tout ce que j'aurais le droit d'avoir pour prouver ma bonne fois et convaincre mon fils d'accepter de me revoir. C'était louable et des plus mérités. Après tout, c'était Noah qui était en jeu dans l'histoire. C'était mon fils qui aurait le plus à perdre si les choses se passaient mal par la suite. C'était à lui de décider si oui ou non il voulait de moi dans sa vie. Moi l'homme qui les avait abandonnés quand il n'était même pas encore né... Elle m'assura qu'elle avait tout fait pour donner une bonne image de moi à mon fils. Je hochais une nouvelle fois la tête. « Merci Millie... Merci infiniment. J'aurais compris que tu ne lui parles que de ma lâcheté, tu sais... Merci de m'avoir offert une chance avec lui. Je te promets que je ferais selon son désir. S'il ne veut pas de moi, alors je m'en irais sans plus jamais interférer dans vos vies et s'il veut de moi... S'il veut de moi, alors je ferais tout pour lui. »

J'allais rencontrer mon fils. Mon coeur battait la chamade à cette idée, son existence plus que jamais réelle à mes yeux. Ce petit bonhomme qui avait ravis mon coeur rien que par son nom et une photo prise en cachette dans un parc, allait réellement entrer dans ma vie et peut-être décidé de me garder dans la sienne. J'étais heureux et impatient et déterminé à prouver que je méritais ma place dans cette histoire, que mes erreurs du passé étaient, justement, une histoire passée. Qu'aujourd'hui, j'allais assumer et assurer, être un bon père, être un bon exemple pour cet enfant qui avait une partie de mes gènes et une partie des gènes de l'amour de ma vie. J'avais conscience que jamais je ne pourrais réparer mes torts passés, que toutes les actions que je pourrais mener à présent ne remplaceraient jamais mes sept années d'absences, ne les effaceraient pas. Mais à partir d'aujourd'hui, j'allais tout faire pour mériter le titre de père.

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
All my regrets.
J’ai menti, ce n’est pas vrai, notre histoire n’est pas encore terminée. Je ne veux pas. Et c’est humiliant parce que je suis là à supplier. Ton choix est très simple. C’est lui ou moi. Et je suis sûr qu’il est vraiment super. Mais je t’aime vraiment. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t890-aidan-bouges-pas-je-retrouve-le-titre-et-j-te-le-donne-de-suite http://bbme.forumactif.org/t891-aidan-lamour-est-une-catastrophe-magnifique-savoir-que-lon-fonce-dans-un-mur-et-accelerer-quand-meme

âge : 35 ans
statut : Maman célibataire
enfant(s) : Un petit garçon du nom de Noah
occupation : styliste, possède sa propre boutique de vêtements
petit plus : + Est toujours amoureuse de son ex. malgré qu'elle a un nouveau copain

pseudo : keep smiling
avatar : Jennifer Morrison
crédits : tearsflight
posts : 268 points : 219
inscrit le : 14/10/2014

MessageSujet: Re: it's hard to see you again (aidan&millicent)   Mer 31 Déc - 11:21




Aidan & Millicent
it’s hard to see you again

J
e mettais rapidement rendue compte que je m’étais beaucoup trop approchée d’Aidan et que j’étais entrain de faire quelque chose de très mal. C’était la raison pour laquelle j’avais brusquement retiré mes mains des siennes et que je m’étais légèrement éloignée de lui. Il avait une sacrée influence sur moi, je m’en rendais parfaitement compte et ça m’effrayait. Aidan était mon premier véritable amour et je savais bien qu’il était impossible de vraiment l’oublier, mais jamais je n’aurais pensé avoir encore autant de sentiments à son égard. J’essayais tant bien que mal de retrouver mes esprits, je ne pouvais pas faire ça à Thayer, ce n’était vraiment pas possible. Il ne méritait pas ça, lui qui a toujours été si merveilleux avec moi. Je m’empressais donc de faire remarquer à Aidan que j’avais passé à autre chose, qu’il revenait trop tard et qu’à présent j’avais quelqu’un dans ma vie. Je continuais de le regarder droit dans les yeux alors qu’il m’assurait ne vouloir que mon bonheur. Bien évidemment que je suis heureuse, que demander de mieux ? Un enfant plus que merveilleux et un petit ami parfait. Je ne pouvais vraiment pas espérer mieux. Et pourtant je sentais bien au fond de moi qu’il y avait mieux et il se trouvait justement devant moi en cet instant précis. Mais c’était impossible, il m’avait fait beaucoup trop souffrir et je ne savais pas si ce serait vraiment bien de retourner avec lui un jour. Après tout je savais que je ne pourrais plus lui faire confiance comme avant, j’aurais toujours peur qu’il reparte comme il l’a déjà fait il y a sept ans. « Et bien oui je suis heureuse. Vraiment heureuse. » J’insistais un peu trop là-dessus, je m’en rendais bien compte. Je n’étais pas si heureuse que ça, mon cœur le savait parfaitement. Pourtant Aidan n’avait pas le droit de le savoir. Je voulais absolument qu’il pense que j’avais refait ma vie et que je ne reviendrais plus du tout en arrière. J’avais essayé de mettre le plus de conviction possible dans ma voix, mais au dernier moment je détournais le regard. « Je suis avec Thayer maintenant et lui ne me laissera jamais tomber. » Je disais cela comme pour me convaincre moi-même que je faisais le bon choix, que Thayer était l’homme de ma vie. Mais encore une fois mon cœur savait parfaitement que je me trompais. Tout devenait beaucoup trop compliqué.

J’avais ensuite accepté qu’Aidan puisse rencontrer notre fils. Noah avait tout à fait le droit de connaître son père et ce serait ensuite à lui de choisir s’il veut vraiment qu’il reste dans sa vie ou non. Je ne pouvais pas choisir pour mon fils et Aidan avait encore le droit de faire ses preuves à ce niveau-là. Je n’avais absolument pas chercher à pousser mon fils à détester son père. Non je ne voulais pas lui donner une mauvaise image de lui, c’était à lui-même de choisir s’il était un bon père ou non. Aidan me remercia et semblait tellement ravi de pouvoir voir son fils que je ressentis comme un petit pincement au cœur. Finalement, il était peut-être bien prêt à changer et à devenir un bon père. Je l’espérais pour lui et pour Noah. Pour ce qui était d’Aidan et moi, ça pouvait encore attendre. De toute façon je n’étais pas encore prête à lui refaire confiance, il avait encore des preuves à faire et puis il y avait Thayer. Je n’étais pas du tout prête à le laisser tomber. Il m’a tellement apporté durant ces derniers temps que je ne pouvais lui faire ça. Il ne méritait certainement pas tout ça alors qu’il a été mon meilleur ami pendant des années et ensuite un petit ami exemplaire. Thayer méritait d’être heureux et je ne pouvais pas tout gâcher entre nous simplement qu’Aidan est de retour. Non il me fallait des raisons bien plus fortes que ça et c’était à Aidan de me les donner. Il devait faire ses preuves. « Noah mérite d’avoir un très bon père, c’est à lui de choisir si tu en es un ou non. Je n’avais pas le droit de détruire sa vision qu’il se fait de toi. Il te jugera lui-même. Et puis je n’ai jamais douté que tu aurais été un très bon père de toute façon. » Non pour ma part je n’avais jamais douté de ça et je m’étais imaginée plusieurs fois comment aurait pu être la situation si jamais Aidan n’était jamais parti. « Je suis persuadée qu’il voudra de toi. Tu veux le rencontrer quand, demain, après-demain ? » Le plus vite serait le mieux sans doute. Je ne pourrais pas tenir très longtemps sans avouer à Noah que son père est de retour. Je me doutais que ça n’allait pas être si facile que ça comme rencontre pour lui, ni pour Aidan d’ailleurs. « Bien évidemment j’aimerais bien être présente aussi. En tout cas pour le début de la rencontre… » Je me doutais bien qu’Aidan voudrait passer du temps rien qu’avec son fils, mais pour le début je préférais être présente. Pour que Noah ne se sente pas trop seul non plus et au cas où quelque chose se passait mal. On ne sait jamais.
WILDBIRD

_________________

« Sometimes, when you don't ask questions, it's not because you are afraid that someone will lie to your face. It's because you're afraid they'll tell you the truth. » Jodi Picoult
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t569-millicent-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough http://bbme.forumactif.org/t581-millicent-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough

âge : 35 y.o.
statut : Célibataire au cœur déchiré.
enfant(s) : Un fils que je ne demande qu'à connaître, Noah.
petit plus : Je viens d'une famille à la lourde histoire psychiatrique. Alcoolisme, troubles maniaco-dépressifs et crises psychotiques et paranoïaques ont bercé toute ma vie... ce que personne à Cork ne sait. | Faith, ma petite nièce est la prunelle de mes yeux, ma preuve que je pourrais être un bon père pour Noah et pas celui qui le poussera dans la maladie familiale.

pseudo : It's a secret.
avatar : Colin O'Donoghue.
crédits : Lady Azraël (vava), tumblr (sign)
DC : Not yet darling.
posts : 38 points : 122
inscrit le : 19/12/2014

MessageSujet: Re: it's hard to see you again (aidan&millicent)   Ven 2 Jan - 16:46


It's hard to see you again.
Millicent Huntington & Aidan O'Brien.

Je ne voulais pas penser aux vraies paroles sous les mots de Millie. Je ne voulais pas croire qu'après autant de temps, j'avais toujours cette connaissance parfaite d'elle, cette connexion qui me faisait dire en quelques secondes à peine si elle disait la vérité ou si elle mentait. Je ne voulais pas me dire que son insistance à dire combien elle était heureuse avec son compagnon cachait le fait qu'elle essayait de s'en convaincre elle-même. Je n'avais aucun droit de deviner ses pensées comme ça, comme par le passé. Je ne devais que hocher la tête et prétendre que je la croyais, parce qu'après tout, c'était tout ce qu'elle voulait.

Je pris en plein cœur sa réflexion sur le fait que son copain - Thayer - ne la laisserait jamais tomber, lui. Coupable, je baissais les yeux, me mordant la lèvre inférieure, ne sachant que répondre. Que pouvais-je répondre, de toute manière ? Elle avait raison. Je l'avais abandonné. C'était là toutes les blessures que je lui avais infligées. Je ne pouvais pas la blâmer de me renvoyer la hache en pleine figure pour me blesser à mon tour. Encore une fois, ça serait des blessures que je m'occuperais de panser plus tard. Pour l'instant, je devais me concentrer sur la raison de ma présence ici, dans cette ville, sur ce canapé. Mon fils était ma priorité. Noah devait être tout ce que je gardais en tête. Parce que c'était mon fils, qui avait le plus besoin de moi. Millicent avait quelqu'un, Millicent était une adulte et pouvait sortir avec qui elle voulait. Elle pouvait me remplacer si c'était son souhait, parce que je n'avais plus aucun droit sur elle. Mon fils en revanche avait besoin de son père. De son vrai père. Je devais être ce vrai père. Je devais être un bon père... Un très bon père, comme il le méritait, comme le disait si bien Millie. Je devais rattraper mes erreurs du passé et il était celui pour qui je n'avais absolument aucun droit à l'erreur. Je devais faire mes preuves auprès de lui pour qu'il décide si, oui ou non, j'en valais la peine.

D'après elle, il allait absolument vouloir me voir, mon cœur trépignait d'impatience à cette idée. Et quand elle proposa une rencontre dès demain, ou après-demi, c'est tout mon corps qui se mit à sautiller malgré moi. « Oh heu... Demain c'est très bien... ou après demain... Quand tu veux. » Elle ajouta qu'elle aimerait être présente, au moins au début, comme si elle ne voulait pas me l'imposer tout en me faisant comprendre qu'elle aurait voulu l'exiger et je fis un geste vague de la main tout en parlant. J'avais toujours tendance à parler avec les mains quand j'étais stressé ou excité et là, le moins que l'on puisse dire, c'est qu'aucun des deux sentiments ne savaient prendre le pas sur l'autre en moi. « Bien évidemment. Je n'aurais jamais envisagé qu'il en soit autrement. Millie... ça ne sera jamais mon droit que d'imposer que je le vois seul à seul. C'est uniquement le vôtre. » Je m'obligeais à me calmer un peu, reposant sagement mes mains sur mes genoux, ne pouvant retenir le sourire impatient qui s'affichait néanmoins sur mon visage. « Je commence à peine à retravailler ici, je n'ai pas beaucoup de dossier. Dis-moi quand vous êtes libre et où tu préfères qu'on se voit et je serais là. »

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
All my regrets.
J’ai menti, ce n’est pas vrai, notre histoire n’est pas encore terminée. Je ne veux pas. Et c’est humiliant parce que je suis là à supplier. Ton choix est très simple. C’est lui ou moi. Et je suis sûr qu’il est vraiment super. Mais je t’aime vraiment. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t890-aidan-bouges-pas-je-retrouve-le-titre-et-j-te-le-donne-de-suite http://bbme.forumactif.org/t891-aidan-lamour-est-une-catastrophe-magnifique-savoir-que-lon-fonce-dans-un-mur-et-accelerer-quand-meme

âge : 35 ans
statut : Maman célibataire
enfant(s) : Un petit garçon du nom de Noah
occupation : styliste, possède sa propre boutique de vêtements
petit plus : + Est toujours amoureuse de son ex. malgré qu'elle a un nouveau copain

pseudo : keep smiling
avatar : Jennifer Morrison
crédits : tearsflight
posts : 268 points : 219
inscrit le : 14/10/2014

MessageSujet: Re: it's hard to see you again (aidan&millicent)   Lun 5 Jan - 11:53




Aidan & Millicent
it’s hard to see you again

J
e faisais de mon mieux pour cacher à Aidan le fait que je n'étais pas totalement satisfaite par ma relation avec Thayer. Je ne voulais pas qu'il pense que je n'était pas heureuse, bien au contraire. Il fallait qu'il soit persuadé que j'avais réussi à refaire ma vie sans lui. Il m'avait déjà tellement fait souffrir, alors si je pouvais avoir une sorte de revanche. Même si au final ce n'était pas du tout le but, mais ça me faisait un peu de bien de pouvoir lui dire que j'étais avec quelqu'un d'autre et heureuse. Même si ce n'était pas vrai au fond et que j'étais bel et bien toujours amoureuse de lui. Mais d'un côté lorsque je lui avais dit être vraiment heureuse, j'avais tellement insisté qu'à présent j'étais persuadée qu'il avait compris que je mentais. Après tout Aidan me connaît depuis bien des années à présent et je me doutais bien que je ne pourrais pas lui faire croire n'importe quoi. Nous étions quand même sur le point de nous marier et Aidan devait bien sentir lorsque je n'étais pas totalement sincère. Pourtant il n'ajouta absolument rien à ce que je venais de dire. J'avais évidemment remarqué que mon petit pique sur le fait que Thayer ne risquait pas de m'abandonner ne lui avait pas tellement plu. En même temps, j'avais dit ça pour lui faire un petit peu réaliser ce qu'il m'avait fait. Je savais bien qu'il avait lui aussi traversé une période difficile, mais il savait pourquoi il faisait tout ça. Moi je n'avais eu le droit à aucune explication, ce qui était sans aucun doute encore pire. Aucun de nous n'ajouta quoi que ce soit au sujet de mon nouveau petit copain. De toute façon ça ne servait à rien, il était clair pour Aidan que je n'étais plus seule et c'était le plus important. Plus en discuter ne ferait qu'empirer les choses et Aidan risquait surtout de bien comprendre que je n'avais pas du tout passé à autre chose.

Le sujet de conversation se dirigea plutôt sur notre fils et sur la future rencontre entre lui et son père. Je voyais bien qu'Aidan s'en réjouissait vraiment et le plus vite serait certainement le mieux. Noah voudrait sans aucun doute discuter un moment avec lui, passer un moment rien qu'avec son papa, mais comme je l'avais demandé à Aidan, je souhaitais être présente pour le début. Je ne voulais pas que mon fils se retrouve directement tout seul avec, on ne sait jamais quelque chose pourrait mal se passer. On peut partir sur demain alors, tu veux passer à la maison ou bien qu'on se retrouve au parc ou je ne sais où ? je ne savais absolument pas quel pourrait être le meilleur endroit pour une pareille rencontre. Pour ma part ça m'était totalement égal, c'était à Aidan de voir où il se sentirait le plus à l'aise en même temps. Je préférais donc lui laisser le choix. Je gardais toujours mes distances avec lui, mais je continuais de le regarder droit dans les yeux. Ils ont toujours su me captiver d'une force et à présent je n'arrivais plus du tout à m'en détacher. Pour moi ça irait bien en début d'après-midi. J'en parlerais avant à Noah pour le préparer bien évidemment. Mais je pense que tout va parfaitement bien se passer, Noah m'a toujours demandé s'il pourrait te voir un jour. Il était vrai que mon fils m'avait parlé de son père à plusieurs reprises, me posant beaucoup de questions à son sujet auxquels je n'avais absolument aucune réponse à donner. Il voulait le voir, rapidement, mais jusqu'à il y a peu de jour en arrière j'étais encore persuadée qu'Aidan ne reviendrait plus jamais dans nos vies. Mais je ne voulais pas enlever tout espoir à mon fils pour autant, il semblait tellement ravi à l'idée de pouvoir le voir un jour. Je ne pouvais lui enlever ce rêve là. Je souriais rien qu'en pensant à la joie qu'il se ferait de pouvoir voir Aidan. En même temps il était encore petit et il ne pensait qu'au fait de pouvoir rencontrer son père et pas au fait qu'il l'avait abandonné il y a sept ans en arrière.
WILDBIRD

_________________

« Sometimes, when you don't ask questions, it's not because you are afraid that someone will lie to your face. It's because you're afraid they'll tell you the truth. » Jodi Picoult
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t569-millicent-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough http://bbme.forumactif.org/t581-millicent-you-only-live-once-but-if-you-do-it-right-once-is-enough

âge : 35 y.o.
statut : Célibataire au cœur déchiré.
enfant(s) : Un fils que je ne demande qu'à connaître, Noah.
petit plus : Je viens d'une famille à la lourde histoire psychiatrique. Alcoolisme, troubles maniaco-dépressifs et crises psychotiques et paranoïaques ont bercé toute ma vie... ce que personne à Cork ne sait. | Faith, ma petite nièce est la prunelle de mes yeux, ma preuve que je pourrais être un bon père pour Noah et pas celui qui le poussera dans la maladie familiale.

pseudo : It's a secret.
avatar : Colin O'Donoghue.
crédits : Lady Azraël (vava), tumblr (sign)
DC : Not yet darling.
posts : 38 points : 122
inscrit le : 19/12/2014

MessageSujet: Re: it's hard to see you again (aidan&millicent)   Jeu 15 Jan - 20:50


It's hard to see you again.
Millicent Huntington & Aidan O'Brien.

Je me concentrais entièrement sur mon fils, sur notre fils et sur la rencontre prochaine que nous aurions lui et moi. J'avais tellement hâte. Mon sang bouillonnait déjà sous l'anticipation. J'allais voir mon fils. J'allais réellement le rencontrer et avoir une chance de devenir le père que j'aurais due être depuis le premier jour. J'avais une chance de rattraper mes erreurs avec lui. Une chance consentit par Millicent. Je me devais de la saisir. Elle concéda à une rencontre pour le lendemain et me proposa de les retrouver ici ou au parc ou partout ailleurs et il ne me fallut que quelques secondes de réflexion pour proposer. « Le parc me semble idéal ! », dis-je en la regardant pour chercher son approbation. « C'est un terrain... neutre... comme on dit. S'il décide qu'il ne veut plus me voir, tu n'auras pas besoin de te sentir obligé de me mettre dehors et vous pourrez partir sans vous retourner... » C'était une excuse stupide pour appeler au terrain neutre, mais en même temps, c'était la plus logique. Je n'avais aucune envie que cela se passe mal et Millicent non plus, assurément, mais cela pouvait toujours arriver et cela blesserait tout le monde si cela se passait dans l'appartement de Millie, parce qu'elle devrait me pousser vers la sortie alors que je voudrais juste rester pour demander pardon. Ils devaient avoir un échappatoire où un simple « Ne bouges pas Aidan » leur suffirait pour pouvoir me fuir en étant sur de ne pas me voir tenter quoique ce soit...

Elle continua, disant que le début d'après-midi serait le meilleur moment et je hochais la tête. Elle voulait préparer Noah avant, je ne pouvais que le comprendre. J'avais plus de doutes, cependant, sur le fait que cela puisse bien se passer parce que Noah avait toujours voulu me rencontrer. J'étais certes son père et il avait demandé à Millie à rencontrer son père, avant, mais pour moi, cela ne voulait pas forcément dire qu'il allait accepter et apprécier de me rencontrer pour de vrai. Il y avait le fantasme qui vous manquait et la réalité qui vous sautait soudainement aux yeux quand vous étiez confronté à l'homme réel... J'avais vécu la même désillusion avec mon père plus d'une fois, avec ma mère à chaque crise terminée, à chaque semblant de normalité, avant qu'elle ne reparte en crise maniaque. J'avais longuement souhaité retrouver ma maman, avoir un papa digne de ce nom. J'avais toujours été déçu et ramener brutalement à la vérité vraie, quand j'avais été de nouveau en confrontation avec eux, avec leurs maladies. Noah rêvait d'un père, il allait se retrouver face à un géniteur qui l'avait abandonné sans cillier avant même sa naissance et qui cherchait aujourd'hui à se racheter des erreurs impardonnables de l'époque. Il pouvait désirer son père ardemment, rien ne disait qu'il allait apprécier, ni même accepter l'homme que j'étais en vérité.

Je me levais alors, frottant mes paumes contre le jean sur mes cuisses, ne sachant plus trop quoi faire. Je devais partir. Je ne pouvais pas m'imposer plus auprès d'elle. Pas si je voulais avoir ma chance. Pas si je voulais pouvoir revenir dans sa vie sur le long terme. Elle devait autant digérer mon retour que notre fils devrait se faire à ma présence. « Merci vraiment, Millie. Merci du fond du cœur, pour tout. Je vais... Je vais te laisser, je me suis assez imposé auprès de toi. J'ai hâte d'être à demain. » J'attrapais sa main presque malgré moi, sans vraiment y réfléchir, serrant doucement ses doigts en portant sa main à ma bouche pour y poser un baiser léger et furtif, avant de la libérer. Je ne pouvais pas partir comme ça, je ne pouvais pas lui serrer la main et je ne pouvais pas la prendre dans mes bras. Ne me restait que cette manière un peu chevaleresque, venue d'un autre temps, pour lui dire au revoir, que celle du baise main. L'information tournait et retournait encore et encore dans ma tête. J'allais voir mon fils. Demain, j'allais rencontrer mon enfant et j'allais commencer à être pour lui le parent que j'aurais toujours due être...

FICHE ET CODES PAR BROADSWORD.

_________________
All my regrets.
J’ai menti, ce n’est pas vrai, notre histoire n’est pas encore terminée. Je ne veux pas. Et c’est humiliant parce que je suis là à supplier. Ton choix est très simple. C’est lui ou moi. Et je suis sûr qu’il est vraiment super. Mais je t’aime vraiment. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bbme.forumactif.org/t890-aidan-bouges-pas-je-retrouve-le-titre-et-j-te-le-donne-de-suite http://bbme.forumactif.org/t891-aidan-lamour-est-une-catastrophe-magnifique-savoir-que-lon-fonce-dans-un-mur-et-accelerer-quand-meme

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: it's hard to see you again (aidan&millicent)   

Revenir en haut Aller en bas
 

it's hard to see you again (aidan&millicent)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Aidan ⊰ Mon problème, c’est que tu es la solution...
» (M/LIBRE) AIDAN TURNER ≈ take me to the light.
» tofs d'Aidan
» maybe we could talk a little bit more (demyan&millicent)
» http://facebook.com/Millicent.h.McFadden

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: cork, irlande :: montenotte :: logements :: Millicent Huntington-